Le Standard savait, avant de monter sur la pelouse hier soir, qu'il pouvait réaliser la bonne opération de cette quatrième journée de play-offs I. Et les hommes de Dominique D'Onofrio n'ont pas tremblé.

Dès l'entame du match, les Rouches se sont montrés dominateurs et seule la finition leur faisait défaut. Le tournant de la rencontre s'est effectué à la demi-heure de jeu lorsque Tshimanga arrêta fautivement Nong dans le rectangle. L'arbitre Delferiere n'hésita pas : penalty et carton rouge pour le défenseur de Lokeren. Mais Tchité ne profita pas de l'occasion en tirant au-dessus, via la latte. A la 41e minute, un tir des 25 mètres de Witsel, légèrement dévié, manqua de peu sa cible. Sur le corner qui suivit, Mangala trouva la barre transversale. Dans les arrêts de jeu de la première mi-temps, Carcela sur coup-franc donna l'avantage au Standard (1-0).

A l'heure de jeu, Witsel d'un tir des 20m toucha à son tour le poteau. À la 82e, Leye, à peine rentré au jeu à la place de Tchite, parvint à récupérer un ballon dégagé par Copa et doubla la mise (2-0). Quatre minutes plus tard, Leye était encore à la réception d'un centre de Van Damme pour le 3-0.

Un nouveau statut à assumer En quatre matches de play-offs I, le Standard est revenu du bout du monde et a rejoint Anderlecht dans la roue de Genk. Le bulletin est parfait : 12 points, meilleure attaque (+ 11 buts), défense la plus imperméable (- 3 buts), etc. L'effet de surprise est total et impressionne ses adversaires. Pourtant, le plus dur commence pour les Liégeois. Jusqu'à présent, dans leur folle remontée, ils ont fonctionné entre autres à l'enthousiasme, à l'énergie, éléments importants ajoutés à une évidente maîtrise des événements.

La donne psychologique est désormais totalement différente. Le Standard n'est plus l'outsider qui se réveille pour pimenter les play-offs. Les Rouches se rangent désormais parmi les trois favoris de cette bataille. Ce statut, ils devront l'assumer lundi prochain à l'occasion de leur voyage au Club Bruges. Si le vieux club de Sclessin supporte ce poids et étaye ses ambitions au terme du week-end pascal, il aura franchi un cap important.

Autre élément de réflexion : la succession des rencontres. Des équipes tirent la langue car les matches se suivent à un rythme infernal. Et seul le Standard dispose d'un centre d'entraînement avec hôtel pour les joueurs, conditions de travail et de repos haut de gamme, etc. Cet outil moderne constitue un avantage non négligeable.

Le Standard et Anderlecht occupent la 2e place avec 37 points, à une seule longueur de Genk. Bruges et La Gantoise, 32 points, ainsi que Lokeren, 27, sont distancés.

La prochaine journée s'étalera sur trois jours : Genk recevra La Gantoise samedi, Anderlecht rendra visite à Lokeren dimanche et le Standard se déplacera à Bruges lundi.

Pierre Bilic, avec Belga

Le Standard savait, avant de monter sur la pelouse hier soir, qu'il pouvait réaliser la bonne opération de cette quatrième journée de play-offs I. Et les hommes de Dominique D'Onofrio n'ont pas tremblé. Dès l'entame du match, les Rouches se sont montrés dominateurs et seule la finition leur faisait défaut. Le tournant de la rencontre s'est effectué à la demi-heure de jeu lorsque Tshimanga arrêta fautivement Nong dans le rectangle. L'arbitre Delferiere n'hésita pas : penalty et carton rouge pour le défenseur de Lokeren. Mais Tchité ne profita pas de l'occasion en tirant au-dessus, via la latte. A la 41e minute, un tir des 25 mètres de Witsel, légèrement dévié, manqua de peu sa cible. Sur le corner qui suivit, Mangala trouva la barre transversale. Dans les arrêts de jeu de la première mi-temps, Carcela sur coup-franc donna l'avantage au Standard (1-0). A l'heure de jeu, Witsel d'un tir des 20m toucha à son tour le poteau. À la 82e, Leye, à peine rentré au jeu à la place de Tchite, parvint à récupérer un ballon dégagé par Copa et doubla la mise (2-0). Quatre minutes plus tard, Leye était encore à la réception d'un centre de Van Damme pour le 3-0. Un nouveau statut à assumer En quatre matches de play-offs I, le Standard est revenu du bout du monde et a rejoint Anderlecht dans la roue de Genk. Le bulletin est parfait : 12 points, meilleure attaque (+ 11 buts), défense la plus imperméable (- 3 buts), etc. L'effet de surprise est total et impressionne ses adversaires. Pourtant, le plus dur commence pour les Liégeois. Jusqu'à présent, dans leur folle remontée, ils ont fonctionné entre autres à l'enthousiasme, à l'énergie, éléments importants ajoutés à une évidente maîtrise des événements. La donne psychologique est désormais totalement différente. Le Standard n'est plus l'outsider qui se réveille pour pimenter les play-offs. Les Rouches se rangent désormais parmi les trois favoris de cette bataille. Ce statut, ils devront l'assumer lundi prochain à l'occasion de leur voyage au Club Bruges. Si le vieux club de Sclessin supporte ce poids et étaye ses ambitions au terme du week-end pascal, il aura franchi un cap important. Autre élément de réflexion : la succession des rencontres. Des équipes tirent la langue car les matches se suivent à un rythme infernal. Et seul le Standard dispose d'un centre d'entraînement avec hôtel pour les joueurs, conditions de travail et de repos haut de gamme, etc. Cet outil moderne constitue un avantage non négligeable. Le Standard et Anderlecht occupent la 2e place avec 37 points, à une seule longueur de Genk. Bruges et La Gantoise, 32 points, ainsi que Lokeren, 27, sont distancés. La prochaine journée s'étalera sur trois jours : Genk recevra La Gantoise samedi, Anderlecht rendra visite à Lokeren dimanche et le Standard se déplacera à Bruges lundi. Pierre Bilic, avec Belga