Pendant des années, Aimé Anthuenis (66 ans) aura été l'homme d'un seul et même club: Lokeren, qu'il a servi comme entraîneur de 1980 à 1987 après y avoir été déjà actif comme joueur entre 1970 et 1974. C'est sous d'autres cieux, pourtant, que le Waeslandien se sera révélé: au Racing Genk d'abord, qu'il mena à la fois à la victoire en Coupe de Belgique en 1998 et au titre en 1999, puis à Anderlecht où il fut deux fois champion en 2000 et 2001 tout en signant la plus belle campagne européenne de l'histoire des Mauves en Ligue des Champions 2000-2001 avec des succès contre Manchester United, le Dynamo Kiev, le PSV Eindhoven, la Lazio Rome et le Real Madrid, excusez du peu.

Par la suite, le doyen des entraîneurs belges rentra quelque peu dans le rang. Avec les Diables Rouges d'abord (2002-2005) puis Lokeren (2005-2006) et le Germinal Beerschot (2006-2008). Il y fut limogé dès la cinquième journée en raison d'un piètre 3 sur 15 qui ne cadrait absolument pas avec les ambitions du club anversois. Deux ans plus tard, il aura à peine duré plus au Lierse, où il vient d'être congédié alors que les Jaune et Noir comptent un point à peine après sept matches.

Porté aux nues autrefois, vu ses résultats probants, Aimé Anthuenis est cloué au pinacle aujourd'hui. Même par ceux qui l'adulaient autrefois, comme Thomasz Radzinski, artisan des grands succès anderlechtois de jadis mais qui fut le premier, au Lierse, à le vouer aux gémonies. De bien-aimé dans un passé lointain, le Lokerenois est bel et bien passé dans le rang des mal-aimés aujourd'hui. Pas sûr que vu son âge canonique, on le reverra encore sur un terrain.

Bruno Govers

Pendant des années, Aimé Anthuenis (66 ans) aura été l'homme d'un seul et même club: Lokeren, qu'il a servi comme entraîneur de 1980 à 1987 après y avoir été déjà actif comme joueur entre 1970 et 1974. C'est sous d'autres cieux, pourtant, que le Waeslandien se sera révélé: au Racing Genk d'abord, qu'il mena à la fois à la victoire en Coupe de Belgique en 1998 et au titre en 1999, puis à Anderlecht où il fut deux fois champion en 2000 et 2001 tout en signant la plus belle campagne européenne de l'histoire des Mauves en Ligue des Champions 2000-2001 avec des succès contre Manchester United, le Dynamo Kiev, le PSV Eindhoven, la Lazio Rome et le Real Madrid, excusez du peu. Par la suite, le doyen des entraîneurs belges rentra quelque peu dans le rang. Avec les Diables Rouges d'abord (2002-2005) puis Lokeren (2005-2006) et le Germinal Beerschot (2006-2008). Il y fut limogé dès la cinquième journée en raison d'un piètre 3 sur 15 qui ne cadrait absolument pas avec les ambitions du club anversois. Deux ans plus tard, il aura à peine duré plus au Lierse, où il vient d'être congédié alors que les Jaune et Noir comptent un point à peine après sept matches. Porté aux nues autrefois, vu ses résultats probants, Aimé Anthuenis est cloué au pinacle aujourd'hui. Même par ceux qui l'adulaient autrefois, comme Thomasz Radzinski, artisan des grands succès anderlechtois de jadis mais qui fut le premier, au Lierse, à le vouer aux gémonies. De bien-aimé dans un passé lointain, le Lokerenois est bel et bien passé dans le rang des mal-aimés aujourd'hui. Pas sûr que vu son âge canonique, on le reverra encore sur un terrain. Bruno Govers