Après des essais mitigés en Italie (Fiorentina, Genoa) et en Angleterre (Portsmouth), l'ancien Anderlechtois a choisi de confier sa destinée à Frankie Vercauteren, un coach qu'il vouait pourtant aux gémonies lors de leur période commune au Parc Astrid.

A 23 ans, l'intéressé a sans doute compris que son ex-mentor était dans le bon quand il lui reprochait ses arrivées tardives ou ses absences en match. Opter pour le club limbouregois au lieu d'Hapoël Tel Aviv (où il fut près d'aboutir), c'est un signe que l'un des plus jeunes internationaux belges de tous les temps (il a fait ses débuts chez les Diables Rouges à 16 ans et des poussières) a préféré privilégier le sport plutôt que l'argent. A raison, sans nul doute, car compte tenu de son jeune âge, il pourra toujours rebondir sous des cieux plus rémunérateurs ailleurs après s'être refait une santé footballistique.

L'enjeu est de taille pour lui car il y a manifestement une place à prendre en équipe nationale au back droit. Un poste où il avait brillé autrefois face à l'Espagne avant de se perdre dans les brumes de l'oubli.

Bruno Govers

Après des essais mitigés en Italie (Fiorentina, Genoa) et en Angleterre (Portsmouth), l'ancien Anderlechtois a choisi de confier sa destinée à Frankie Vercauteren, un coach qu'il vouait pourtant aux gémonies lors de leur période commune au Parc Astrid. A 23 ans, l'intéressé a sans doute compris que son ex-mentor était dans le bon quand il lui reprochait ses arrivées tardives ou ses absences en match. Opter pour le club limbouregois au lieu d'Hapoël Tel Aviv (où il fut près d'aboutir), c'est un signe que l'un des plus jeunes internationaux belges de tous les temps (il a fait ses débuts chez les Diables Rouges à 16 ans et des poussières) a préféré privilégier le sport plutôt que l'argent. A raison, sans nul doute, car compte tenu de son jeune âge, il pourra toujours rebondir sous des cieux plus rémunérateurs ailleurs après s'être refait une santé footballistique. L'enjeu est de taille pour lui car il y a manifestement une place à prendre en équipe nationale au back droit. Un poste où il avait brillé autrefois face à l'Espagne avant de se perdre dans les brumes de l'oubli. Bruno Govers