Le 16 novembre, le président de la FFF, Fernand Duchaussoy, avait annoncé que les 23 joueurs de l'équipe de France présents au Mondial 2010 avaient accepté de renoncer aux primes de droit à l'image liées à leur participation à la compétition et aux matches de préparation de la Coupe du monde. Aujourd'hui, Nicolas Anelka et Thierry Henry n'ont toujours pas renoncé à cette prime. "Ce sont les deux derniers", a déclaré une source à la Fédération française de football.

"C'est vrai qu'il manque encore la signature de ces deux-là, mais il manque encore deux ou trois joueurs et le dossier avance", a nuancé M. Duchaussoy sur RTL mardi soir. "Premièrement, ils n'ont pas refusé, c'est archi-faux, et deuxièmement, on n'a pas clôturé le dossier, ce que l'on va faire dans les jours qui viennent. Je sais de façon indirecte que Thierry Henry est tout à fait d'accord pour laisser sa prime. Anelka, s'il faut que je l'appelle personnellement au téléphone, parce qu'il souhaite s'expliquer, ce que je peux comprendre... Après s'il ne veut pas renoncer aux primes, c'est son for intérieur, ça dépend de lui".

Nicolas Anelka a pour sa part affirmé qu'il n'avait pas été contacté par la Fédération. "Je regrette qu'une personne de la Fédération s'exprime publiquement en annonçant que je ne souhaitais pas renoncer pas à mes primes", a-t-il déclaré dans un communiqué.

Pour rappel, le Mondial 2010 des Français a été désastreux. Non seulement les résultats n'ont pas répondu aux attentes (la France a terminé dernière du groupe A), mais les comportements suspects des joueurs et du staff n'ont échappé à personne, encore moins aux médias. Le quotidien sportif L'Equipe a notamment titré en première page les insultes qu'aurait eues Anelka à l'égard de son entraineur, Raymond Domenech. Mais l'épisode de la grève des joueurs en plein entrainement a fait également couler beaucoup d'encre. Ce sont peut-être ces agissements qui ont conduit les joueurs français à renoncer aux primes du Mondial.

Sportmagazine.be, avec Belga

Le 16 novembre, le président de la FFF, Fernand Duchaussoy, avait annoncé que les 23 joueurs de l'équipe de France présents au Mondial 2010 avaient accepté de renoncer aux primes de droit à l'image liées à leur participation à la compétition et aux matches de préparation de la Coupe du monde. Aujourd'hui, Nicolas Anelka et Thierry Henry n'ont toujours pas renoncé à cette prime. "Ce sont les deux derniers", a déclaré une source à la Fédération française de football. "C'est vrai qu'il manque encore la signature de ces deux-là, mais il manque encore deux ou trois joueurs et le dossier avance", a nuancé M. Duchaussoy sur RTL mardi soir. "Premièrement, ils n'ont pas refusé, c'est archi-faux, et deuxièmement, on n'a pas clôturé le dossier, ce que l'on va faire dans les jours qui viennent. Je sais de façon indirecte que Thierry Henry est tout à fait d'accord pour laisser sa prime. Anelka, s'il faut que je l'appelle personnellement au téléphone, parce qu'il souhaite s'expliquer, ce que je peux comprendre... Après s'il ne veut pas renoncer aux primes, c'est son for intérieur, ça dépend de lui". Nicolas Anelka a pour sa part affirmé qu'il n'avait pas été contacté par la Fédération. "Je regrette qu'une personne de la Fédération s'exprime publiquement en annonçant que je ne souhaitais pas renoncer pas à mes primes", a-t-il déclaré dans un communiqué. Pour rappel, le Mondial 2010 des Français a été désastreux. Non seulement les résultats n'ont pas répondu aux attentes (la France a terminé dernière du groupe A), mais les comportements suspects des joueurs et du staff n'ont échappé à personne, encore moins aux médias. Le quotidien sportif L'Equipe a notamment titré en première page les insultes qu'aurait eues Anelka à l'égard de son entraineur, Raymond Domenech. Mais l'épisode de la grève des joueurs en plein entrainement a fait également couler beaucoup d'encre. Ce sont peut-être ces agissements qui ont conduit les joueurs français à renoncer aux primes du Mondial. Sportmagazine.be, avec Belga