Par Bruno Govers Pour le Sporting, l'histoire risque donc bel et bien de repasser les plats, douze ans après. En 2001, au terme d'une campagne européenne euphorique qui les avait vus prendre la mesure de Manchester United, le Dynamo Kiev, la Lazio Rome et le Real Madrid, entre autres, les Mauve et Blanc avaient été ni plus ni moins dévalisés, perdant quatre joueurs et non des moindres : leur duo d'attaque formé de Jan Koller et Tomasz Radzinski ainsi que leur flanc gauche constitué de Didier Dheedene et Bart Goor.

Quelque 20 millions d'euros avaient, à l'époque, grossi la trésorerie du club. Mais, sur le terrain, le club bruxellois n'avait pas trouvé la parade face à cette cascade de départs, livrant une campagne européenne des plus ternes en 2001-02, marquée notamment par un revers cinglant, au stade Constant Vanden Stock, face au Lokomotiv Moscou : 1-5, une véritable humiliation.

L'été prochain, la direction anderlechtoise, assurée d'empocher à nouveau un joli pactole, devra faire fort pour remplacer tout ce beau monde. Seul avantage par rapport à la situation d'antan : à l'époque, le club avait été réellement pris au dépourvu. Cette fois, en revanche, il sait à quoi il risque de s'exposer. Et a déjà pris les devants, notamment, en transférant le Néerlandais Demy De Zeeuw, présenté comme le successeur de Lucas Biglia. Il lui reste à trouver un puncheur du calibre de son 'Dieu' et un arrière aussi intransigeant que 'Cheikh'. C'est pas gagné d'avance...

Par Bruno Govers Pour le Sporting, l'histoire risque donc bel et bien de repasser les plats, douze ans après. En 2001, au terme d'une campagne européenne euphorique qui les avait vus prendre la mesure de Manchester United, le Dynamo Kiev, la Lazio Rome et le Real Madrid, entre autres, les Mauve et Blanc avaient été ni plus ni moins dévalisés, perdant quatre joueurs et non des moindres : leur duo d'attaque formé de Jan Koller et Tomasz Radzinski ainsi que leur flanc gauche constitué de Didier Dheedene et Bart Goor. Quelque 20 millions d'euros avaient, à l'époque, grossi la trésorerie du club. Mais, sur le terrain, le club bruxellois n'avait pas trouvé la parade face à cette cascade de départs, livrant une campagne européenne des plus ternes en 2001-02, marquée notamment par un revers cinglant, au stade Constant Vanden Stock, face au Lokomotiv Moscou : 1-5, une véritable humiliation. L'été prochain, la direction anderlechtoise, assurée d'empocher à nouveau un joli pactole, devra faire fort pour remplacer tout ce beau monde. Seul avantage par rapport à la situation d'antan : à l'époque, le club avait été réellement pris au dépourvu. Cette fois, en revanche, il sait à quoi il risque de s'exposer. Et a déjà pris les devants, notamment, en transférant le Néerlandais Demy De Zeeuw, présenté comme le successeur de Lucas Biglia. Il lui reste à trouver un puncheur du calibre de son 'Dieu' et un arrière aussi intransigeant que 'Cheikh'. C'est pas gagné d'avance...