Ariel Jacobs n'aura pas ce dilemme à résoudre à la reprise : qui, de Cheikhou Kouyate ou d'Ondrej Mazuch, doit-il aligner en défense centrale aux côtés de Roland Juhasz.

L'international Espoir tchèque a lui-même réglé le problème : s'il n'a pas accompagné le groupe en stage en Turquie, c'est parce qu'il négociait avec les Ukrainiens de Dniepropetrovsk, qui seraient prêts à verser trois millions pour acquérir ses services. Une belle somme pour un défenseur qui, de surcroît, aurait sans doute été remplaçant.

C'est d'ailleurs cette crainte d'être réserviste qui a amené le Tchèque à vouloir partir. Car, au bout de la saison, il y a l'EURO 2012, et sans jouer dans son club, les chances de Mazuch d'y participer sont nulles.

Cheikhou Kouyate s'est donc définitivement imposé en défense centrale.

Daniel Devos, Sport/Foot Magazine

Ariel Jacobs n'aura pas ce dilemme à résoudre à la reprise : qui, de Cheikhou Kouyate ou d'Ondrej Mazuch, doit-il aligner en défense centrale aux côtés de Roland Juhasz. L'international Espoir tchèque a lui-même réglé le problème : s'il n'a pas accompagné le groupe en stage en Turquie, c'est parce qu'il négociait avec les Ukrainiens de Dniepropetrovsk, qui seraient prêts à verser trois millions pour acquérir ses services. Une belle somme pour un défenseur qui, de surcroît, aurait sans doute été remplaçant. C'est d'ailleurs cette crainte d'être réserviste qui a amené le Tchèque à vouloir partir. Car, au bout de la saison, il y a l'EURO 2012, et sans jouer dans son club, les chances de Mazuch d'y participer sont nulles. Cheikhou Kouyate s'est donc définitivement imposé en défense centrale. Daniel Devos, Sport/Foot Magazine