Par Marc DEGRYSE

Dimanche, Anderlecht rend visite au Club Bruges lors de la deuxième journée des play-offs 1. Je m'interroge sur le jeu des deux équipes. Pour le moment, leurs quatre adversaires font mieux qu'eux, c'est inquiétant.

Bruges prépare l'avenir, c'est très bien, tout le monde le sait, surtout... l'effectif qui est toujours en place. Je suppose que certains ne sont plus aussi motivés. A Gand, le Club n'a pas raflé toute la mise alors que son adversaire a joué toute une partie de la rencontre à 10.

Le Club Bruges s'interroge mais que dire alors d'Anderlecht. Si les Mauves ne se refont pas vite une santé, ils risquent de disparaître dans le ventre mou des PO1. Ils n'ont jamais très bien joué cette saison en championnat et je n'oublie pas les désillusions européennes. Malgré cela, Anderlecht a terminé la phase classique du championnat en tête. On parlait de "Mbark Boussoufa dépendance". Il était obligé de décrocher et de demander sans cesse le ballon et cela cachait la pauvreté du jeu qui éclate désormais au grand jour : manque d'idées et de personnalités. Anderlecht aura bien besoin des 8 millions du transfert de Boussoufa pour régénérer son équipe. Jelle Van Damme et Jan Polak n'ont pas été remplacés et Mbark a laissé un trou que personne n'est capable de boucher. Là, c'est à l'entraîneur de trouver des solutions et, visiblement, il n'y parvient pas.

Par Marc DEGRYSEDimanche, Anderlecht rend visite au Club Bruges lors de la deuxième journée des play-offs 1. Je m'interroge sur le jeu des deux équipes. Pour le moment, leurs quatre adversaires font mieux qu'eux, c'est inquiétant. Bruges prépare l'avenir, c'est très bien, tout le monde le sait, surtout... l'effectif qui est toujours en place. Je suppose que certains ne sont plus aussi motivés. A Gand, le Club n'a pas raflé toute la mise alors que son adversaire a joué toute une partie de la rencontre à 10. Le Club Bruges s'interroge mais que dire alors d'Anderlecht. Si les Mauves ne se refont pas vite une santé, ils risquent de disparaître dans le ventre mou des PO1. Ils n'ont jamais très bien joué cette saison en championnat et je n'oublie pas les désillusions européennes. Malgré cela, Anderlecht a terminé la phase classique du championnat en tête. On parlait de "Mbark Boussoufa dépendance". Il était obligé de décrocher et de demander sans cesse le ballon et cela cachait la pauvreté du jeu qui éclate désormais au grand jour : manque d'idées et de personnalités. Anderlecht aura bien besoin des 8 millions du transfert de Boussoufa pour régénérer son équipe. Jelle Van Damme et Jan Polak n'ont pas été remplacés et Mbark a laissé un trou que personne n'est capable de boucher. Là, c'est à l'entraîneur de trouver des solutions et, visiblement, il n'y parvient pas.