Pour résoudre ses problèmes en défense, Anderlecht avait transféré quatre arrières cet été : Denis Odoi, Samuel, Behrang Safari et Diogo. Aucun n'était aligné hier soir face à Courtrai.

Le coach des Mauves, Ariel Jacobs, a donc fait du neuf avec du vieux en titularisant les anciens Marcin Wasilewski, Roland Juhasz et Olivier Deschacht. La seule exception, au sein du quatuor défensif, c'était Cheikhou Kouyaté (21 ans), enfant de la maison, parachuté au stoppeur naguère car personne ne s'y imposait vraiment.

Et voilà qu'en deux temps trois mouvements, le Sénégalais y constitue la bonne surprise.

Un constat qui peut être étendu également à un autre pur produit du club, qui évolue un cran plus haut : Fernando Canesin. Quasiment inconnu au bataillon des footballeurs il y a quelques semaines à peine, le jeune Brésilien a rang d'incontournable, lui aussi, aujourd'hui, dans le onze de base du Sporting.

Comme quoi le club bruxellois a parfois tort d'aller chercher ailleurs ce qu'il a sous la main.

Bruno Govers, Sport/Foot Magazine

Pour résoudre ses problèmes en défense, Anderlecht avait transféré quatre arrières cet été : Denis Odoi, Samuel, Behrang Safari et Diogo. Aucun n'était aligné hier soir face à Courtrai. Le coach des Mauves, Ariel Jacobs, a donc fait du neuf avec du vieux en titularisant les anciens Marcin Wasilewski, Roland Juhasz et Olivier Deschacht. La seule exception, au sein du quatuor défensif, c'était Cheikhou Kouyaté (21 ans), enfant de la maison, parachuté au stoppeur naguère car personne ne s'y imposait vraiment. Et voilà qu'en deux temps trois mouvements, le Sénégalais y constitue la bonne surprise. Un constat qui peut être étendu également à un autre pur produit du club, qui évolue un cran plus haut : Fernando Canesin. Quasiment inconnu au bataillon des footballeurs il y a quelques semaines à peine, le jeune Brésilien a rang d'incontournable, lui aussi, aujourd'hui, dans le onze de base du Sporting. Comme quoi le club bruxellois a parfois tort d'aller chercher ailleurs ce qu'il a sous la main. Bruno Govers, Sport/Foot Magazine