La double confrontation face au champion de Serbie sera déterminante pour la suite de la saison du Sporting. Herman Van Holsbeeck l'a d'ailleurs confié à demi-mots une élimination serait synonyme, très vraisemblablement, du départ de leur meilleur joueur, Mbark Boussoufa. Si on est encore très loin d'un scénario malheureux plusieurs éléments n'invitent pas à l'optimisme. D'une part, l'adversaire ne serait plus l'oiseau pour le chat rencontré par le Standard il y a deux ans et Bruges l'an dernier. Leur nouveau coach, Aleksander Stanojevic reste sur 12 matches sans défaite (8 en championnat et 4 en Coupe d'Europe) et sa cote dans les Balkans est fortement à la hausse. Nuançons toutefois, le rapport de force financier entre le Partizan et Anderlecht est quasiment le même que celui qu'ont dû subir les Bruxellois avec Lyon l'an dernier au même stade de l'épreuve. Le directeur sportif du club serbe, Albert Nadj, rappelle aujourd'hui dans Sport/Foot Magazine que 30.000 euros ont été dépensés pour le recrutement cet été; un montant imposé par une situation financière délicate.

Si Anderlecht ne rencontrera pas un gros calibre européen ce soir, il n'a pas dans ses bagages toutes ses forces vives. L'absence de Lucas Biglia est l'élément le plus ennuyeux. L'Argentin est le meilleur joueur du Sporting dans la conservation du ballon, une spécificité tellement importante en déplacement. La (énième) blessure de Jonathan Legear est également dommageable. Le Mister Europe de la campagne 2009-2010 faisait partie des individualités les plus marquantes en ce début de saison. Quand il s'agit de partir en contre, d'allier vitesse et puissance, seul Romelu Lukaku lui fait de l'ombre au Sporting. Malheureusement le golden boy du Sporting n'est pas non plus au mieux. Ses pépins physiques durant la préparation l'empêchent d'être aujourd'hui à 100%. Face au Germinal Beerschot, on l'a rarement vu dans le bon rythme et passablement irrité, sur lui-même, à plusieurs occasions. La nouvelle et sérieuse blessure de Tom De Sutter n'arrange rien non plus à l'affaire.

Reste qu'Anderlecht peut heureusement compter sur le retour de Jan Polak, capable comme Biglia de mettre le pied sur le ballon quand ça chauffe, ou sur la classe du duo Boussoufa-Matias Suarez, et sur un axe central Roland Juhasz-Ondrej Mazuch qui a fait ses preuves sur la scène européenne. Autant d'éléments dont ne dispose pas son adversaire du soir.

Thomas Bricmont, Sport/Foot Magazine

La double confrontation face au champion de Serbie sera déterminante pour la suite de la saison du Sporting. Herman Van Holsbeeck l'a d'ailleurs confié à demi-mots une élimination serait synonyme, très vraisemblablement, du départ de leur meilleur joueur, Mbark Boussoufa. Si on est encore très loin d'un scénario malheureux plusieurs éléments n'invitent pas à l'optimisme. D'une part, l'adversaire ne serait plus l'oiseau pour le chat rencontré par le Standard il y a deux ans et Bruges l'an dernier. Leur nouveau coach, Aleksander Stanojevic reste sur 12 matches sans défaite (8 en championnat et 4 en Coupe d'Europe) et sa cote dans les Balkans est fortement à la hausse. Nuançons toutefois, le rapport de force financier entre le Partizan et Anderlecht est quasiment le même que celui qu'ont dû subir les Bruxellois avec Lyon l'an dernier au même stade de l'épreuve. Le directeur sportif du club serbe, Albert Nadj, rappelle aujourd'hui dans Sport/Foot Magazine que 30.000 euros ont été dépensés pour le recrutement cet été; un montant imposé par une situation financière délicate.Si Anderlecht ne rencontrera pas un gros calibre européen ce soir, il n'a pas dans ses bagages toutes ses forces vives. L'absence de Lucas Biglia est l'élément le plus ennuyeux. L'Argentin est le meilleur joueur du Sporting dans la conservation du ballon, une spécificité tellement importante en déplacement. La (énième) blessure de Jonathan Legear est également dommageable. Le Mister Europe de la campagne 2009-2010 faisait partie des individualités les plus marquantes en ce début de saison. Quand il s'agit de partir en contre, d'allier vitesse et puissance, seul Romelu Lukaku lui fait de l'ombre au Sporting. Malheureusement le golden boy du Sporting n'est pas non plus au mieux. Ses pépins physiques durant la préparation l'empêchent d'être aujourd'hui à 100%. Face au Germinal Beerschot, on l'a rarement vu dans le bon rythme et passablement irrité, sur lui-même, à plusieurs occasions. La nouvelle et sérieuse blessure de Tom De Sutter n'arrange rien non plus à l'affaire.Reste qu'Anderlecht peut heureusement compter sur le retour de Jan Polak, capable comme Biglia de mettre le pied sur le ballon quand ça chauffe, ou sur la classe du duo Boussoufa-Matias Suarez, et sur un axe central Roland Juhasz-Ondrej Mazuch qui a fait ses preuves sur la scène européenne. Autant d'éléments dont ne dispose pas son adversaire du soir.Thomas Bricmont, Sport/Foot Magazine