Par Pierre Bilic
Un Clasico n'est jamais un match comme les autres car il charrie ses moments chauds, ses rebondissements, ses tournants. Avec le recul, le Standard a tiré un plus grand profit de ce match qu'Anderlecht.

Les Liégeois ont su faire le gros dos après le magnifique but de Lucas Biglia et sont revenus dans le match à la demi-heure de jeu. On retient leur bonne organisation. Leurs jeunes, Michy Batshuayi en tête, ont été plus présents que Bruno et Praet.

Les gars de métier des Mauves ont pété un plomb (Jovanovic) ou ont manqué de lucidité comme ce fut le cas lors de la faute de Biglia sur Ezekiel (2ème carte jaune et exclusion). Ce fut moins le cas au Standard malgré l'exclusion de Vainqueur. Les Mauves ont bien entendu été décapités par la bêtise de Jova. Leur mental et un gros engagement physique leur ont permis d'arracher un point (2-2).

Mais, ce Clasico, rassurant pour Rednic avait un côté "avertissement" pour les Mauves qui ne se sont peut-être crus plus beaux qu'ils ne le sont en réalité, malgré une série de 11 succès en championnat. Ils ont été prévenus par le Standard : la conquête du titre ne se résumera peut-être pas à une simple promenade de santé.

Par Pierre Bilic Un Clasico n'est jamais un match comme les autres car il charrie ses moments chauds, ses rebondissements, ses tournants. Avec le recul, le Standard a tiré un plus grand profit de ce match qu'Anderlecht. Les Liégeois ont su faire le gros dos après le magnifique but de Lucas Biglia et sont revenus dans le match à la demi-heure de jeu. On retient leur bonne organisation. Leurs jeunes, Michy Batshuayi en tête, ont été plus présents que Bruno et Praet. Les gars de métier des Mauves ont pété un plomb (Jovanovic) ou ont manqué de lucidité comme ce fut le cas lors de la faute de Biglia sur Ezekiel (2ème carte jaune et exclusion). Ce fut moins le cas au Standard malgré l'exclusion de Vainqueur. Les Mauves ont bien entendu été décapités par la bêtise de Jova. Leur mental et un gros engagement physique leur ont permis d'arracher un point (2-2). Mais, ce Clasico, rassurant pour Rednic avait un côté "avertissement" pour les Mauves qui ne se sont peut-être crus plus beaux qu'ils ne le sont en réalité, malgré une série de 11 succès en championnat. Ils ont été prévenus par le Standard : la conquête du titre ne se résumera peut-être pas à une simple promenade de santé.