Après avoir enregistré un déficit opérationnel de 3,8 millions en 2008 et 5,5 millions en 2009, Anderlecht a de nouveau clôturé dans le rouge, avec une perte d'un peu plus de 2 millions en 2010. Ce qui fait un déficit supérieur à 11 millions en trois ans.

C'est le prix à payer pour les échecs répétés dans la course à la qualification pour la Ligue des Champions - qui rapporte environ 15 millions par participation. Parce que le club a continué à vivre sur le même pied que s'il jouait la grande Coupe d'Europe.

La direction rassure, affirme que le Sporting est sain. Pour preuve : les transferts récents de Milan Jovanovic et Dieumerci Mbokani. Herman Van Holsbeeck précise dans La DH : "Le but n'est pas d'avoir le plus grand compte en banque. Sinon, on vendrait Lucas Biglia et Matias Suarez. Nous les conservons parce que nous avons des ambitions sportives." Encore un chiffre : la masse salariale s'élevait à 16,8 millions en 2010, pour 19,5 millions lors de l'année précédente.

Pierre Danvoye, Sport/Foot Magazine

Après avoir enregistré un déficit opérationnel de 3,8 millions en 2008 et 5,5 millions en 2009, Anderlecht a de nouveau clôturé dans le rouge, avec une perte d'un peu plus de 2 millions en 2010. Ce qui fait un déficit supérieur à 11 millions en trois ans. C'est le prix à payer pour les échecs répétés dans la course à la qualification pour la Ligue des Champions - qui rapporte environ 15 millions par participation. Parce que le club a continué à vivre sur le même pied que s'il jouait la grande Coupe d'Europe. La direction rassure, affirme que le Sporting est sain. Pour preuve : les transferts récents de Milan Jovanovic et Dieumerci Mbokani. Herman Van Holsbeeck précise dans La DH : "Le but n'est pas d'avoir le plus grand compte en banque. Sinon, on vendrait Lucas Biglia et Matias Suarez. Nous les conservons parce que nous avons des ambitions sportives." Encore un chiffre : la masse salariale s'élevait à 16,8 millions en 2010, pour 19,5 millions lors de l'année précédente. Pierre Danvoye, Sport/Foot Magazine