Par Jacques Sys

Anderlecht se profile à nouveau comme le favori au titre. Mais surtout, Anderlecht a de l'avenir, plus que tout autre club. La formation des Mauves figure parmi l'élite européenne, une volée de footballeurs talentueux frappe à la porte de l'équipe-fanion et doit conférer une nouvelle identité au Sporting, à terme.

Youri Tielemans est l'illustration de cette nouvelle génération. Âgé de seize ans, il joue des deux pieds et est capable d'évoluer à tous les postes de l'entrejeu. Il a été promu prudemment et dimanche, contre Gand, il a fait banquette. Comme Mbemba, le défenseur congolais de 19 ans qui a remplacé avec panache Kouyaté. Il y a évidemment Dennis Praet et Massimo Bruno, tous deux âgés de 19 ans, qui ont reçu la saison passée la chance de s'ériger en véritables titulaires et qui continuent à se profiler. Dimanche, Praet s'est particulièrement distingué contre Gand. Bruno est déjà à quatre buts. Anderlecht joue également la carte de la jeunesse dans sa gestion des transferts, puisqu'il vient d'enrôler Aleksandar Mitrovic, un attaquant serbe de 18 ans.

Anderlecht est plus jeune et plus frais que la saison passée. C'est un choix délibéré. Reste à voir jusqu'où il ira en Ligue des Champions mais en Belgique, Anderlecht peut être séduisant avec sa collection de jeunes talents et ceux-ci ont l'occasion de s'épanouir, libérés de footballeurs dominants comme Jovanovic, Biglia et Gillet. Les clubs parlent souvent de leur politique des jeunes mais souvent, ce ne sont que paroles. Par contre, le noyau du champion compte 26 footballeurs, parmi lesquels 14, soit plus de la moitié, ont moins de vingt ans.

Ce talent doit être encadré par des joueurs chevronnés, des joueurs qui les prennent par la main. De ce point de vue, le champion n'a pas encore trouvé le bon équilibre. Il est confronté à un dilemme: il possède beaucoup de talent mais trop peu de personnalité, de leadership.

Par Jacques SysAnderlecht se profile à nouveau comme le favori au titre. Mais surtout, Anderlecht a de l'avenir, plus que tout autre club. La formation des Mauves figure parmi l'élite européenne, une volée de footballeurs talentueux frappe à la porte de l'équipe-fanion et doit conférer une nouvelle identité au Sporting, à terme. Youri Tielemans est l'illustration de cette nouvelle génération. Âgé de seize ans, il joue des deux pieds et est capable d'évoluer à tous les postes de l'entrejeu. Il a été promu prudemment et dimanche, contre Gand, il a fait banquette. Comme Mbemba, le défenseur congolais de 19 ans qui a remplacé avec panache Kouyaté. Il y a évidemment Dennis Praet et Massimo Bruno, tous deux âgés de 19 ans, qui ont reçu la saison passée la chance de s'ériger en véritables titulaires et qui continuent à se profiler. Dimanche, Praet s'est particulièrement distingué contre Gand. Bruno est déjà à quatre buts. Anderlecht joue également la carte de la jeunesse dans sa gestion des transferts, puisqu'il vient d'enrôler Aleksandar Mitrovic, un attaquant serbe de 18 ans. Anderlecht est plus jeune et plus frais que la saison passée. C'est un choix délibéré. Reste à voir jusqu'où il ira en Ligue des Champions mais en Belgique, Anderlecht peut être séduisant avec sa collection de jeunes talents et ceux-ci ont l'occasion de s'épanouir, libérés de footballeurs dominants comme Jovanovic, Biglia et Gillet. Les clubs parlent souvent de leur politique des jeunes mais souvent, ce ne sont que paroles. Par contre, le noyau du champion compte 26 footballeurs, parmi lesquels 14, soit plus de la moitié, ont moins de vingt ans. Ce talent doit être encadré par des joueurs chevronnés, des joueurs qui les prennent par la main. De ce point de vue, le champion n'a pas encore trouvé le bon équilibre. Il est confronté à un dilemme: il possède beaucoup de talent mais trop peu de personnalité, de leadership.