Par Pierre Danvoye
Le Burkina Faso, entraîné par le Belge Paul Put, disputera à la surprise générale, ce week-end, la finale de la Coupe d'Afrique des Nations face au Nigeria. Un exploit de taille pour ce nain du continent noir qui a éliminé le grand Ghana en demi-finale. La cote de Paul Put est énorme là-bas, il est un nouveau sorcier blanc du foot africain. Très bien pour lui, mais quand il se plaint dans la presse qu'on ne lui donne plus une chance d'entraîner en Belgique, il y va fort. Il a été radié à vie par notre Fédération et il n'y a rien de plus logique car l'homme était un maillon important de la falsification de matches, alors qu'il entraînait le Lierse.

Un autre prévenu s'est mis récemment en évidence. Le sulfureux Pietro Allatta a enfin été condamné pour avoir noirci Herman Van Holsbeeck, le manager d'Anderlecht. Les faits remontent à plus de six ans. Allatta, ancien agent de Silvio Proto, avait convoqué la presse dans un hôtel de luxe à Bruxelles pour expliquer que Van Holsbeeck achetait des matches et des arbitres, et qu'il s'était rendu coupable de blanchiment. Van Holsbeeck l'avait traîné devant la justice. Le ministère public demandait une peine de prison, l'homme vient de s'en tirer avec une simple déclaration de culpabilité. Entre-temps, il s'était publiquement excusé et avait expliqué qu'il avait tout inventé.

Herman Van Holsbeeck nous donne son sentiment sur cette affaire. "Il fallait que je réagisse, c'est pour cela que j'avais déposé une plainte contre Allatta. A l'époque, j'ai eu la chance d'avoir un président qui me faisait confiance à 200%. Sans cela, Allatta aurait pu briser ma carrière. S'il refaisait la même chose aujourd'hui, plus personne ne le prendrait au sérieux car il n'a plus de crédibilité. Mais je rappelle qu'au moment des faits, on tenait compte de ce qu'il racontait. Une équipe de RTL était allée le voir à l'Ile Maurice et lui avait consacré une émission de trois quarts d'heure. Il m'avait cassé d'une façon incroyable et beaucoup de Belges avaient regardé."

Par Pierre Danvoye Le Burkina Faso, entraîné par le Belge Paul Put, disputera à la surprise générale, ce week-end, la finale de la Coupe d'Afrique des Nations face au Nigeria. Un exploit de taille pour ce nain du continent noir qui a éliminé le grand Ghana en demi-finale. La cote de Paul Put est énorme là-bas, il est un nouveau sorcier blanc du foot africain. Très bien pour lui, mais quand il se plaint dans la presse qu'on ne lui donne plus une chance d'entraîner en Belgique, il y va fort. Il a été radié à vie par notre Fédération et il n'y a rien de plus logique car l'homme était un maillon important de la falsification de matches, alors qu'il entraînait le Lierse. Un autre prévenu s'est mis récemment en évidence. Le sulfureux Pietro Allatta a enfin été condamné pour avoir noirci Herman Van Holsbeeck, le manager d'Anderlecht. Les faits remontent à plus de six ans. Allatta, ancien agent de Silvio Proto, avait convoqué la presse dans un hôtel de luxe à Bruxelles pour expliquer que Van Holsbeeck achetait des matches et des arbitres, et qu'il s'était rendu coupable de blanchiment. Van Holsbeeck l'avait traîné devant la justice. Le ministère public demandait une peine de prison, l'homme vient de s'en tirer avec une simple déclaration de culpabilité. Entre-temps, il s'était publiquement excusé et avait expliqué qu'il avait tout inventé. Herman Van Holsbeeck nous donne son sentiment sur cette affaire. "Il fallait que je réagisse, c'est pour cela que j'avais déposé une plainte contre Allatta. A l'époque, j'ai eu la chance d'avoir un président qui me faisait confiance à 200%. Sans cela, Allatta aurait pu briser ma carrière. S'il refaisait la même chose aujourd'hui, plus personne ne le prendrait au sérieux car il n'a plus de crédibilité. Mais je rappelle qu'au moment des faits, on tenait compte de ce qu'il racontait. Une équipe de RTL était allée le voir à l'Ile Maurice et lui avait consacré une émission de trois quarts d'heure. Il m'avait cassé d'une façon incroyable et beaucoup de Belges avaient regardé."