"Au cours de mes 35 ans de carrière médicale, je n'ai jamais porté atteinte à la santé de l'un de mes patients. Je n'ai pas non plus entendu parler de plaintes d'un de mes patients qui aurait fait état de possibles atteintes à sa santé", a expliqué Fuentes, apparu relativement serein lors de la dernière audience du procès. "L'objectif que je poursuis comme médecin a toujours été de protéger la santé d'autrui, et non de la dégrader", a encore assuré le docteur canarien à la juge Julia Patricia Santamaria. Après avoir été arrêtés en 2006 dans une opération de la Guardia civile qui avait saisi quelque 200 poches de sang et de plasma dans deux domiciles de Fuentes, le médecin canarien et quatre autres accusés -- sa soeur Yolanda, les ex-directeurs sportifs Saiz et Belda et le préparateur physique Labarta -- encourent deux ans de prison pour un possible "délit contre la santé publique". Le procès, qui a connu mardi sa dernière journée, marquée par la fin des plaidoiries de la défense, est maintenant en attente d'un verdict qui ne devrait toutefois pas être prononcé avant "un mois ou un mois et demi", selon les précisions d'un porte-parole du tribunal. . (TED)

"Au cours de mes 35 ans de carrière médicale, je n'ai jamais porté atteinte à la santé de l'un de mes patients. Je n'ai pas non plus entendu parler de plaintes d'un de mes patients qui aurait fait état de possibles atteintes à sa santé", a expliqué Fuentes, apparu relativement serein lors de la dernière audience du procès. "L'objectif que je poursuis comme médecin a toujours été de protéger la santé d'autrui, et non de la dégrader", a encore assuré le docteur canarien à la juge Julia Patricia Santamaria. Après avoir été arrêtés en 2006 dans une opération de la Guardia civile qui avait saisi quelque 200 poches de sang et de plasma dans deux domiciles de Fuentes, le médecin canarien et quatre autres accusés -- sa soeur Yolanda, les ex-directeurs sportifs Saiz et Belda et le préparateur physique Labarta -- encourent deux ans de prison pour un possible "délit contre la santé publique". Le procès, qui a connu mardi sa dernière journée, marquée par la fin des plaidoiries de la défense, est maintenant en attente d'un verdict qui ne devrait toutefois pas être prononcé avant "un mois ou un mois et demi", selon les précisions d'un porte-parole du tribunal. . (TED)