"A aucun moment, M. Mitu n'a fait preuve de franchise. Lorsqu'il a fait des aveux, ceux-ci ont toujours été minimalistes et émis avec des réserves. On retrouve un seul leitmotiv dans ses déclarations. A chaque fois qu'on l'interroge, il répond: 'je ne sais pas...'", a lancé Me Spreutels au tribunal. "Dan Mitu a nié tout ce qu'il a pu nier et n'a, à aucun moment, pris ses responsabilités. Il n'a cessé de mentir! ", a-t-il poursuivi. L'avocat du RSCA reproche au joueur roumain d'avoir menti sur les enveloppes qu'il percevait de l'entraîneur du Lierse Paul Put et de l'homme d'affaire chinois Zehyun Ye, tous deux prévenus dans ce dossier mais faisant défaut. "M. Mitu dit qu'il n'a pas touché certaines enveloppes, comme plusieurs de ses coéquipiers, alors que plusieurs déclarations de ceux-ci vont dans l'autre sens." Le club bruxellois a décidé de licencier l'ex-joueur du Lierse lorsque le scandale a été révélé, estimant que son image avait été atteinte. "Il n'était pas concevable que continue à évoluer à Anderlecht un joueur qui triche de la sorte", a justifié Me Spreutels, qui a demandé au tribunal une indemnité de 25.000 euros réduite à un euro provisionnel pour le dommage subi. (Belga)

"A aucun moment, M. Mitu n'a fait preuve de franchise. Lorsqu'il a fait des aveux, ceux-ci ont toujours été minimalistes et émis avec des réserves. On retrouve un seul leitmotiv dans ses déclarations. A chaque fois qu'on l'interroge, il répond: 'je ne sais pas...'", a lancé Me Spreutels au tribunal. "Dan Mitu a nié tout ce qu'il a pu nier et n'a, à aucun moment, pris ses responsabilités. Il n'a cessé de mentir! ", a-t-il poursuivi. L'avocat du RSCA reproche au joueur roumain d'avoir menti sur les enveloppes qu'il percevait de l'entraîneur du Lierse Paul Put et de l'homme d'affaire chinois Zehyun Ye, tous deux prévenus dans ce dossier mais faisant défaut. "M. Mitu dit qu'il n'a pas touché certaines enveloppes, comme plusieurs de ses coéquipiers, alors que plusieurs déclarations de ceux-ci vont dans l'autre sens." Le club bruxellois a décidé de licencier l'ex-joueur du Lierse lorsque le scandale a été révélé, estimant que son image avait été atteinte. "Il n'était pas concevable que continue à évoluer à Anderlecht un joueur qui triche de la sorte", a justifié Me Spreutels, qui a demandé au tribunal une indemnité de 25.000 euros réduite à un euro provisionnel pour le dommage subi. (Belga)