Il reste quatre matches à Charleroi (et un cinquième si la rencontre perdue par forfait contre le Cercle doit finalement être rejouée) pour rattraper Eupen, le Germinal Beerschot ou Saint-Trond. Et ainsi éviter aux barrages pour le maintien. Pour autant qu'ils aient lieu, et ce n'est pas encore sûr puisque la Ligue Pro n'arrive toujours pas à se mettre d'accord sur la formule du prochain championnat.

Quatre matches, cela fait 12 points. Eupen en a actuellement cinq de plus que les Zèbres, le Beerschot six, Saint-Trond huit. Et Charleroi doit encore aller dans la forteresse de Courtrai et recevoir le Standard. La mission est donc de plus en plus impossible. Les hommes de Csaba Lazslo ont fait un bon nul samedi à Lokeren mais toutes les autres équipes menacées ont aussi grappillé quelque chose. Le week-end est donc mauvais pour eux.

Abbas Bayat n'a pas fait que des mauvaises choses dans son recrutement hivernal massif. En faisant venir une bonne dizaine de nouveaux joueurs, il fallait bien que l'un ou l'autre sorte du lot. Jusqu'ici, c'est surtout le buteur israélien Dudu Biton qui s'est mis en évidence. Un renfort pour notre championnat. Mais il est venu trop tard : il ne suffira pas.

Pierre Danvoye

Il reste quatre matches à Charleroi (et un cinquième si la rencontre perdue par forfait contre le Cercle doit finalement être rejouée) pour rattraper Eupen, le Germinal Beerschot ou Saint-Trond. Et ainsi éviter aux barrages pour le maintien. Pour autant qu'ils aient lieu, et ce n'est pas encore sûr puisque la Ligue Pro n'arrive toujours pas à se mettre d'accord sur la formule du prochain championnat. Quatre matches, cela fait 12 points. Eupen en a actuellement cinq de plus que les Zèbres, le Beerschot six, Saint-Trond huit. Et Charleroi doit encore aller dans la forteresse de Courtrai et recevoir le Standard. La mission est donc de plus en plus impossible. Les hommes de Csaba Lazslo ont fait un bon nul samedi à Lokeren mais toutes les autres équipes menacées ont aussi grappillé quelque chose. Le week-end est donc mauvais pour eux. Abbas Bayat n'a pas fait que des mauvaises choses dans son recrutement hivernal massif. En faisant venir une bonne dizaine de nouveaux joueurs, il fallait bien que l'un ou l'autre sorte du lot. Jusqu'ici, c'est surtout le buteur israélien Dudu Biton qui s'est mis en évidence. Un renfort pour notre championnat. Mais il est venu trop tard : il ne suffira pas. Pierre Danvoye