"Comme d'habitude, ça va jusqu'aux 250-300 mètres, et puis d'un coup plus rien. C'était difficile. Quand on n'a pas beaucoup de rythme, avoir le couloir 8 ce n'est pas évident. J'ai essayé de trouver le bon rythme et aux 300 m je pensais que cela allait aller. Maintenant, je vais faire avec. C'est sûr que ce n'est pas idéal pour la course de demain. On verra", a déclaré un peu dépité Jonathan qui n'a pas caché qu'il a dû aller à fond. "Je n'ai jamais eu d'aussi mauvaises sensations dans un grand championnat. Il n'y a rien à faire. Quand on on ne court pas beaucoup dasn l'année c'est difficile. Il faut faire avec. Il n'y a rien à faire que me donner à 100%. Mais ce n'est pas assez pour moi. J'ai fait le maximum et je continuerai et on verra ce que cela donnera." (Belga)

"Comme d'habitude, ça va jusqu'aux 250-300 mètres, et puis d'un coup plus rien. C'était difficile. Quand on n'a pas beaucoup de rythme, avoir le couloir 8 ce n'est pas évident. J'ai essayé de trouver le bon rythme et aux 300 m je pensais que cela allait aller. Maintenant, je vais faire avec. C'est sûr que ce n'est pas idéal pour la course de demain. On verra", a déclaré un peu dépité Jonathan qui n'a pas caché qu'il a dû aller à fond. "Je n'ai jamais eu d'aussi mauvaises sensations dans un grand championnat. Il n'y a rien à faire. Quand on on ne court pas beaucoup dasn l'année c'est difficile. Il faut faire avec. Il n'y a rien à faire que me donner à 100%. Mais ce n'est pas assez pour moi. J'ai fait le maximum et je continuerai et on verra ce que cela donnera." (Belga)