Rendez-nous le football !

(Photo by BRUNO FAHY/BELGA MAG/AFP via Getty Images)
Bart Aerts

Jamais les stars n’ont été aussi manifestement sous pression qu’à la Coupe du monde au Qatar. Cristiano Ronaldo a tourné le dos aux photographes, ne supportant plus qu’on se focalise sur son sort de réserviste. Les dernières larmes d’un footballeur de classe mondiale. Lionel Messi s’est laissé aller à discutailler avec Louis van Gaal et Wout Weghorst, excité comme jamais auparavant. Kevin De Bruyne a distillé les reproches et non les passes. Il ne nous y avait pas habitués. La dernière danse s’est avérée une épreuve plus pénible pour les nerfs que la première.

Si ce n’est pas la fin d’une génération de supporters de la victoire…

Tout le monde y est allé de son analyse, suite à la déroute des Diables rouges. De fait, plusieurs facteurs ont joué un rôle. Mais nous aussi, nous avons failli. Nous, les supporters de la Belgique. Au premier rang quand tout va bien, tout en affûtant nos couteaux. Avant même le début du tournoi, on les a sortis et lancés. Si ce n’est pas la fin d’une génération de supporters de la victoire…

Cependant, nous ne devons pas être trop durs envers les supporters. Des tickets très chers, un voyage impayable, pas de bière dans les stades… Le Qatar n’a pas été le Mondial des supporters. Le football est conçu pour les VIP qui se tiennent bien et sirotent gentiment la bière du sponsor. Ça, l’émir et la FIFA l’avaient autorisé. Malheureusement, la fin d’une génération de charlatans et de dirigeants étrangers à leur monde n’est pas pour tout de suite.

Nous sommes curieux de voir ce que les dirigeants belges nous réservent l’année prochaine. Une récente démarche de la Fédération ne laisse rien présager de bon. Celui qui passe un accord avec la justice a désormais les Mains Propres aux yeux de l’Union belge. Le président du Club de Bruges, Bart Verhaeghe, paie une certaine somme et ne doit plus répondre de faux en écriture. Plus tard, il peut même négocier le contrat du nouveau sélectionneur. Il semble que les fédérations nationales doivent également mettre leur crédibilité en jeu après le mauvais pli pris par la FIFA. Intégrité, ça vous dit quelque chose?

Le Qatar et ses conséquences risquent d’éloigner encore un peu plus le fidèle amateur de football du ballon rond. De nos jours, qui tient encore compte des actionnaires émotifs? It’s all about the money et apparemment, le supporter traditionnel ne rapporte pas assez. Des matches le dimanche à 21 heures, de plus en plus de rencontres, nationales et internationales. On enfonce le football dans la gorge des fans comme on gave les oies. Laissez-vous tenter par le foie gras pendant les fêtes!

Cette autre tradition, le feu d’artifice, ne manquera pas non plus. Pourvu que ce soit le coup d’envoi d’une superbe année de football. Sans que la pyrotechnique occulte à nouveau le football. Car le retour de la violence dans les stades et aux alentours constitue aussi une menace pour les supporters de bonne volonté.

Espérons que 2023 soit l’année qui marque le retour du football aux supporters. Des fans qui pourront soutenir inconditionnellement leurs stars. Pourvu qu’une nouvelle génération voie le jour en 2023. Une génération de footballeurs comme de supporters. Pour que nous puissions danser de joie. Et pas pour la dernière fois.