Entrez dans la KDB Zone: où le stratège belge brille-t-il le plus sur le terrain ?

Kevin De Bruyne. (Photo by Shaun Botterill - FIFA/FIFA via Getty Images)
Guillaume Gautier
Guillaume Gautier Journaliste pour Sport/Foot Magazine

Plongée en chiffres dans la zone de prédilection de Kevin De Bruyne pour faire parler son sens de la passe décisive. Un savoir-faire développé à Manchester City et qui pourrait faire les affaires des Diables rouges au Qatar.

C’est un virus qui se propage par la langue. Logique, dès lors, que le football anglais ait été le premier à être à ce point touché par le sport à l’américaine. En NBA, l’arrivée massive des datas a transformé les zones de shoots ces dernières années, augmentant les tentatives à trois points depuis des endroits-clés du parquet. De l’autre côté de l’Atlantique, la Premier League a fini par raréfier ces tirs à distance et excentrés, dont les (rares) réussites ont longtemps constitué sa marque de fabrique. À la lumière des statisticiens, qui tentent de rendre le jeu le plus efficace possible, des zones bien déterminées ont commencé à être sciemment visées par les entraîneurs. Chirurgien du jeu, obsédé par la recherche du décalage offensif idéal, Pep Guardiola est évidemment au rendez-vous de ceux qui veulent trouver les endroits qui font le plus mal à l’adversaire, afin d’y installer ses pieds les plus précis: ceux de Kevin De Bruyne.

Être le meilleur passeur du monde, ce n’est pas seulement une question de pied magique, de coup d’œil et d’instinct. C’est aussi une histoire de détails. (Photo by Dean Mouhtaropoulos/Getty Images)

Longtemps libéré des contraintes, en promenade affective sur un flanc gauche qui lui permettait d’orienter sa première touche vers le but adverse, KDB a progressivement été canalisé de l’autre côté du terrain par son coach catalan. À droite, le Diable peut faire parler son sens des courbes avec un danger sans pareil, ses ballons fouettés passant dans le dos des défenseurs adverses sans jamais être à portée du gardien grâce à un effet qui se dépose dans la course de son buteur. Déjà redoutable pour faire marquer Sergio Agüero ou Raheem Sterling, l’arme est devenue de conversion massive quand elle s’est mise à croiser les trajectoires d’Erling Haaland.

Il ne suffit cependant pas d’avoir le meilleur centre du monde au bout de son pied droit, mais aussi de pouvoir l’activer dans des conditions idéales. Pas vraiment doté du coup de reins d’un déséquilibriste des couloirs, De Bruyne n’a pas la puissance nécessaire pour éliminer un adversaire dans un duel arrêté. Guardiola et KDB pensent donc des chorégraphies pour que l’espace soit créé avant que le Belge reçoive le ballon dans les pieds. Pour rester imprévisible, il existe deux mouvements, en fonction que l’ancien Genkie fasse quelques foulées en avant ou quelques pas en arrière. Servi en profondeur dans le dos de la défense, ou en retrait après que la passe précédente a fait reculer la ligne défensive adverse vers ses filets, De Bruyne se promène essentiellement dans le prolongement de la ligne du grand rectangle, dans ce que les analystes appellent les pocket zones. Un choix loin d’être anodin, puisque les études statistiques prouvent qu’un centre a beaucoup plus de chances d’être repris victorieusement quand il part de la ligne du rectangle plutôt que de la ligne de touche. Contrairement à ses ailiers ou latéraux qui y atterrissent à partir d’un appel depuis le flanc, KDB se présente dans sa zone de prédilection en partant de l’axe, surprenant l’organisation adverse par ce déplacement à contre-courant.

Être le meilleur passeur du monde, ce n’est pas seulement une question de pied magique, de coup d’œil et d’instinct. C’est aussi une histoire de détails. Parce qu’il n’y a pas que les buteurs qui doivent pouvoir être au bon endroit au bon moment.

Vision du Jeu

Vision du Jeu, c’est une analyse de données pertinentes basée sur le décorticage de plus de 250.000 buts, permettant de déchiffrer le modèle de jeu de chaque club, d’identifier avec certitude les forces et faiblesses de chacun, au service de tous les acteurs et observateurs du football. Dans le cadre de notre partenariat, Vision du Jeu nous fournit un soutien statistique et analytique, via son créateur Christian Schaekels, qui nous permet de confirmer ou d’infirmer nos observations de terrain, dans un échange permanent entre les chiffres et le jeu.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici