Un week-end pourri pour les défenseurs des Diables rouges (Vidéo)

Les défenseurs diaboliques courent ici derrière Memphis Depay comme après leur meilleure forme. Même si dans le cas de Toby Alderweireld, c'est moins vrai que pour Jan Vertonghen. © iStock

Deux auto-buts, un joueur sur le banc, un sur une voie de garage et un en route vers l’Arabie Saoudite. Roberto doit-il déjà (encore) s’inquiéter pour son arrière-garde à quelques semaines de la Coupe du monde ?

La défense reste toujours le gros point d’interrogation des Diables rouges à bientôt trois mois de la Coue du monde. Et lors de ce week-end, on ne peut pas dire que les joueurs pouvant y postuler ont particulièrement brillé. Petit tour d’horizon.

Toby Alderweireld: l’homme fiable malgré un premier anversois sans clean-sheet

Après une année passée au Qatar, l’Anversois est revenu dans sa ville natale et cela est sans doute une bonne chose afin d’évoluer à un niveau quand même supérieur à la Qatar Stars League. Titulaire lors des quatre premières rencontres, Toby Alderweireld a permis au Great Old de terminer avec quatre clean-sheets. Depuis lors, les Anversois ont concédé trois buts en 2 duels, le premier à Lilleström sans le défenseur international et les deux autres ce dimanche soir, lors du « choc au sommet » contre OHL.

Sur le premier but des Universitaires, on pourrait toujours reprocher un petit manque de vivacité d’Alderweireld lorsqu’il se jette pour tenter de bloquer le tir de Nachon Nsingi.

Pour le reste, il apporte, selon Jean Butez, beaucoup de sérénité et permet aux autres joueurs de l’équipe d’évoluer à niveau supérieur. Offensivement, ses longs ballons peuvent toujours apporter des solutions, surtout avec un point d’appui comme Michael Frey devant. Alors que beaucoup se posaient des questions à son sujet au début de l’été, après des matches de Nations League où il a mis le temps avant de retrouver la bonne carburation, on peut être rassuré après ces premières semaines de compétition. Alderweireld risque encore bien d’être l’homme fiable derrière chez les Diables, même s’il n’a sans doute plus le meilleur niveau de ses années à Tottenham.

Dedryck Boyata: le « sauveur » du Hertha désormais au placard

Sans doute l’un des défenseurs belges les plus critiqués (souvent à juste titre) en équipe nationale, où à part pour mettre le Russe Artem Dzyuba en poche, il inquiète plus qu’il ne rassure. Et en parlant d’inquiéter, on peut aussi évoquer sa situation au Hertha Berlin. A la fin du mois de mai, notre compatriote était pourtant encore titulaire et capitaine de la Vieille Dame allemande qu’il avait aidée à maintenir en Bundesliga en marquant l’un des buts des siens lors des barrages pour la relégation/promotion contre Hambourg. Mais ce fait d’armes n’effaçait sans doute pas le reste des prestations décevantes du Diable rouge pendant le reste d’une saison très compliquée pour les Berlinois.

Mais depuis l’arrivée du nouvel entraîneur Sandro Schwarz, sa situation a drastiquement changé. Il n’était même pas sur le banc lors de la reprise du championnat pour le derby contre les voisins de l’Union. Malgré la défaite 3-1, un retour en grâce ne semble pas dans les plans immédiats si l’on en croit les propos de Fredi Bobic, le directeur sportif du Hertha. « Il n’apporte rien pour le moment », a-t-il affirmé dimanche dans l’émission Doppelpass. « Ce n’est pas comme si nous avons l’impression qu’il nous apporte quelque chose en ce moment », a poursuivi un Bobic qui a répondu par l’afirmative à la question de savoir si le club cherche à le vendre. « À moins qu’il se montre convaincant à l’entraînement », a conclut le directeur sportif. Autant dire que le Qatar est plus que jamais en danger pour Dedryck Boyata, à moins que ses concurrents directs fassent encore pire.

« Il n’apporte rien ». Dedryck Boyata n’est clairement plus en odeur de sainteté au Hertha BSC.© iStock

Leander Dendoncker: toujours au milieu chez les Wolves

Replacé avec un certain succès au centre du trio arrière diabolique après la déroute contre les Pays-Bas, Leander Dendoncker semble vivre un problème de timing entre les choix de ses entraîneurs en club et ceux de Roberto Martinez.

Lorsque ce dernier l’envisageait principalement comme doublure d’Axel Witsel, il évoluait en défense centrale à Wolverhampton et maintenant qu’il pourrait épauler Alderweireld et Vertonghen en sélection, Bruno Lage l’aligne toujours à la récupération. Wolverhampton évolue de toute façon avec quatre hommes derrière et non pas cinq comme c’était le cas du temps de Nuno Espirito.

Pour son premier match de la saison en Premier League, le joueur formé à Anderlecht était au moins titulaire. Sa formation a subi la loi de Leeds (2-1), avec une défense centrale qui n’a pas rassurée. Si certains aimeraient voir notre compatriote reculer, d’autres soulignent que le manque d’alternatives au milieu rend ce changement difficile à l’heure actuelle. Et la prestation de Dendoncker contre Leeds n’a pas spécialement non plus déchaîné les passions parmi les fans de Wolverhampton.

Jason Denayer: un futur choix plus lucratif que sportif ?

Quand Jason Denayer n’a pas voulu prolonger son contrat avec Lyon, on pensait que ce serait pour effectuer un choix sportif et rejoindre une formation plus compétitive que des Gones qui n’ont pas spécialement atteint des sommets la saison dernière. Il fut un moment question d’un déménagement au stade Rennais, mais c’est finalement un autre Diable rouge qui a finalement rallié la Bretagne. On l’a aussi cité en Espagne (FC Séville), en Angleterre (Newcastle) et il était aussi question d’une signature à Torino où il devait remplacer un Bremer parti rejoindre le voisin de la Juventus.

Sans qu’on ne sache pourquoi, les négociations sont devenues compliquées et l’Arabie Saoudite s’est invitée dans la partie. Selon le journaliste Sasha Tavolieri, Ettifaq FC, 11e du dernier championnat, lui proposait le même salaire qu’en Italie, mais en net et surtout avec un bail de 4 ans. Un autre club de ce pays est aussi entré dans la danse: Al Nassr, troisième de la dernière saison. Besiktas est aussi évoqué comme possible point de chute. Bref des destinations bien moins compétitives que celles qui étaient annoncées à l’aube de ce mercato estival.

Jan Vertonghen: bien parti pour rester sur le banc

Avec la nomination de Roger Schmidt comme entraîneur principal de Benfica, l’on pouvait avoir des doutes sur les chances de jouer de Jan Vertonghen. L’Allemand aime les arrières plutôt rapides, ce qui n’est plus spécialement le cas du Diable rouge le plus sélectionné de l’histoire.

Sur le banc lors du match de barrages de la Ligue des Champions, Super Jan est de nouveau resté assis 90 minutes lors de la reprise du championnat lusitanien. Schmidt préfère le duo Nicolas Otamendi et Morato et quand Joao Victor et Lucas Verissimo seront de retour de blessure, ils pourraient même aussi passer devant notre compatriote qui ne voit plus vraiment la lumière à l’Estadio da Luz.

Alors qu’il entre dans sa dernière année de contrat, Vertonghen devra peut-être reconsidérer les offres turques, dont celles du Besiktas, qu’il avait reçues en mai dernier. Sous peine d’arriver sans beaucoup de rythme dans les jambes au Qatar.

Jan Vertonghen ne devrait pas trop sourire car il risque bien de devoir s'habituer à cette place sur le banc de Benfica.
Jan Vertonghen ne devrait pas trop sourire car il risque bien de devoir s’habituer à cette place sur le banc de Benfica.© iStock

Timothy Castagne: un buteur qui devrait rester sur son flanc droit

L’Ardennais a réussi sa première de la saison en Premier League puisqu’il a ouvert le score de la tête pour Leicester, bien servi par James Maddison. Brendan Rodgers l’alignait sur le flanc droit, une place qui devrait aussi être la sienne (en concurrence avec Thomas Meunier) dans le onze de base diabolique.

On se souvient de son dépannage dans un rôle de défenseur central droit en équipe nationale, mais celui-ci devrait rester exceptionnel, surtout que Toby Alderweireld a redonné quelques gages de certitude depuis quelques semaines. Mais au cas où, on peut toujours compter sur lui.

Wout Faes: buteur contre son camp contre l’OM

Beaucoup estiment que Wout Faes devrait recevoir sa chance en équipe nationale. Il lui reste encore à prouver qu’il la mérite au travers de ses prestations en club.

Plutôt bon lors de la dernière saison du Stade Reims, il a repris la nouvelle de très mauvaise manière contre Marseille. Les Champagnards désormais bien aromatisés à la Jupiler se sont inclinés 4-1 au Vélodrome et si Faes y a fait trembler les filets, ce n’était pas ceux de son hôte.

Avait-il l’esprit embrumé par certaines sollicitations comme le pensent les journalistes qui suivent au quotidien le Stade Reims ? Il se chuchotte de plus en plus que Torino, après le probable refus de Denayer, aurait jeté son dévolu sur un autre défenseur diabolique. Mais de diabolique, il n’y avait que son auto-but dimanche.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Arthur Theate: le Theate des cauchemars

Le nouveau défenseur le plus cher de l’histoire du Royaume (18 millions) avait commencé sa love story rennaise de la plus belle des manière en marquant lors de son premier match, amical. Pour sa première officielle, Arthur Theate a aussi fait trembler les filets, mais malheureusement les siens. Et cet auto-but du chevelu belge a causé la perte de l’ambitieux Stade Rennais dans son derby régional contre Lorient.

L’ancien joueur de Bologne, qui devait aussi découvrir un nouveau partenaire lui aussi transféré récemment, le Gallois Joe Rodon, a manifestement eu du mal à se remettre de ce coup du sort car il n’a pas spécialement été brillant dans l’ensemble et a même écopé d’un carton jaune à trois minutes de la fin. Il a été crédité d’une note de 3/10. Autant dire que le Roazhon Park avait l’allure de Theate des cauchemars ce dimanche.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Brandon Mechele: fébrile à l’image du FC Bruges

S’il fut l’un des hommes en forme des Play-offs et a contribué au troisième titre de rang du FC Bruges, Brandon Mechele ne semble pas avoir été en mesure de conserver cette forme après la trêve estivale. Titulaire lors des trois premiers duels de la saison, il est apparu bien fébrile et peu rassurant.

Si sa responsabilité n’est pas vraiment impliquée sur le but de l’Essevee, Mechele n’a pas non plus livré une grande rencontre aussi bien défensivement qu’offensivement. Ses chances d’aller au Qatar n’étaient déjà pas bien grandes, mais ce n’est certainement pas avec ses dernières sorties qu’il pourra faire changer d’avis un Roberto Martinez souvent inflexible quand il s’agit de bousculer une hiérarchie établie.

Zinho Vanheusden: toujours pas en ordre physiquement

Récemment transféré aux Pays-Bas où il doit tenter de relancer sa carrière, après une expérience peu concluante à Genoa, Zinho Vanheusden n’apparaissait pas sur la feuille de match de l’AZ Alkmaar qui a pris le dessus 2-0 contre Go Ahead Eagles.

Le grand espoir défensif belge se remet toujours d’une blessure et on ne sait pas encore quand il pourrait effectuer ses débuts sous ses nouvelles couleurs. Une constante chez Vanheusden malheureusement…

Derrière les casernes malinoises, Siebe van der Heyden n'a pas réédité sa prestation de Glasgow.
Derrière les casernes malinoises, Siebe van der Heyden n’a pas réédité sa prestation de Glasgow.© iStock

Siebe Van der Heyden: la tête déjà en Ecosse

La digestion de l’exploit de mardi contre les Glasgow Rangers semblait difficile pour des Unionistes qui ont plongé derrière les Casernes malinoises. Certains joueurs qui ont reçu leur chance de la part de Karel Geraerts ne l’ont pas saisi et les cadres présents avaient sans doute déjà la tête à Ibrox Park, à l’image d’un Siebe Van der Heyden bien moins enthousiaste et conquérant que d’habitude et que contre le dernier finaliste de l’Europa League.

Un off-day sans doute légitime pour un garçon inexpérimenté à un plus haut niveau et qui découvre la gestion de l’accumulation des matches. Une grande prestation à Glasgow fera sans doute oublier tout ceci. Et il faudra bien cela à Van der Heyden pour éventuellement être l’invité surprise de la sélection diabolique au Qatar.

Hannes Delcroix: un garçon déjà constant

Comme Zinho Vanheusden, Hannes Delcroix doit souvent composer avec un physique fragile. Pour l’instant, ce dernier le laisse tranquille et il peut accumuler les rencontres au sein de la ligne arrière de trois hommes composée par Felice Mazzu. Une bonne manière d’assimiler le système en vigueur chez les Diables rouges, même s’il faudra un miracle et de nombreuses défections pour le voir au Qatar. Mais en enchaînant les bonnes prestations comme il le fait actuellement, c’est certainement le meilleur moyen d’entretenir ce petit espoir.