Qui est Simon Adingra, la nouvelle sensation offensive de l’Union Saint-Gilloise ?

A l'aller, Simon Adingra avait posé beaucoup de problèmes à l'expérimenté capitaine écossais James Tavernier. © iStock

Ce soir, l’Union Saint-Gilloise tentera de se qualifier pour le dernier tour préliminaire de la Ligue des champions contre les Glasgow Rangers. Pour réussir ce coup d’éclat, elle comptera notamment sur Simon Adingra, un homme qui a marqué les esprits en Jupiler Pro League dès ses premières accélérations. Mais qui est vraiment ce jeune Ivoirien qui pourrait être l’une des belles révélations de la saison ?

Douze buts et quatre passes décisives, c’est le bilan chiffré de Simon Adingra dans le championnat danois. Des statistiques qu’il a immédiatement renforcées lors de sa joyeuse entrée sous le maillot de l’Union Saint-Gilloise. Dans une rencontre inaugurale du nouveau championnat où les vice-champions de Belgique n’étaient guère dangereux et accusaient un rettard d’un but sur Saint-Trond, Adingra est sorti tel un diable de sa boîte à la 71e minute de jeu.

Un magnifique petit pont entre les jambes de Mory Konaté, suivi de deux dribbles déroutants qui ont dérouté les défenseurs canaris avant de conclure d’une frappe magistralement placée dans la lucarne opposée. L’Ivorien déposait sa carte de visite d’entrée de jeu sur les pelouses de notre Royaume.

Brighton a acheté l’ailier pour 8 millions d’euros cet été et l’a prêté dans la foulée à Saint-Gilles, où il devra compenser le départ d’un Kaoru Mitoma, lui aussi passé la saison dernière par le Parc Duden alors qu’il venait d’être transféré par les Seagulls. Brighton avait aussi utilisé le même procédé l’hiver dernier avec le Polonais Kacper Kozlowski.

Simon Adingra est donc le joueur dont la valeur marchande est la plus importante dans le noyau de l’Union. Il devra non seulement faire oublier Mitoma, mais aussi Deniz Undav, lui aussi parti du côté de Brighton. Pour ce faire, il fera appel à sa créativité balle au pied et à son sens du but.

Adingra a reçu sa formation à l’académie Right To Dream au Ghana. Une académie de jeunes fondée à la fin des années 1990 par Tom Vernon, un recruteur de Manchester United, et qui est devenue depuis une école de formation réputée dans toute l’Afrique de l’Ouest. 114 joueurs professionnels sont déjà sorti de l’acamédie Right To Dream et ils sont actifs dans le monde entier. Parmi eux, on peut citer Kamaldeen Sulemana du Stade Rennais, Mohammed Kudus de l’Ajax et une connaissance de notre compétition: Kamal Sowah. Le transfert le plsu cher de l’histoire du FC Bruges a également vécu une (courte) aventure anglaise à Leicester.

Tout comme Simon Adingra, qui a trouvé de l’embauche au Danemark du côté du FC Nordsjælland. Il a rapidement convaincu tout le monde dans le pays d’où est parti le dernier Tour de France. Pour ses débuts, il était sur le banc mais lors de sa montée au jeu, il a immédiatement marqué le but égalisateur contre le FC Copenhague, une équipe habituée à jouer les premiers rôles. Après ce fait d’armes, il est rapidement devenu un élément incontournable de l’attaque de sa formation. Le fait qu’une équipe de Premier League comme Brighton l’ait repéré dans un petit championnat comme le Danemark en dit long sur ses qualités.

A Nordsjælland, Simon Adingra s'est non seulement habitué au jaune du maillot de l'Union, mais a aussi montré qu'il voyait très bien le chemin du but.
A Nordsjælland, Simon Adingra s’est non seulement habitué au jaune du maillot de l’Union, mais a aussi montré qu’il voyait très bien le chemin du but.© iStock

Ses nouveaux coéquipiers se montrent également enthousiastes à son sujet. Plusieurs joueurs du noyau ont été très positifs au moment d’évoquer l’apport de leur nouvel attaquant ces dernières semaines. Le gardien de but Anthony Moris a déclaré qu’il était soulagé de ne pas être le seul gardien à ne pas pouvoir attraper ses ballons placés et Dante Vanzeir l’a décrit comme « le joueur dont l’Union avait besoin ». Karel Geeraerts, son entraîneur, est également un fan, mais ne veut pas placer trop de pression sur les jeunes épaules de son joueur. Dans Het Laatste Nieuws, l’ancien adjoint de Felice Mazzu a affirmé qu’il voyait en Adingra l’un des probables grands animateurs de la Jupiler Pro League. « Nous ne devons pas oublier qu’il n’a encore que 20 ans », tempère un Geeraerts prudent et qui ne veut pas « épuiser » son joueur trop tôt dans une saison qui s’annonce beaucoup plus longue que les dernières années.