Speaking of the Devils | Nicky Evrard : « Thibaut Courtois revient de loin »

Nicky Evrard s'envole pour protéger la cage des Red Flames. (Photo by FRANCK FIFE / AFP) / No use as moving pictures or quasi-video streaming. Photos must therefore be posted with an interval of at least 20 seconds. (Photo by FRANCK FIFE/AFP via Getty Images)
Aurelie Herman
Aurelie Herman Journaliste pour Sport/Foot Magazine

Quatre mois après le quart de finale historique des Red Flames à l’EURO 2022, c’est au tour des Diables rouges de porter haut les couleurs belges sur la scène internationale. À quelques heures d’un Mondial qui risque d’en dire beaucoup sur l’avenir de la sélection masculine, la parole est aux Flames, pour évoquer leurs Diables de référence. Aujourd’hui, Nicky Evrard, la gardienne du temple.

Je pense que je méritais un meilleur classement, beaucoup oublient les gardiens de but dans ces récompenses. En voyant leur logique et en sachant comment ils votent, je n’aurais aucune chance de remporter le Ballon d’Or. » Les mots sont cash et sont signés Thibaut Courtois dans la foulée d’une incompréhensible septième place au ranking de la gonfle en or. Il est vrai que dans un football moderne obnubilé par les buts et les assists, il n’est pas toujours facile d’exister pour les portiers. Demandez à Nicky Evrard, qui a dû stopper deux penalties en autant de matches à l’EURO 2022 pour légitimer son talent auprès du grand public.

LIRE AUSSI: Qui est Nicky Evrard, la gardienne des Red Flames ? (portrait)

Le flow, l’ombre et la lumière

« S’il me le demande, je lui filerai un ou deux conseils dans ce domaine », se marre la gardienne d’OHL, lorsqu’on lui dit que le numéro 1 des Diables rouges a parfois tendance à plonger trop vite aux onze mètres (quoique, vu son arrêt contre le Canada…). « Non, plus sérieusement, Courtois est l’une de mes références. C’est simple, il est bon dans tout : le jeu au pied, les réflexes, les plongeons, sur coup de pied arrêté. Et il est dans un tel flow… »

Un flow qui n’a pas toujours été aussi cool, quand Thibaut était vu comme celui qui chassait la légende Keylor Navas de son trône au Real Madrid. « Mais il a su s’en relever. Il revient de loin et n’a rien reçu sur un plateau. Les gens ne se rendent pas toujours compte du travail que ça demande. C’est fou de se dire que quelqu’un puisse être si solide mentalement », salue Nicky Evrard, joueuse la moins passée de Super League et leadeuse du championnat avec Louvain.

On sent qu’il y a une vraie confiance entre Simon Mignolet et ses défenseurs. Cela apparaît notamment quand tout le Club Bruges fête ses arrêts comme s’il avait marqué un but.

Nicky Evrard

Les coups durs, la Red Flame sait elle aussi ce que c’est, entre un transfert horrible à Huelva en 2019, un EURO 2017 vécu sur le banc et treize mois passés dans l’ombre de Justien Odeurs entre septembre 2020 et octobre 2021. « C’était dur, car je savais qu’en tant que gardienne, je n’aurais pas l’occasion de mettre en évidence en match. Je ne pouvais rien faire à part travailler toujours plus pour récupérer ma place », rembobine-t-elle. Une attitude low profile qui tranche avec le côté « grande gueule » de La Pieuvre de Bree. « Ah, c’est clair que je suis pas du genre à me plaindre dans la presse ou à crier au scandale (Rires). Je me contente de performer et de faire ce que je peux. »

Nicky Evrard (à gauche) avec ses équipières Sari Kees (numéro 19) et Hannah Eurlings. Que ce soit chez les Red Flames ou à OHL, la gardienne tente d’être une guide pour ses jeunes partenaires. (Photo by Jose Hernandez/Anadolu Agency via Getty Images)

Le sort cruel de Simon Mignolet

Si Courtois possède un égo aussi large que son envergure, un constat s’impose : l’homme à un mental en béton armé. « C’est vraiment quelque chose dont j’aimerais parler avec lui si je le pouvais : ce qu’il ferait dans telle ou telle situation de match, comment il se prépare dans la tête avant d’entrer sur le terrain », dit Nicky, une lectrice passionnée de biographies de sportifs afin de mieux comprendre leur psyché. « Et c’est pareil avec Simon Mignolet, que j’aime beaucoup aussi. Comment parvient-il à se remettre en selle après s’être pris un but. Il m’impressionne beaucoup par le calme olympien qui l’habite. C’est rassurant pour une défense d’avoir quelqu’un de posé en guise de dernier rempart, quelqu’un sur qui elle peut se reposer. »

LIRE AUSSI: Amber Tysiak : « Renouveler l’effectif des Diables rouges va prendre du temps »

Au-délà du talent pur, c’est cette quasi symbiose qui existe entre le Trudonnaire et ses défenseurs qui ravit Nicky Evrard. « On sent qu’il y a une vraie confiance entre eux. Cela apparaît notamment quand tout le Club Bruges fête les arrêts de Mignolet comme s’il avait marqué un but. C’est vraiment génial de voir ça. Je tente de m’inspirer de ça en étant moi-aussi une leadeuse pour mes jeunes coéquipières à Louvain (elle-même a 27 ans, ndlr), en communiquant le plus possible avec mes défenseuses. »

LIRE AUSSI: Hannah Eurlings : « Les gens ont la mémoire courte avec Eden Hazard »

Il faut dire que le triple champion de Belgique en titre chez les hommes doit beaucoup à la fermeté et à la régularité de Big Sim’. Un Diable dont le grand drame est finalement d’être contemporain de Thibaut Courtois, qui, lui, « évolue carrément sur une autre planète en ce moment », selon Evrard (entre autres…).

Nous, les gardiens, on se bonifie avec l’âge. Car on prend de l’expérience, de la maturité et ça nous permet de mieux analyser les situations qui se présentent à nous.

Nicky Evrard

Une Flandrienne studieuse, qui n’hésite pas à s’envoyer un max de contenu vidéo de ses deux collègues pour mieux visualiser ses propres points de travail. « Mignolet aussi sait tout faire : son jeu au pied est très bon, il lit bien le jeu, sait quand sortir sur un long ballon par exemple, ce qui fait qu’il est toujours bien positionné et a l’air facile », analyse la Louvaniste. « Il ne semble pas très spectaculaire, mais il prend des risques. C’est juste que ce sont des risques calculés. Et en un-contre-un aussi, il est très fort, que ça soit en Ligue des Champions, où il est facile de se motiver, ou dans de plus petits matches. Ça aussi, c’est important : la constance. Simon reste à son meilleur niveau malgré le temps qui passe. Nous, les gardiens, on se bonifie avec l’âge. Car on prend de l’expérience, de la maturité et ça nous permet de mieux analyser les situations qui se présentent à nous. C’est aussi son cas. Le point positif de tout ça, c’est que c’est rassurant pour les Diables. Si l’un connaît un pépin physique, on a un excellent back-up. Autant il y a des interrogations à d’autres postes, autant dans les cages, on est protégés à 100%. »

Voilà qui devrait enlever un peu de pression à des défenseurs diaboliques qui ont un peu les oreilles qui sifflent depuis quelques semaines…

LIRE AUSSI: Justine Vanhaevermaet: « Les Diables vont gagner le Mondial »

LIRE AUSSI: Tessa Wullaert: « Ceux qui critiquent Eden Hazard, qu’ont-ils accompli de leur côté? »

LIRE AUSSI: Sari Kees : « Le fait que peu de gens croient en eux peut motiver les Diables »

LIRE AUSSI: Julie Biesmans : « Les Belges sont trop modestes, on doit se dire que les Diables vont gagner »

LIRE AUSSI: Ives Serneels : « Roberto Martínez ne voit pas le temps passer en Belgique »