Les news de D1A et D1B: un nouveau défenseur sur le départ au FC Bruges, le premier Coréen de La Gantoise et du renfort à Genk

Jack Hendry jaune. © iStock

Chaque jour, nous reviendrons sur les informations importantes dans les coulisses des clubs de D1A et D1B. Aujourd’hui, voici des nouvelles du FC Bruges, de La Gantoise, du RC Genk et de la Challenger Pro League.

Un point de chute pour Jack Hendry en Espagne ?

Rien ne va plus pour Jack Hendry. Il y a un an, le défenseur écossais avait séduit la Belgique sous les couleurs du KV Ostende et avait été repris par son pays pour disputer l’Euro 2021. Fort de ces belles performances, Hendry avait été transféré du Celtic Glasgow, auquel il appartenait, au FC Bruges pour 4,5 millions d’euros.

Titulaire quasi indiscutable au début sous la houlette de Philippe Clement, il a pu disputer les rencontres de Ligue des Champions. L’Ecossais a ensuite perdu de sa superbe et de son crédit. Il a même disparu de la circulation quand Alfred Schreuder a succédé à l’entraîneur belge parti exercer ses services du côté du rocher monégasque.

Avec la nomination de Carl Hoefkens comme T1, le défenseur de 27 ans espérait retrouver des couleurs et une place dans le onze de base, mais une rencontre très décevante à Eupen semble marquer la fin de son aventure en Venise du Nord, alors qu’il y a un contrat qui court jusqu’en 2025. Malgré les problèmes récurrents de l’arrière garde, qui vient en plus de céder récemment Stanley Nsoki, Bruges préfère investir dans de nouvelles têtes pour resolidifier sa muraille défensive.

Comme toujours depuis le début de l’été, le Burnley de Vincent Kompany, à l’affût des bonnes affaires en Pro League, s’est positionné sur les rangs. Mais un média espagnol spécialisé sur l’actualité du club du Real Valladolid, Pucela Fichajes, pense savoir le que promu en Liga aimerait bien louer les services de Jack Hendry.

Il faudrait alors trouver un terrain d’entente avec les Blauw en Zwart qui préfèreraient vendre définitivement l’international écossais.

Un Sud-Coréen chez les Buffalos

La Gantoise accueille depuis ce lundi une nouvelle recrue. Il s’agit de Hyun-seok Hong, un milieu de terrain qui débarque en provenance du championnat autrichien. Il a disputé 39 rencontres pour le compte de LASK Linz la saison dernière et a déjà joué les trois premiers matches de championnat de la nouvelle saison.

Il a passé et réussi ses tests médicaux avant de signer son contrat. Le nouveau numéro 7 Buffalo s’entraînera pour la première fois ce mercredi avec ses nouveaux partenaires.

Ce qui rend ce transfert un peu particulier est que Hyun-seok Hong est le premier Sud-Coréen à porter les couleurs de La Gantoise. Ce n’est cependant pas le premier joueur de ce pays à évoluer en Belgique.

Personne n’a oublié Seol Ki-hyeon , véritable star au pays du matin calme et qui a posé ses valises à l’Antwerp lors de la saison 2000-01, le temps d’inscrire 10 buts en 25 rencontres. Il tape ensuite dans l’oeil d’Anderlecht qui le transfère la saison suivante. L’attaquant, qui évoluera plus souvent sur le flanc gauche au Parc Astrid, restera trois saisons et trouvera le chemin des filets à 18 reprises en 72 apparitions.

Celui qui sera troisième du Mondial 2002 avec son pays mettra ensuite le cap sur l’Angleterre en 2004 où il rejoint Wolverhampton en échange de 2 millions d’euros.

Seol Ki-Hyeon sous les couleurs d'Anderlecht.
Seol Ki-Hyeon sous les couleurs d’Anderlecht.© iStock

On se souvient aussi qu’il y a quelques années, le club brabançon de Tubize avait été racheté par le groupe sud-coréen Sportizen. Une période qui ne fut pas vraiment prospère pour l’éphémère membre de la D1A lors de la saison 2008-2009. Après une bonne première saison de collaboration où les Brabançons rivalisent pour la montée, les Sud-Coréens ont commencé à investir moins d’argent et à laisser tomber petit à petit le club en ne payant pas les joueurs et certaines dettes.

Relégué en D1 amateurs, le club a ensuite rompu les liens avec la Corée du Sud pour se reconstruire sur de nouvelles bases, encore un échelon plus bas, en fusionnant avec le stade Brainois de Thierry Hazard, le père des Diables Eden et Thorgan.

Des quelques Coréens passés par le Stade Leburton à l’époque, aucun ne parviendra à apporter une valeur ajoutée, à part peut-être Jae Gun Lee. Considéré comme un talent prometteur de son pays, il a cependant plus évolué en D2 coréenne par la suite que dans des clubs du top. Il évolue aujourd’hui au Cambodge…

Genk renforce sa défense avant de se pencher sur son attaque

Plutôt calme sur le marché des transferts depuis son coup d’envoi, Genk devrait s’activer maintenant que certains cadres sont de plus en plus proches de la sortie. Si Jhon Lucumi est toujours bien présent dans le Limbourg, la défense n’est pas des plus rassurantes et rien ne dit que l’attaque mitraillette actuelle, qui carbure à trois buts par match, va tenir la cadence pendant toute l’année. C’est pourtant au back droit, place actuellement occupée par le Colombien Daniel Munoz, qu’arrive le deuxième renfort de l’été après Nicolas Castro. Un joueur venu du championnat danois et répondant au doux nom de Rasmus Castersen.

Ce latéral plutôt offensif évoluait à Sikelborg où il adressait un paquet de passes décisives. Ainsi, la saison dernière, il en délivré 8 en 31 rencontres et pour cette nouvelle saison, il en comptait déjà deux au compteur après seulement 3 journées. Il peut aussi évoluer un cran plus haut si nécessaire.

En pointe, alors que l’avenir de Cyriel Dessers semble se dessiner en Italie et que Paul Onuachu n’est pas plus sûr de rester dans le Limbourg, c’est une vieille connaissance qui pourrait faire son retour à la Cegeka Arena.

Mbwana Ally Samatta devrait réenfiler le maillot de Genk, un club avec lequel il a connu ses plus belles heures avant un départ pour Aston Villa puis Fenerbahçe qui ne fut pas couronné de succès. Le Tanzanien a joué dans le Limbourg entre 2016 et 2020, après être arrivé en provenance du TP Mazembe.

En 144 apparitions chez les Smurfen, il a secoué les filets adverses à 76 reprises. Wouter Vrancken cherche un attaquant qui n’a pas besoin de temps d’adaptation et Samatta présente évidemment un profil intéressant. La saison dernière, il évoluait d’ailleurs en Belgique, du côté de l’Antwerp, qui l’avait loué au Fener.

Son bilan au Bosuil n’était en revanche pas des plus convaincants, avec seulement six petites roses plantées en 21 rencontres. Pas de quoi convaincre, le matricule 1 de lui offrir une prolongation de bail ou de l’acheter définitivement. L’air du Limbourg et les sensations d’une pelouse qui lui a tant réussi réveilleront-ils l’instinct du buteur désormais endormi chez Samatta ?

Samatta n'a pas vraiment brillé à l'Antwerp comme sous le maillot de Genk.
Samatta n’a pas vraiment brillé à l’Antwerp comme sous le maillot de Genk.© iStock

Ouf, la challenger Pro League passera finalement bien à la télé ?

Trois jours avant le début du championnat de D1B, il n’y a toujours pas d’accord entre la Pro League et le détenteur des droits télévisés Eleven Sports pour la diffusion des rencontres en direct. Selon le contrat qui lie ce dernier et la Pro League, Eleven doit diffuser tous les matchs de la Challenger Pro League.

L’intégration à la série depuis cette saison de quatre équipes espoirs U21 a augmenté considérablement le nombre de matches qui va passer de quatre à six par journée de championnat. Eleven Sports ne se réjouit que partiellement de cet élargissement de la série. Par l’intermédiaire de son partenaire de diffusion Mediapro, l’entreprise doit supporter les coûts de production de deux rencontres en plus par week-end sans recevoir de revenus supplémentaires. La société a donc demandé une compensation à la Pro League, mais un accord n’a pas encore été trouvé à l’heure actuelle.

L’organisation des clubs professionnels est embarrassée par la situation et s’est contentée d’une réaction laconique en déclarant qu’elle attend de « toutes les parties qu’elles respectent leurs obligations contractuelles ».

Ces négociations difficiles ne sont pas sans rappeller la situation de la saison 2020-2021, lorsque la Jupiler Pro League était passée de seize à dix-huit équipes sous la pression juridique du Beerschot et d’OHL et dans un contexte particulier de (non) relégation de Waasland-Beveren au terme d’un championnat écourté par la crise sanitaire.

À cette époque, Eleven Sports avait également demandé une compensation pour les coûts supplémentaires de diffusion que cela allait entraîner. Finalement, un accord avait été trouvé et toutes les rencontres ont été retransmises à la télévision.

Thibo Baeten (à gauche) du Beerschot lors d'un match amical contre le FC Bruges ne sait toujours pas si les rencontres de son équipe seront diffusées sur Eleven Sports.
Thibo Baeten (à gauche) du Beerschot lors d’un match amical contre le FC Bruges ne sait toujours pas si les rencontres de son équipe seront diffusées sur Eleven Sports.© iStock

On s’attend donc à ce qu’un compromis soit trouvé, même si le temps semble compté d’ici vendredi et le premier duel de la saison en Challenger Pro League entre le promu de Dender et Lommel.

Pour faire bouger les choses, Eleven Sports a proposé à la Pro League une compensation minimale. Les matchs de D1B seraient alors diffusés au coût le plus bas, avec un minimum de caméras. L’organisation des clubs professionnels n’avait pas encore répondu à la dernière proposition lundi.

Ce mardi midi, Jan Mosselmans, tenait à rassurer tout le monde en affirmant que tous les matches seraient bien diffusés et que l’absence de communication de son groupe n’était juste qu’une question de timing qui avait été mal interprétée.