Radja Nainggolan fait ses adieux à l’Antwerp: « Dommage que l’histoire se termine de cette manière »

(Photo by Jeroen Meuwsen/BSR Agency/Getty Images)
/ /

L’Antwerp et Radja Nainggolan se sont séparés après une année et demi de collaboration plus marquée par les frasques que par les coups d’éclat de l’ancien Ninja des Diables rouges.

C’est avec un court message sur Instagram que Radja Nainggolan a fait ses adieux aux supporters de l’Antwerp. L’ancien Diable rouge avait rejoint le matricule 1 lors de l’été 2021 mais n’a jamais vraiment su justifier un salaire royal et le statut qu’il s’était forgé en Italie, grâce à des passages à Cagliari, l’AS Roma ou l’Inter. « C’est dommage que ça doive se terminer de cette manière », a écrit le milieu de terrain de 34 ans mardi. Son contrat aurait été rompu d’un commun accord dans l’intervalle.

« J’ai rencontré beaucoup de bonnes personnes ici, beaucoup de bons coéquipiers aussi. Ils doivent continuer à se battre pour atteindre notre objectif, à savoir disputer les play-offs 1. Je leur souhaite le meilleur. C’est tout », a conclu le natif de la ville portuaire.

Nainggolan a disputé son dernier match pour le ‘Great Old’ le 16 octobre. Ensuite, il avait été écarté du noyau A car il avait été surpris avec une cigarette électronique sur le banc avant le coup d’envoi du match contre le Standard, alors qu’il est interdit de fumer dans les stades. Une semaine plus tôt, l’ancien Diable Rouge avait été arrêté par une patrouille sans permis de conduire valide et sa voiture avait été confisquée.
Le 13 novembre, le club avait annoncé qu’il avait été décidé « de ne pas reprendre » Nainggolan dans le noyau A et qu’il « collaborera à un éventuel transfert ». Les frasques de trop.

Reste à voir où rebondira désormais le joueur qui fêtera ses 35 ans en 2023. Les divers pistes évoqués ces dernières semaines l’envoyaient en MLS à l’Inter Miami de David Beckham ou évoquaient un retour à Cagliari, un club désormais pensionnaire de Serie B (la deuxième division italienne) et entraîné depuis peu par le vétéran italien Claudio Ranieri.