Où sont les joueurs formés par le FC Bruges ?

Brandon Mechele n'est plus tout jeune mais reste l'un des rares joueurs formés à Bruges à s'être installé dans la durée en équipe première. (Photo by Joris Verwijst/BSR Agency/Getty Images)
Steve Van Herpe
Steve Van Herpe Steve Van Herpe est rédacteur de Sport/Voetbalmagazine.

D’ici la saison 2023-24, les Blauw en Zwart affichent comme ambition d’avoir la moitié de leur équipe première issue de leur centre de formation. Un objectif qui pour l’heure semble encore difficile à atteindre. Explications

Dimanche soir, le FC Bruges accueillera Anderlecht au stade Jan Breydel. Les Mauve et Blanc sont depuis des années une référence en matière de travail avec les jeunes. À Neerpede, le réservoir de talents semble inépuisable. Une enquête menée par Sport/Foot Magazine auprès des clubs de Jupiler Pro League et de Challenger Pro League explique que le Sporting Bruxellois voudrait que, d’ici la saison 2027-28, son noyau soit composé entre 40 et 60% de jeunes issus de son centre de formation.

Le FC Bruges n’ait pas souhaité répondre à cette question dans notre enquête mais on sait depuis longtemps que le club de Flandre-Occidentale est très ambitieux dans sa volonté de pouvoir s’appuyer plus largement sur ses propres pépites.

En 2020, Pascal De Maesschalck, alors responsable du développement des jeunes du FC Bruges, déclarait ceci dans les colonnes du Krant van West-Vlaanderen : « Nous avons un projet appelé 2023. D’ici là, nous voudrions avoir cinq joueurs du cru dans le onze de base de l’équipe première. En 2024, nous aimerions que la moitié de notre onze de base soit composée de jeunes joueurs formés par nos soins. Peut-être que vous ne les verrez pas tous en même temps sur la feuille de match, à cause de blessures ou de suspensions. Mais je pense quon devrait être assez proche de cet objectif dans certaines rencontres. »

Depuis lors, De Maesschalck a rejoint l’AS Monaco où il a retrouvé l’ancien guide de l’équipe première Philippe Clement. Mais en attendant, son projet a reçu l’aval de Vincent Mannaert et Bart Verhaeghe, les deux hommes les plus puissants du club sacré champion de Belgique les trois dernières saisons.

Senne Lammens et Noah Mbamba ou la fuite des talents ?

Le Club Brugeois compte actuellement 12 joueurs du cru dans le noyau A. Brandon Mechele est le seul titulaire de l’équipe première, mais aussi le plus âgé puisqu’il fêtera son trentième anniversaire à la fin du mois. Il a aussi dû patienter avant de vraiment faire partie des meubles au stade Jan Breydel. Dans le même temps, il semble de plus en plus probable que les Blauw en Zwart devront se séparer de deux joueurs prometteurs issus de leur centre de formation au cours de ce mercato d’hiver. Le gardien de 20 ans, Senne Lammens, au Club depuis 2014, est en route pour Leeds et le milieu de terrain de 18 ans, Noah Mbamba, transféré du KRC Genk en 2020, devrait rejoindre gratuitement le Bayer Leverkusen cet été.

Avec Simon Mignolet, récemment prolongé et titulaire indiscutable entre les perches, Lammens voyait son avenir à court terme bouché. Quant à Mbamba, qui n’a déjà pas eu l’occasion de jouer pendant le court règne d’Alfred Schreuder, il a assisté avec tristesse à l’arrivée de Raphael Onyedika lors du dernier mercato estival. Le Nigérian de 21 ans qui a coûté la bagatelle de 10 millions d’euros s’est depuis lors rendu incontournable dans le milieu de terrain Blauw en Zwart. Voyant là aussi son avenir s’obscurcir, il n’a pas souhaité prolonger son contrat qui arrivait à son terme en juin prochain.

On pourrait aussi citer le cas d’Arne Engels, un milieu qui n’avait pour l’heure pas réussi à intégrer l’équipe première. Joueur important du Club NXT, il arrivait lui aussi en fin de contrat en Venise du Nord et il a rejoint Augsbourg, pensionnaire de Bundesliga, dès cet hiver. Ce qui a permis au champion de Belgique de récupérer une centaine de milliers d’euros dans l’aventure.

Désormais barré par Raphael Onyedika, Noah Mbamba, l’une des grandes promesses du centre de formation du Club Brugeois, n’a pas prolongé son contrat qui arrivait à son terme à la fin de la saison. (Photo by JILL DELSAUX/BELGA MAG/AFP via Getty Images)

L’éclosion des jeunes dépend de la volonté de l’entraîneur de l’équipe première

L’entraîneur de l’équipe première a d’ailleurs un rôle très important dans l’éclosion ou non des joueurs formés par un club. Philippe Clement, par exemple, a rapidement lancé Charles De Ketelaere dans le grand bain. D’autres talents du cru ont aussi reçu leur chance mais n’ont pas réussi à percer aussi bien que le désormais joueur de Milan, qui aura aussi bien rempli les caisses brugeoises (35 millions d’euros).

Cette voie a été poursuivie sous le court règne de Carl Hoefkens. Ce dernier avait été en charge des U18 et U21 blauw en zwart avant de devenir le big boss de l’équipe première. Il avait déclaré au début de cette saison qu’il n’avait pas l’intention de dérouler le tapis rouge pour les jeunes joueurs, mais qu’ils se verraient offrir des opportunités si elles se manifestaient. C’est ainsi que des joueurs comme Antonio Nusa, Jorne Spileers, Lynnt Audoor et Cisse Sandra ont pu montrer des échantillons de leurs qualités sous la direction de l’ancien entraîneur brugeois. Cependant, Hoefkens n’en a jamais lancé un d’entrée. Il ne fallait pas franchir les étapes trop vite.

Scott Parker peut-il changer la donne ?

La donne peut-elle changer avec l’arrivée de Scott Parker à l’ombre du Jan Breydel Stadion ? L’Anglais de 42 ans possède une grande expérience du travail avec les jeunes. Quelques mois après avoir rangé les crampons, il s’est vu confier la mission de guider les U18 de Tottenham.

Un joueur belge a bien connu le nouveau T1 brugeois à l’époque. Il s’agit de Jonathan De Bie, le troisième gardien du RWDM. Aujourd’hui âgé de 22 ans, le frère de Thomas De Bie, qui évolue lui aussi comme gardien à Tubize-Braine en D2 amateurs, ne conserve que de bons souvenirs de cette époque. « J’étais capitaine de l’équipe et j’ai été élu meilleur joueur de l’Académie cette saison-là. Je le devais en partie à Scott, à ses conseils tactiques et techniques », déclare-t-il récemment dans les colonnes de La Dernière Heure.

De Bie décrit Parker comme un entraîneur très proche de ses joueurs. « Il était toujours disponible, à l’écoute et positif. On pouvait lui parler de n’importe quoi et on ressentait sa confiance. Il vous donne l’envie de vous dépasser », explique le gardien du RWDM.

Scott Parker s’est occupé des U18 de Tottenham lors de ses débuts comme entraîneur. Il a notamment eu sous sa coupe Jonathan De Bie, désormais troisième gardien du RWDM. (Photo by Tottenham Hotspur FC via Getty Images)

« Dans le vestiaire, il s’est révélé être un bon motivateur. Il était toujours derrière nous », se souvient Jonathan De Bie. « Il acceptait nos erreurs mais dans les grands matches, contre Arsenal ou Chelsea, il nous disait aussi qu’il ne fallait surtout pas perdre. Il est ensuite devenu plus exigeant. Cela nous a donné un coup de pouce », estime le joueur du RWDM.

La saison dernière à Bournemouth, Scott Parker était à l’origine de la révélation de jeunes d’une vingtaine d’années, comme le gardien Mark Travers, le latéral gauche Jaidon Anthony et le latéral gauche Jordan Zemura (tous âgés de 23 ans).

Pourra-t-il, grâce à ces diverses expériences, faire progresser les jeunes joueurs formés par le FC Bruges ? C’est sans doute l’un des objectifs recherchés.

Des ambitions difficiles à réaliser

L’ambition, expliquée plus haut, d’avoir cinq joueurs du cru dans le onze de départ en 2023 semble difficile à atteindre.

Il existe aussi toute une série de facteurs qui empêchent cela. Le Club Brugeois ne veut pas rater le train de la Ligue des champions réformée (et les revenus qui vont avec) lors de la saison 2024-25. Les Blauw en Zwart ont largement investi dans la jeunesse au cours du règne du duo Verhaeghe-Mannaert. Mais ces efforts ne permettent pas encore à un jeune joueur du cru de s’installer durablement parmi les titulaires brugeois.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici