Mats Rits sur la voie du retour au FC Bruges: « Bien sûr, je pense que je peux retrouver ma place »

Mats Rits (Photo by Jeroen Meuwsen/BSR Agency/Getty Images)
/ /

Le 1er mai dernier, le milieu de terrain de 29 ans s’est déchiré le ligament croisé du genou droit. Après une longue rééducation de huit mois, la « femme de ménage » des Blauw en Zwart  (à prendre comme un compliment selon Paul Van Himst) est de pratiquement apte pour le service. De Krant van West-Vlaanderen est allé à sa rencontre.

Après huit mois d’absence, Mats Rits semble se rapprocher d’un retour sur les terrains. Le Belge de 29 ans s’était déchiré le ligament croisé du genou droit lors du premier match des Play-off contre Anderlecht le 1er mai. Une longue rééducation a ensuite suivi, sans trop d’accrocs. « Je n’ai jamais vraiment lutté mentalement. Cela s’est mieux passé qu’il y a dix ans, lorsqu’à l’Ajax », estime Rits. « J’étais également absent pendant six mois à cause de problèmes de dos », poursuit-il dans le Krant van West-Vlaanderen. « J’étais aussi plus jeune et sans doute plus impatient et à l’étranger… Depuis lors, j’ai vécu beaucoup de belles choses dans ma carrière, j’aurai trente ans l’été prochain. J’ai également accepté que les blessures font partie du football et qu’au final je n’ai pas eu de blessure pendant dix ans. J’ai simplement pris conscience qu’il y a d’autres choses dans la vie que le football et du coup, je ne me suis jamais découragé », raconte celui qui défend les couleurs du Club Brugeois depuis 2018.

« L’envie est très grande, bien sûr. Surtout depuis que j’ai été autorisé à m’entraîner à nouveau à l’extérieur », poursuit Rits. « Puis vous voyez les autres s’entraîner et ça vous démange vraiment. Raphaël Onyedika, Casper Nielsen et Hans Vanaken sont trois joueurs fantastiques. Et pourtant, je suis convaincu que je vais retrouver ma place dans le onze de départ. Je suis devenu footballeur pour être sur le terrain et j’ai suffisamment confiance en moi. C’est entre mes mains. (rires) »

Mats Rits contre Genk et Joseph Paintsil le 20 mars dernier. Depuis, le club, aussi bien que le joueur, ont pris une toute autre dimension. (Photo by Maarten Straetemans/Isosport/MB Media/Getty Images)

« On a évoqué mon nom en début d’année pour intégrer le noyau des Diables rouges. Mais je ne décide pas de la sélection, vous comprenez ? Non, je n’ai pas pensé à ça pendant la dernière Coupe du monde. Maintenant qu’un nouveau sélectionneur national va arriver, je ne vais pas en perdre le sommeil. Bien sûr, j’aimerais revivre cette expérience, mais je ne considérerai pas l’équipe nationale comme une manque après ma carrière si je n’y suis pas appelé », avoue Mats Rits.

Sous les ordres de son nouvel entraîneur Scott Parker, le FC Bruges devra à nouveau se battre pour le titre. Mais l’écart avec Genk est aujourd’hui assez important. « C’est simple : à nous combler cet écart. Et au moins, de faire en sorte qu’il ne se creuse pas encore d’ici dimanche avec notre déplacement dans le Limbourg. Affirmer qu’il s’agira d’un match crucial est sans doute un bien grand mot. Rien ne sera encore fait si l’on s’incline et il ne sera pas vrai de dire qu’on aura cassé l’élan de Genk si l’on gagne. Il n’y a toujours que « seulement » trois points en jeu. Si nous l’emportons et que nous nous inclinons lors de la rencontre suivante, nous serons à nouveau loin. Mais bien sûr, ce sera un match très important. Mais avec encore 51 points à distribuer et la division des points par deux avant le coup d’envoi des play-offs, beaucoup de choses peuvent encore se produire. Nous allons en tout cas jouer pour réduire notre écart ! Bien que cette mission ne sera pas évidente car Genk est une excellente équipe », concède le numéro 26 des champions de Belgique en titre.

Lire l’interview complète (en Néerlandais) de Mats Rits pour le Krant van West-Vlaanderen