L’Union toujours portée par son capitaine, le réalisme de l’Anderlecht version Riemer et Cuypers sur le podium: quelques chiffres à retenir de la 20e journée de Pro League

Teddy Teuma est toujours aussi précieux pour l'Union. BELGA PHOTO KURT DESPLENTER

La saison de Pro League 2022-23 vivait son vingtième épisode ce week-end. Mais que faut-il retenir des rencontres disputées sur les pelouses du Royaume ? On vous résume tout en quelques statistiques et faits marquants. Ce lundi, on s’attarde sur la victoire autoritaire d’une Union qui s’affirme de plus en plus comme le grand rival de Genk. On reviendra aussi sur la production offensive d’un Anderlecht aidé par ses adversaires avant de souligner la solidité défensive de Saint-Trond. Et bien d’autres choses encore.

L’Union continue sa belle série, toujours portée par son capitaine

7

L’Union Saint-Gilloise a remporté sa septième victoire consécutive, toutes compétitions confondues, contre l’Antwerp, ce dimanche. Les Apaches possèdent désormais six points d’avance sur le Great Old, mais accusent toujours 7 points de retard sur Genk. Sur les 15 dernières rencontres de Jupiler Pro League, les vice-champions de Belgique sont les seuls à suivre quelque peu le train d’enfer des Limbourgeois avec 11 victoires, 2 partages et 2 défaites, justement contre le leader du championnat et contre l’Antwerp, lors du déplacement au Bosuil. Ce dernier affiche un bilan beaucoup moins brillant sur ses quinze dernières sorties avec 5 défaites, 3 partages et seulement 7 victoires. Du côté du FC Bruges, c’est aussi la soupe à la grimace avec un bilan à peine meilleur que les anversois: 7 succès, 4 revers et 4 matches nuls.

Avec 13 victoires et seulement 1 défaite et 1 partage, Genk réalise le parcours sans faute. Et pour faire tomber le leader de son piédestal, il faudra aussi le vaincre au cours des Playoffs ou lors du prochain déplacement dans le Limbourg, le 12 mars prochain. Car comme le rappelait Karel Geraerts dans notre magazine le mois dernier, c’est parce que l’Union n’a pas été capable de battre une seule fois le Club Brugeois qu’elle est passée de peu à côté du titre la saison dernière.

Teuma, le Teddy Bear de l’Union. Cette dernière peut toujours compter sur lui comme un enfant sur son ours en peluche. BELGA PHOTO LAURIE DIEFFEMBACQ

4

Et pour maintenir son beau rythme de croisière, l’Union Saint-Gilloise peut toujours s’appuyer sur son capitaine Teddy Teuma, qui a encore été décisif lors de quatre de ses cinq dernières sorties en championnat. L’international maltais a ainsi marqué face à Seraing, a été à l’assist contre le Standard avant de trouver la faille et d’adresser une passe décisive, aussi bien lors des venues d’Ostende et de l’Antwerp au Parc Duden. Il n’y a que contre Westerlo, la dernière fois où les Apaches n’ont pas remporté la totalité de l’enjeu, qu’il n’a pas été décisif.

Ses 3 buts et 3 assists lors des 5 derniers matches ont permis d’engranger 13 points sur 15. Avec un temps de jeu de 86% cette saison en championnat, six buts et 8 passes décisives, Teuma est le deuxième meilleur réalisateur du club derrière Dante Vanzeir (10) et à égalité avec Simon Adingra. Il est aussi le deuxième pourvoyeur d’assists de la Pro League, derrière l’intouchable Mike Trésor. Depuis le départ de Casper Nielsen au FC Bruges, celui qui est passé de la capitale française (le Red Star) à la belge en janvier 2019 est devenu la boussole de l’Union.

L’efficacité de l’Anderlecht version Brian Riemer

0,50

Ce dimanche, Anderlecht a réussi un petit hold up sur la pelouse du stade Jan Breydel en ramenant une unité. Il aura fallu un tir de Kristian Arnstad, doublement dévié par Denis Odoi et Brandon Mechele, pour tromper Simon Mignolet. Les Bruxellois n’auront pas cadré une seule fois lors de leur après-midi en Venise du Nord et n’ont tenté leur chance que quatre fois au but. Depuis la prise de pouvoir de Brian Riemer, la production offensive des Mauves est plutôt faiblarde.

Anderlecht tire peu et se procure peu d’occasions sous Brian Riemer mais marque à chaque fois. BELGA PHOTO VIRGINIE LEFOUR

En effet, même s’ils ont marqué à chaque fois lors de leurs trois dernières sorties, leur meilleur artificier se trouve dans le camp d’en face. Contre Charleroi, c’est Adem Zorgane qui avait permis au RSCA de l’emporter avant que Mechele ne l’imite malencontreusement ce dimanche. Il n’y a donc que Fabio Silva qui a marqué pour Anderlecht, match de Coupe contre Genk compris, depuis le changement de régime.

Cela se traduit bien évidemment dans la feuille de statistiques. Anderlecht n’a tiré seulement que 15 fois au but en 270 minutes et sa moyenne d’expected goals n’est que de 0,5… Contre Charleroi, ils avaient eu 0,82 XG. Ce total était descendu à 0,54 contre l’Union et à 0,16 lors du match à Bruges. Dans les prochaines semaines, pour remonter la pente, il faudra cependant se créer plus d’occasions pour espérer marquer plus encore si ce relatif réalisme se confirme. Riemer souhaitait mettre en place un jeu attractif, il doit pour l’instant se contenter d’un bloc nettement mieux organisé défensivement que sous son prédecesseur. Reste à voir si Anders Dreyer, dont la feuille de statistiques est plus qu’intéressante, pourra solutionner une grande partie des problèmes d’animation offensive d’un RSCA dont le milieu de terrain n’a jamais semblé aussi faible techniquement que cette saison.

Trésor retrouve ses bonnes vieilles habitudes

3

C’est le nombre de matches consécutifs au cours desquels, Mike Trésor était resté inactif avec Genk. Contre Zulte Waregem, il a offert à la nouvelle recrue hivernale des Limbourgeois, Yira Sor, son premier but en Jupiler Pro League. Le meilleur passeur du championnat retrouve donc ses bonnes vieilles habitudes, car avant cette petite baisse de régime hivernale, il avait compilé 8 assists en six sorties. En revanche, il semble désormais entièrement se consacrer à ce rôle de fournisseur de caviar puisque l’ancien international espoir n’a plus marqué depuis son doublé à Seraing, le 27 août dernier. Il avait d’ailleurs trouvé la faille par cinq fois lors des six premières journées de championnat. Au niveau des passes décisives, il en compte désormais 14.

Mike Tresor Ndayishimiye a offert à Yira Sor son premier but dans le championnat belge. C’est son 14e assist de la saison. BELGA PHOTO JOHAN EYCKENS

Hugo Cuypers, l’attaquant belge en forme

11

La Gantoise a difficilement battu Courtrai ce dimanche et s’en est remis à son attaquant Hugo Cuypers. Si les Buffalos n’ont pas toujours été les plus heureux dans leurs transferts onéreux ces dernières saisons, ils ne peuvent que se féliciter de l’acquisition de l’ancien du FC Malines cet été. Quatre millions judicieusement investis pour un homme qui facture 11 réalisations en 19 rencontres de championnat cette saison, sans oublier deux passes décisives. Il monte donc sur le podium des meilleurs artificiers de Pro League puisqu’il occupe la troisième place en compagnie de Vincent Janssen (Antwerp). Seuls Mario Gonzalez, le goleador espagnol d’OHL, et l’inévitable Paul Onuachu font mieux que lui avec respectivement 13 et 14 roses plantées dans les parterres du Royaume en championnat.

Hugo Cuypers est toujours le meilleur buteur belge du championnat. BELGA PHOTO TOM GOYVAERTS

C’est aussi la troisième fois cette saison qu’un des buts d’Hugo Cuypers permet à La Gantoise de s’imposer par la plus petite des marges. Même si pour le coup, ce dimanche, l’attaquant formé au Standard a vu double pour la seconde fois de la saison. Mais la dernière fois, son équipe s’était inclinée contre le Cercle Bruges. De quoi particulièrement savourer ce doublé.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

La disette historique de Seraing au Pairay

16

Si Seraing a contraint le Standard au partage, il n’a pas réussi à confirmer son beau succès décroché à Ostende. Et la disette des Metallos sur leurs terres continue. Elle même historique au niveau de l’histoire du championnat belge. Seraing n’a ainsi remporté aucun de ses 16 derniers matches à domicile. Battu onze fois, il a aussi concédé le score de parité à cinq reprises. Cette absence de victoires dans ses installations est la plus longue dans le championnat belge depuis… 1987.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

A l’époque Berchem Sport avait connu 21 rencontres sans succès au Rooi (rebaptisé depuis lors stade Ludo Coeck). Il reste donc cinq rencontres aux Metallos pour ne pas égaler ce triste record. Les cinq prochains invités du Pairay se nomment Anderlecht, Louvain, Zulte Waregem, le FC Malines et l’Antwerp. Si Seraing ne remportait pas les trois points d’ici là, La Gantoise pourrait devenir la 22e formation consécutive à priver les locaux d’une victoire au Pairay. Et ce ne serait pas un poisson d’avril.

Le Cercle ne tourne pas rond au Mambourg

9

Charleroi se donne une bouffée d’air grâce à six sur six et repasse au classement devant Anderlecht, l’ancien club de Felice Mazzu, revenu sur le banc zébré. Défait par son ancien club pour sa première, le technicien a redressé la barre et a réinstauré le Mazzu Time à Eupen. Contre le Cercle, ce dimanche, il a permis à Charleroi de remporter son neuvième match contre cet adversaire sur les dix dernières réceptions au Mambourg.

Six sur six en championnat pour Felice Mazzu qui a pu voir que la venue du Cercle au Mambourg était toujours favorable aux Zèbres. BELGA PHOTO VIRGINIE LEFOUR

Il faut en effet remonter à pratiquement huit années en arrière, le 17 janvier 2015 pour retrouver trace d’une victoire du deuxième club de la Venise du Nord au stade du pays de Charleroi (0-2). Mazzu était déjà sur le banc et pour la petite histoire, les deux buts du Cercle avaient été signés par Jinty Caenepeel et Stephen Buyl. Lors des 11 duels suivants, disputés aussi bien à Charleroi qu’à Bruges, les Zèbres l’ont emporté à 8 reprises et n’ont concédé que 3 revers, dont 2 dans les confrontations qui ont suivi cette dernière défaite à domicile.

Eupen réduit au mutisme par des Canaris efficaces hors de leur volière du Stayen

8

C’est le nombre de rencontres consécutives lors desquelles Eupen avait au moins marqué un but ces dernières semaines. Le 9 octobre dernier, La Gantoise avait balayé les Pandas au Kehrweg sur un score sans appel de 0-4. Depuis lors, les Germanophones avaient fait trembler les filets adverses à 17 reprises en 8 sorties, dont quatre contre Louvain et cinq contre Zulte Waregem. C’est donc la solide défense trudonnaire qui a mis l’attaque d’Eupen en échec.

L’organisation défensive trudonnaire a encore fait ses preuves au Kehrweg. BELGA PHOTO JOHN THYS

10

Et ce n’est sans doute pas un hasard si ce sont les Canaris qui ont réduit les Pandas au silence. Loin de leur volière du Stayen, ils semblent intraitable. Le STVV possède tout simplement le troisième meilleur bilan de l’élite en déplacement cette saison, derrière Genk et l’Union. En 11 sorties, les Trudonnaires se sont imposés à 5 reprises, ont partagé 4 fois l’enjeu et n’ont subi que 2 défaites. S’ils n’ont marqué que 13 fois, ils n’ont en revanche pris que 10 buts.

On le sait, Bernd Hollerbach est un entraîneur capable de mettre en place une bonne organisation défensive. Sa formation est la deuxième la plus imperméable hors de ses bases. Seul Genk encaisse moins à l’extérieur (8 buts mais en seulement 9 rencontres). Sur l’ensemble du championnat aussi, le STVV occupe la deuxième place sur le plan défensif avec 20 goals concédés en autant de rencontres. Là aussi, c’est Genk qui se trouve en pole position avec seulement 17 ballons qui ont terminé au fond de ses filets.

Offensivement en revanche, Saint-Trond se contente du service minimum avec 22 buts marqués. Et le recrutement de Gianni Bruno a été une très belle pioche pour les Limbourgeois puisqu’il a marqué 9 fois en 17 apparitions en championnat et qu’il est bon à lui seul pour 41% de la production offensive des Canaris.

Ostende boit encore la tasse

1

Si Saint-Trond s’exporte bien, ce n’est pas du tout le cas d’Ostende qui présente un bilan dramatique lorsqu’il quitte la côte belge. Il n’y a qu’à Charleroi, le 6 août dernier, que les KVO l’a emporté cette saison. Pour le reste on recense 8 revers et 2 partages.