Les soucis défensifs du FC Bruges, un début d’effet Mazzu à Charleroi et des rouges pour les Rouches : quelques chiffres à retenir de la 22e journée de Pro League

Le FC Bruges a de nouveau été tenu en échec. Cette fois contre Charleroi. (Photo by DAVID CATRY / BELGA / AFP) / Belgium OUT (Photo by DAVID CATRY/BELGA/AFP via Getty Images)

La saison de Pro League 2022-23 vivait son 22e épisode ce week-end. Mais que faut-il retenir des rencontres disputées sur les pelouses du Royaume ? On vous résume tout en quelques statistiques et faits marquants. Ce lundi, on évoquera le nouveau porte-bonheur offensif de l’Union, les soucis d’efficacité de Seraing, les artificiers en forme de La Gantoise et de l’Antwerp et la solidité malinoise derrière ses casernes. Et d’autres choses encore.

La défense du FC Bruges toujours à la dérive

16

Simon Mignolet est sans doute le grandissime favori du Soulier d’or qui va surtout récompenser le gant le plus ferme de l’année 2022. Impérial lors des Playoffs pour le titre et en Ligue des Champions, Big Si’ n’a pourtant plus préservé ses filets inviolés en championnat depuis le…19 octobre. Cela fait donc neuf rencontres consécutives qu’il doit aller au moins une fois repêcher le cuir au fond de ses filets. Mignolet l’a d’ailleurs fait à 16 reprises au cours de cette période, soit 1,7 fois en moyenne par rencontre. Et dire que sans son dernier rempart, le champion de Belgique en titre encaisserait sûrement plus. On rappellera que lors des derniers Playoffs des champions, Mignolet facturait 4,37 prevented goals, soit un peu plus de quatre buts « arrêtés » selon les post shot expected goals qui évaluent la qualité des frappes adverses. Ce chiffre montait même à 5,11 après les quatre premières sorties en Champions League. Malgré ces chiffres défavorables, le FC Bruges avait pourtant réussi six clean sheets jusqu’au 19 octobre dans la compétition nationale. Avant que le dernier rempart ne parvienne plus à lui seul à masquer les manquements de son arrière-garde.

Les semaines passent, trois coaches se sont succédés sur le banc en 2022, mais l’organisation défensive brugeoise patauge toujours. L’absence de Clinton Mata et les ventes d’Odilon Kossounou et Stanley Nsoki se font-elles finalement ressentir plus fortement que prévu à l’ombre du Jan Breydel stadion ?

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

3

Suite à ces nouveaux points perdus sur la pelouse de de Charleroi, le FC Bruges ne figure même plus dans le top 5 et ne disputerait même pas les Playoffs pour l’attribution du titre national. L’arrivée de Scott Parker n’a pas eu l’effet escompté puisque l’Anglais n’a toujours pas gagné depuis sa prise de pouvoir et que son bilan chiffré n’est que de 3 points sur 12… Indigne d’un candidat au titre.

Simon Mignolet semble dépité après avoir été recherché encore par deux fois un ballon au fond de ses filets. BELGA PHOTO DAVID CATRY

S’il fallait vraiment retirer quelque chose de positif de ce nouvel échec brugeois en championnat, ce serait la « remontada », la troisième de la saison, opérée contre Charleroi. Cette saison, c’est plus souvent au scénario inverse auquel on avait assisté lors des rencontres disputées par les Blauw en Zwart. Par sept fois, ils n’avaient pas su conserver leur avance au tableau marquoir. La dernière fois que Bruges avait remonté un retard d’au moins un but remontait d’ailleurs au déplacement contre Charleroi, le 26 août dernier. Lors de la première journée, contre Genk, les champions en titre avaient aussi renversé la vapeur après avoir été menés 1-2 à la 47e.

Cuypers va-t-il combler un manque pour les attaquants belges ?

3

Le 17 mars 2019, c’était la dernière fois que La Gantoise avait pris la mesure de Saint-Trond au Stayen. Depuis lors, les Canaris l’avaient emporté deux fois et avaient partagé une fois l’enjeu. Cette série de trois matches sans défaite s’est donc achevée ce dimanche soir pour les Trudonnaires.

Hugo Cuypers peut-il devenir le premier meilleur buteur belge de la Pro League depuis la saison 2009-10. BELGA PHOTO LUC CLAESSEN

Hugo Cuypers est en grande forme en ce début d’année civile. Déjà auteur d’un doublé le week-end dernier lors de la réception de Courtrai, l’ancien Malinois a remis le couvert lors du déplacement au Stayen. Affichant désormais 13 réalisations à son compteur, Cuypers est troisième du classement des buteurs, en compagnie de Mario Gonzalez d’OHL. Il ne se trouve qu’à une rose du duo de tête composé par Paul Onuachu et Vincent Janssen. Pourrait-il rêver de porter la couronne de meilleur artificier de la saison ? Pour la petite histoire, il faut remonter à la saison 2009-10 pour trouver trace d’un Belge qui a pu arborer le taureau ailé dans son dos à la fin de l’exercice. Il s’agit ni plus ni moins que de Romelu Lukaku.

Nilsson, nouveau porte-bonheur offensif unioniste ?

4

Si Victor Boniface est sans doute l’attaquant qui impressionne le plus au Parc Duden, Dante Vanzeir reste le plus important pour alimenter le marquoir depuis le départ de son ancien compère Deniz Undav. Auteur de dix buts jusqu’à présent, le Belge pourrait cependant mettre les voiles de l’autre côté de l’Atlantique dans les prochains jours, puisqu’il se dit que le New York Red Bulls aimerait s’attacher ses services. Si Dennis Eckert Ayensa, l’une des recrues estivales n’a pas beaucoup pesé offensivement depuis son arrivée, un autre avant-centre s’affirme ses derniers temps: le Suédois Gustaf Nilsson.

Gustaf Nilsson commence à s’imposer au sein de l’attaque unioniste. BELGA PHOTO LAURIE DIEFFEMBACQ

Le géant de Falkenberg (ville d’où est aussi originaire un certain Pär Zetterberg) a ainsi marqué au moins un but lors de ses quatre dernières titularisations, dont trois sur les trois dernières sorties des Apaches : la large victoire en Coupe contre La Gantoise, le partage au Cercle et la courte victoire contre OHL. Lors de ces deux dernières rencontres, les réalisations de Nilsson ont rapporté quatre points. Avant cela, il avait été aussi titulaire en 1/16e de finale de la Coupe de Belgique face à Kapelen, avec un but à la clé. Au total, le Suédois a déjà trouvé le chemin des filets à huit reprises (3 fois en championnat et en Coupe de Belgique et deux fois en Europa League). De quoi rassurer Karel Geraerts en vue d’un éventuel départ de son meilleur buteur et joueur fétiche pour la « Grosse Pomme » ?

Le mutisme de Seraing au Pairay

4

Dans un match jusqu’au bout de l’ennui, Seraing s’est finalement incliné de justesse contre Anderlecht. C’est le 17e match consécutif sans victoire à domicile pour les Métallos et on l’expliquait la semaine dernière, ils ne sont plus qu’à quatre rencontres d’égaler le triste record de Berchem, qui était resté 21 fois consécutives sans connaître la victoire sur ses terres en 1987. En plus de ne pas s’imposer au Pairay, les Serésiens éprouvent les pires difficultés à faire trembler les filets. En onze matches cette saison, ils n’ont ainsi marqué que quatre fois à domicile. De quoi mieux expliquer le bilan de 2/33 sanctionnant les réceptions organisées au Pairay.

Hors de leurs bases, les Métallos affichent le 13e meilleur bilan de la Pro League avec un 13/33 et 17 buts marqués. Manifestement il semble y avoir quelque chose qui empêche les joueurs de Seraing de briller au Pairay.

Déjà un effet Mazzu à Charleroi ?

4

Peut-on déjà affirmer que le retour de Felice Mazzu à son bercail zébré est déjà une réussite ? Après une défaite inaugurale contre son ancien employeur anderlechtois, le technicien hennuyer n’a plus connu la défaite lors des quatre rencontres qu’il a ensuite dirigées. Il y a eu les victoires contre Eupen et le Cercle puis deux partages contre des membres du top 5, La Gantoise et le FC Bruges. C’est d’ailleurs la première fois au cours de cet exercice que les Zèbres réussissent une telle série sans connaître de revers.

Certes, l’on pourra toujours regretter le bel avantage de deux buts gaspillé contre les champions en titre. Mais en attendant ces bons résultats permettent aux Zèbres d’un peu souffler au classement général puisqu’ils conservent sept unités d’avance sur Zulte Waregem, premier relégable.

Depuis le retour de Felice Mazzu, Charleroi a pris 8 points sur 15 et n’a plus été battu depuis quatre matches. Une première cette saison. BELGA PHOTO KURT DESPLENTER

Vincent Janssen sur les bases d’une de ses saisons les plus productives

5

Vincent Janssen a marqué 5 fois au cours de ses dix dernières sorties pour l’Antwerp. L’international néerlandais a quitté le Mexique cet été pour la ville portuaire en échange de 5 millions d’euros. Et au vu ce son rendement des dernières saisons, certains se demandaient si le matricule 1 avait eu le nez creux en signant un tel chèque pour l’attaquant passé par Tottenham. Mais une fois, le moteur mis en route, plus rien ne semble arrêter Janssen qui compte 14 buts et 4 assists à son compteur en 22 sorties. Contre le Standard, il s’est offert son deuxième doublé en Pro League après celui face à l’Union à la fin du mois d’août. Il n’y a que dans dix rencontres de championnat où il est apparu qu’il n’a pas trouvé la faille.

Le transfert de Vincent Janssen à l’Antwerp semble finalement s’avérer un coup dans le mille. BELGA PHOTO TOM GOYVAERTS

11

Cette saison, l’Antwerp, au contraire du Club Brugeois par exemple, sait profiter d’un avantage acquis en cours de rencontre. En effet, sur les 11 fois où le Great Old a viré en tête à la pause, jamais il n’a perdu de points par la suite. Le bilan à domicile est aussi assez impressionnant avec 9 victoires, 1 partage et 1 seule défaite contre le leader Genkois.

Les Rouches « fiers » de leur couleur

8

On ne jugera pas du fond des décisions avec cette statistique. Contre l’Antwerp, le Standard a écopé de son huitième bristol rouge de la saison, faisant honneur à la couleur principale de sa tunique. Les Rouches ont perdu Gojko Cimirot en cours de route après que celui-ci ait écopé de deux cartons jaunes. Cela a permis aux Liégeois de dépasser Ostende qui avait reçu 7 bristols rouges jusqu’ici.

Gojko Cimirot est déjà le 8e Standarman cette saison à être renvoyé plus tôt que prévu au vestiaire. (Photo by TOM GOYVAERTS/BELGA MAG/AFP via Getty Images)

Philip Zinckernagel est bon pour deux cartons rouges à son compte et est le joueur du championnat qui s’en est vu décerner le plus en compagnie d’Abdulrazak Ishaq (Anderlecht), Alessandro Albanese (ex-Ostende, désormais à Virton) et Abakar Sylla (FC Bruges). Au niveau des cartons jaunes, les Rouches sont plus calmes avec « seulement » 48 récoltés, ce qui leur offre la sixième place du classement. C’est Seraing qui a été le plus averti, à 60 reprises très exactement.

Des casernes imprenables

7

C’est le nombre de fois où le FC Malines est resté invaincu derrière ses casernes, à l’Argos Stadium. Le KaVé n’a plus connu la défaite depuis la réception d’Anderlecht le 9 octobre dernier. Depuis lors, il a vaincu le Standard, Eupen, Seraing (en coupe), Ostende et Courtrai et a partagé contre Zulte Waregem et le Cercle. Sans vouloir enlever au mérite des hommes de Steven Defour, qui ont pu compter lors du dernier duel sur le retour d’un Nikola Storm en pleine forme (1 but et 1 passe décisive), l’on ne peut pas vraiment dire que c’étaient les oppositions les plus costaudes de la Pro League.

Le changement gagnant du Cercle, la série noire d’Ostende

3

Le Cercle s’est imposé au terme de son court déplacement à Ostende par la plus petite des marges. C’est dans les arrêts de jeu que les trois points sont tombés grâce à un changement gagnant de Miron Music. A la 88e, il lance Dino Hotic dans la bataille et ce dernier, trois minutes plus tard, secoue les filets du KVO. Avec un petit salut en prime à l’ancien coach de son club, Dominik Thalhammer, désormais installé à la côte belge.

Dino Hotic, le changement gagnant du Cercle qui fait mal à son ancien entraîneur. (Photo by Maarten Straetemans/Isosport)

6

Un but tardif qui ne fait pas le bonheur d’Ostende, toujours avant-dernier et qui vient surtout de subir sa sixième défaite consécutive. Depuis son premier match sur le banc du KVO, qui s’était conclu par une victoire, Thalhammer n’a plus connu que la victoire depuis en championnat. Il faudra désormais un miracle pour se sortir de cette spirale négative.