Les fournisseurs de la cour d’Onuachu, l’Union roi de la capitale, le bilan des transfuges : quelques chiffres à retenir de la 19e journée de Pro League

Paul Onuachu a marqué son 15e but en 17 matches cette saison. BELGA PHOTO BRUNO FAHY

La saison de Pro League 2022-23 vivait son dix-neuvième épisode ce week-end. Mais que faut-il retenir des rencontres disputées sur les pelouses du Royaume ? On vous résume tout en quelques statistiques et faits marquants. Ce lundi, on s’attarde sur la victoire autoritaire de Genk grâce à un Paul Onuachu toujours aussi décisif. On revient sur la nouvelle prise de pouvoir de l’Union au Parc Astrid ainsi que sur les méformes du Standard et du FC Bruges. On évoquera aussi quelques hommes du week-end comme Vermeeren et Hayashi. Enfin, l’on dressera un premier bilan des transfuges de cette première semaine du mercato d’hiver;

Genk toujours aussi autoritaire, le FC Bruges toujours à l’arrêt

72

Un but toutes les 72 minutes, c’est la moyenne de Paul Onuachu, qui a retrouvé le chemin des filets ce week-end contre le FC Bruges, après être resté muet contre Courtrai la semaine précédente. Il y a quelques semaines, nous avions évoqué le rendement phénoménal du double mètre nigérian depuis son arrivée sur nos pelouses. Il est en tout cas bien parti pour battre de nouveaux records personnels et du championnat s’il continue sur cette lancée. Ceux qui espéraient un coup de mou des Limbourgeois après leurs deux dernières sorties contrastées de 2022 en sont pour leurs frais.

4

C’est le nombre de caviars offerts cette saison par Joseph Paintsil à Paul Onuachu. Le meilleur fournisseur de la cour du buteur nigérian reste cependant Mike Trésor avec cinq passes décisives. Daniel Munoz en compte deux alors que Rasmus Castersen et Angelo Preciado ont offert à une reprise chacun un ballon transformé en but par le colosse de la Cegeka Arena.

7

L’arrivée de Scott Parker n’aura pas tout changé à Bruges, même si certains éléments intéressants ont pu être observé dans le jeu des Blauw en Zwart depuis l’arrivée du technicien anglais sur le banc. Les Brugeois n’ont toujours pas retrouvé le goût de la victoire et cela dure désormais depuis 7 rencontres, toutes compétitions confondues.

Du moins, si l’on ne tient compte que des 90 minutes du temps réglementaire, puisque les Blauw en Zwart avaient émergé contre le Patro Eisden, en Coupe de Belgique, au cours des prolongations. Trois revers et quatre partages, c’est le trop faible bilan qui sanctionne les sept dernières sorties des champions de Belgique. Réaction attendue la semaine prochaine dans le Topper contre le rival anderlechtois, lui aussi bien malade.

251

A l’heure de jeu, Mats Rits a pris le relais d’Eder Balanta dans le duo de milieux défensifs alignés devant la défense brugeoise. Gravement blessé au ligament croisé du genou au début des derniers Playoffs des champions, l’Anversois retrouvait les pelouses après 251 jours d’absence. On verra combien de jours encore, il lui faudra avant de retrouver une place de titulaire qu’il occupait sans discussion avant d’être contraint de squatter l’infirmerie du Jan Breydel stadion.

L’Union roi de la capitale

Malgré l’absence de son capitaine Teddy Teuma, l’Union Saint-Gilloise a poursuivi sa moisson de victoires contre le voisin bruxellois.

6

Jeu, set et match pour l’Union, qui a remporté ce dimanche son sixième derby bruxellois depuis son retour parmi l’élite. Certaines décisions arbitrales, comme l’exclusion rapide de Moussa Ndiaye, auront conditionné la première à domicile de Brian Riemer sur le banc anderlechtois.

Mais le résultat est là, une nouvelle défaite pour le club le plus titré de Belgique, mais plus le roi de Bruxelles. Le bilan passe même à 7 défaites, mais avec un succès quand même, si l’on ajoute les deux confrontations en Coupe de Belgique qui se sont déroulées dans les dernières années. Les Mauves avaient sèchement puni leur voisin dans son antre (0-5), lors de la saison 2020-21, en 1/8e de finale de la Coupe de Belgique. Un tour plus tôt, le 27 septembre 2018, la RUSG avait sorti le Sporting dès le premier tour de la Coupe, sur un score sans appel de 0-3.

43

La dernière victoire sur ses terres d’Anderlecht contre l’Union Saint-Gilloise, rencontres de Coupe de Belgique comprises, remonte donc à… 43 ans. Le 31 octobre 1979, les Mauves l’emportaient 2-0 en 1/16e de finale de la Coupe de Belgique contre les Apaches. Il faut donc quasiment remonter 50 ans en arrière pour trouver trace du dernier succès à domicile en championnat. Le 17 mars 1973, Anderlecht s’imposait au stade Emile Versé contre les Jaune et Bleu saint-gillois, toujours sur le score de 2-0.

8

C’est le nombre de buts encaissés au Lotto Park par Anderlecht lors des trois dernières réceptions du voisin Unioniste. Les Mauves s’étaient inclinés sur le même score de 1-3 en lever de rideau de la saison dernière, avant de voir les Apaches l’emporter 0-2 lors des Playoffs des champions. Anderlecht a vu ses filets secoués à moins de reprises (6) lors de ses courts déplacements au Parc Duden. A domicile comme à l’extérieur, le club le plus titré de Belgique n’a trouvé que deux fois la faille contre la RUSG. Comment dit-on bête noir en Bruxellois ?

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Le nouveau roi Arthur du matricule 1

5

Il ne fêtera sa majorité que dans moins d’un mois, le 7 février pour être précis, mais le jeune Arthur Vermeeren semble s’être déjà confortablement installé dans son costume de nettoyeur devant la défense de l’Antwerp. S’il avait déjà joué 39 minutes lors des barrages de la Conference League cet été, le jeune homme a dû attendre 13 journées de Pro League pour enfin figurer dans le groupe repris par Mark van Bommel.

Après deux montées au jeu face à Ostende et Anderlecht (20 minutes sur les deux duels), Vermeeren a été aligné d’entrée de jeu le 13 novembre dernier pour la réception du FC Bruges avec une belle prestation à la clé. Quelques jours plus tôt, il avait connu la joie d’une première titularisation sous les couleurs du Great Old, lors du 1/16e de finale de Coupe de Belgique gagné dans la douleur contre le voisin beverenois.

Depuis, il est resté dans le onze anversois (c’est son cinquième match d’affilé) et a été l’auteur d’une belle prestation lors de la dernière victoire contre La Gantoise. Avec 4 interceptions, 7 récupérations et 100% de tacles remportés, Vermeeren a montré qu’il avait le potentiel pour devenir le nouveau roi du milieu anversois. Vous avez dit Radja qui ?

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Le Standard en panne de victoire, un attaquant japonais précieux pour le STVV

9

C’est le nombre de matches, toutes compétitions confondus et amicaux compris, où le Standard n’a pas connu la victoire ces derniers mois. Les Rouches ont remporté leur dernière rencontre dans la douleur contre Dender (0-1), le 8 novembre dernier, en 1/16e de finale de la Coupe de Belgique. En match officiel, le Standard reste sur un bilan de deux défaites et deux partages depuis lors, auquel se sont ajoutés deux scores de parité et trois revers, lors des joutes amicales disputées pendant les trêves mondiale et de la nouvelle année.

La dernière victoire du Standard en championnat remonte au 29 octobre, sur la pelouse de Zulte Waregem (0-3). Depuis lors, Eupen et l’Union ont vaincu les troupes de Ronny Deila alors que La Gantoise et Saint-Trond les ont contraintes à un score de parité. Il faudra impérativement redresser la barre en bord de Meuse.

6

Si Saint-Trond a perdu un joueur important avec Christian Brüls, il peut toujours compter sur un homme en forme: Daichi Hayashi. Sur les six dernières sorties des Canaris, l’homme a trouvé le chemin des filets à cinq reprises et a délivré un assist. Sans doute l’un des joueurs de Pro League les plus efficaces des dernières semaines.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

3

Le mercato n’est encore vieux que d’une semaine et très peu de transactions ont été effectuées sur le marché belge. Trois recrues étaient seulement titulaires pour leurs nouvelles formations ce week-end. Les deux grands noms recrutés par Zulte Waregem, Ruud Vormer et Christian Brüls étaient alignés d’entrée par Mbaye Leye face au FC Malines. S’ils n’ont pas offert de but ou de passe décisive, leur apport s’est fait ressentir au sein d’un club qui s’est donné de l’air en l’emportant 2-0. A Ostende, le Croate Matej Rodin se trouvait aussi au coeur de la défense des Côtiers, mais n’a pas porté chance à ses nouvelles couleurs, qui ont de nouveau mordu la poussière.

Les autres recrues de l’hiver ont dû se contenter de montées au jeu. Yira Sor, le nouvel attaquant nigérian de Genk a relayé Bilal El-Khannouss à deux minutes de la fin de la rencontre face au FC Bruges. Marcin Wasinski, l’ancien carolo, a joué un quart d’heure pour Courtrai, soit six de plus que Martin Regali, le nouvel avant slovaque des Kerels. La dernière recrue Christalino Atemona est en revanche restée vissée sur le banc. A Anderlecht, l’Union a offert ses premières minutes au jeune Finlandais Casper Terho, qui a pu gambader 12 minutes sur la pelouse du Lotto Park. Enfin, Pierre Dwomoh, l’un des grands espoirs de l’Antwerp, ne figurait pas dans le noyau d’Ostende où il était prêté.