Le dessert tactique de la 10e journée de championnat: le verrou de Seraing, Vanzeir au service de Teuma et l’astronaute Nkuba

© Belga
Guillaume Gautier
Guillaume Gautier Journaliste pour Sport/Foot Magazine

Retour en cinq bouchées sur les tendances du jeu de la dixième journée de Jupiler Pro League.

Le verrou en métal de Seraing

C’est l’histoire classique d’un derby disproportionné. Celui que l’équipe la plus modeste aborde presque inévitablement avec une énergie supplémentaire, face à l’opportunité momentanée de bouleverser un ordre établi depuis des décennies. Recroquevillé en 5-3-2 pour priver Selim Amallah et Philip Zinckernagel des espaces qu’ils aiment trouver entre la défense et le milieu adverses, Seraing a verrouillé les zones préférentielles d’un Standard encore en construction, surtout quand il faut faire le jeu.

En ajoutant une détermination sans faille à gagner chaque duel, les hommes de José Jeunechamps ont appliqué à la perfection un plan pourtant minimaliste avec le ballon, fait de jeu long vers Marius et d’opportunisme sur les hésitations dans les premiers mouvements de la relance rouche. Privé de William Balikwisha, précieux sur le chemin qui mène du milieu au secteur offensif, le Standard n’est pas parvenu à trouver la faille, offrant même des brèches à son adversaire en tentant de trouver sur les flancs des solutions qui n’apparaissaient plus au cœur du jeu. Toujours en vue dans son rôle favori de contre-attaquant, Sambu Marsoni s’est ainsi régalé dans les rétroviseurs d’Aron Donnum puis de Jacob Barrett Laursen, pour permettre aux Métallos de rentabiliser leurs 30% de possession avec trois précieux points.

L’Union s’habille pour Teuma

Les changements sont subtils. Une question de profils. Celui de Deniz Undav, toujours prompt à décrocher entre les lignes côté gauche, a disparu de l’échiquier unioniste, faisant place à un Victor Boniface aux airs plus puissants, et pourtant plus figé entre un rôle d’appui haut et une attirance parfois étonnante pour la profondeur. Idéal pour profiter des décrochages de son ancien compère allemand, ou pour offrir une présence en pointe lors des voyages d’Undav entre les lignes, Dante Vanzeir a dû changer de tenue pour rester un rouage important du costume unioniste. Contre Louvain, c’est dans le rôle de milieu offensif droit de ce qui ressemblait parfois à un 3-4-2-1 que l’éphémère Diable rouge s’est distingué.

Tout cela profite à Teddy Teuma. Homme fort du début de saison des Saint-Gillois, le capitaine peut s’inviter entre les lignes de l’axe gauche offensif, ancienne chasse gardée d’Undav, pour y dominer les mouvements de ses couleurs. En combinaison ou en infiltration, l’international maltais multiplie les opportunités d’être décisif, confirmant encore plus une étiquette de milieu offensif que sa grinta avait parfois contestée. Comme Ruud Vormer, Adrien Trebel, ou le meilleur Radja Nainggolan dans une autre dimension, Teuma est un milieu accrocheur mais chaotique, plus intéressant pour semer la pagaille entre les lignes adverses que pour verrouiller les siennes. Karel Geraerts l’a bien compris.

Ken Nkuba, un nouvel astronaute à Charleroi

Nombreux sont ceux qui partent à la conquête de l’espace. À Charleroi, le scaphandre et les moon boots se distribuent dans les couloirs, animés par les jeunes produits locaux Jackson Tchatchoua et Ken Nkuba. Si le premier se distingue par ses cuisses de sprinter, mais peine encore à connecter ses pieds à ses idées, le second s’est offert son quatrième assist de la saison sur la pelouse du Lotto Park. Une confirmation qu’il est très souvent l’avant-dernier virage du chemin vers le but imaginé par Edward Still.

La logique zébrée a changé. Sans l’appétit pour la profondeur de Vakoun Bayo, les Carolos ont construit leur domination autour d’un milieu de terrain technique, capable de redoubler les passes jusqu’à chercher la différence à l’intérieur du jeu, mais parfois en manque de changement de rythme pour transformer une brèche en occasion. C’est là qu’interviennent les flancs, et particulièrement Nkuba, invité à croquer l’espace dans le dos des latéraux adverses dès que la possession est arrivée entre les lignes. Parti à toute allure dans le dos de Julien Duranville sur l’unique but du duel des Sporting, le Diablotin a encore eu la lucidité de déposer le ballon sur le pied agile de Ryota Morioka. Depuis le début des derniers play-offs, c’est déjà la sixième fois qu’il offre un but à un coéquipier. Une série qui risque de ne pas s’arrêter là.

De Sart, Tissoudali et l’équilibre

Le dosage est subtil. Un équilibre qui jaillit des mots d’Obi-Wan Kenobi, préoccupé par la puissance de son apprenti Anakin Skywalker : « La Force, c’est une sorte de fluide créé par tout être vivant. Une énergie qui nous entoure et nous pénètre, et qui maintient la galaxie en un tout unique. » Une sorte de funambulisme magique, parfois chamboulé par une seule personne. Une allégorie toute tracée pour raconter une équipe de football.

Dans la galaxie gantoise, deux étoiles disparues sèment le trouble. Au point de voir l’une des défenses les plus réputées de l’élite se retourner quatre fois contre une équipe du Cercle qui n’avait planté que cinq buts lors de ses neuf premières sorties. Heureusement pour Hein Vanhaezebrouck, ses Buffalos restent efficaces à l’autre bout du terrain, notamment grâce à un Hugo Cuypers qui fait oublier la perte de l’apport offensif majeur de Tarik Tissoudali. Paradoxalement, c’est plutôt dans son camp que l’absence de l’international marocain se fait le plus ressentir.

Pour amener le danger près du but adverse, les Gantois doivent désormais en faire beaucoup plus. Parce que Tissoudali avait le dribble de ceux qui sèment le chaos sans avoir besoin d’un système. Juste d’une bonne dose d’audace parsemée de crochets. Ce n’est pas un hasard si, avec lui, Gand était l’une des équipes les plus performantes sur attaque rapide la saison dernière au sein de l’élite belge. Orpheline de son générateur d’occasions, l’équipe doit en faire plus au milieu de terrain. Bouger plus et construire mieux pour continuer à créer en suffisance. Dans le cerveau méticuleux de son entraîneur, l’équation se résout avec l’association des profils créatifs de Vadis Odjidja, Sven Kums et Hyunseok Hong. Un triangle brillant avec la balle, mais en carence claire de puissance et de réflexes défensifs. Très souvent esseulé à l’entrée de la surface gantoise, Dino Hotic a remercié la liberté octroyée avec un triplé.

Garant de l’équilibre défensif sans être un malus offensif l’an dernier, Julien De Sart manque cruellement à la balance idéale de ses couleurs. L’ancien Rouche se remet d’une déchirure qui fait souffrir ses adducteurs autant que son équipe, qu’il soulageait pas son impressionnant volume avec et sans ballon. Sans deux de ses astres les plus brillants du dernier exercice, difficile pour les Buffalos de se mêler à la guerre des étoiles.

Westerlo se reconvertit

Avec son neuf sur neuf, complété par une victoire contre un Zulte Waregem toujours en quête de réalisme devant et derrière, Westerlo confirme son statut de bonne surprise du début de saison. La recette est un classique des promus, avec l’enthousiasme du retour au sein de l’élite couplé à une efficacité redoutable sur les reconversions offensives. Avec cinq buts marqués au terme d’une contre-attaque, les Campinois partagent les sommets de cette catégorie particulière avec l’Ostende d’Yves Vanderhaeghe, spécialiste reconnu dans l’exercice.

S’ils n’ont pas frappé de la sorte contre Zulte Waregem, les hommes de Jonas De Roeck ont souvent profité des scores de parité considérés comme insuffisants par leurs adversaires. En égalisant en fin de match, Charleroi avait ainsi cherché le but de la victoire en ouvrant les espaces suffisants pour le but de Kyan Vaesen. Une formule que Westerlo exécute à merveille, grâce à un jeu vertical percutant et une volonté permanente d’attaquer le dos de l’organisation adverse.

Découvrez les moments les plus marquants de la 10e journée de la Jupiler Pro League avec Eleven ci-dessous.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici