Duranville, Zorgane, Danish dynamites, Soulier qui dort et un Standard qui confirme: voici quelques chiffres à retenir de cette septième journée de Pro League

Julien Duranville célèbre son premier but avec l'équipe première d'Anderlecht après avoir marqué deux jours plus tôt avec les U21 en Challenger Pro League. (Photo by VIRGINIE LEFOUR / BELGA MAG / Belga via AFP) (Photo by VIRGINIE LEFOUR/BELGA MAG/AFP via Getty Images)

La Pro League cuvée 2022-23 a vécu son septième week-end. Que faut-il retenir des matches disputés sur les pelouses du Royaume ? Entre la percussion de Duranville, la joyeuse entrée de Yaremchuk et le spleen d’Onuachu, on en aura pour tous les goûts.

Duranville charme déjà le Parc Astrid, Vertonghen apporte déjà un plus

Après une première mi-temps une nouvelle fois insipide où il était mené 0-1, Anderlecht s’est réveillé lors du second acte. La montée de la dernière recrue, l’expérimenté Jan Vertonghen, ainsi que celle du grand talent Julien Duranville ont redynamisé des Mauves en panne d’idées. Le premier, qui a remplacé Hannes Delcroix sur le côté gauche du trident défensif, a permis à sa nouvelle équipe de jouer plus haut grâce à quelques anticipations bien senties et plus d’audace à la relance. 

Jan Vertonghen a disputé sa première rencontre sous le maillot d’Anderlecht. (Photo by Plumb Images/Getty Images)

Le second a apporté du dribble et de la percussion, bousculant quelque peu l’excellent Louis Patris qui a toujours su trouver une solution pour limiter au mieux les initiatives de l’adolescent déjà buteur vendredi contre le RWDM, avec le RSCA Futures.

Le Louvaniste ne se trouvait pas dans la zone directe de Duranville lorsque celui-ci a décoché une frappe à l’arrêt à l’entrée du rectangle qui a mystifié Valentin Cojocaru, le dernier rempart d’OHL.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

La prestation d’ensemble de l’adolescent est aussi bluffante. En 25 minutes, l’ailier gauche a  cadré deux tirs (avec un goal donc) sur ses trois tentatives, a réussi 8 passes sur 9 tentés et 2 dribbles sur deux, ainsi que son seul tacle. S’il est évidemment trop tôt pour déjà l’ériger en nouveau crack du football belge, force est de constater que Julien Duranville possède déjà ce petit plus qui permet de faire les grandes carrières. Après entre une vie au sommet et une dégringolade à la Zakaria Bakkali, il n’y a parfois qu’un pas. 

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Adem Zorgane, plaque tournante des Zèbres

L’Algérien est indéniablement un joueur doué. Mehdi Bayat a souvent affirmé qu’il était l’élément du noyau zébré pour lequel il espérait recevoir le plus d’argent en cas de départ. Edward Still l’utilise en tout cas beaucoup puisqu’il a toujours été titulaire cette saison et a même terminé les quatre dernières rencontres. 

La saison passée, Zorgane avait marqué par deux fois et donné 6 assists en 30 rencontres. Pourra-t-il faire mieux cette année, lui qui facture deux passes décisives et un but, ce dernier ayant été inscrit à l’occasion de la victoire des siens contre La Gantoise ? Adem Zorgane a en tout cas été la plaque tournante carolo puisqu’il est le joueur du match à avoir touché le plus de ballons (99), à avoir donné le plus de passes (75). En plus de sa réalisation, le natif de Sétif a aussi donné une passe clé. 

Adem Zorgane a marqué contre La Gantoise et a été le joueur qui a touché le plus de ballons au cours de la rencontre. (Photo by VIRGINIE LEFOUR / BELGA MAG / Belga via AFP) (Photo by VIRGINIE LEFOUR/BELGA MAG/AFP via Getty Images)

Un cran devant Zorgane, on mentionnera aussi la belle prestation de Ryota Morioka. Le Japonais, discret lors de ses premières sorties, a été décisif lors de ses trois dernières sorties: assist contre Zulte, but contre le FC Bruges et ce dimanche contre La Gantoise. Sauf que cette fois, sa rose plantée était synonyme de victoire.

Ekkelenkamp, décisif pour l’Antwerp

L’Antwerp trône toujours en tête de la Pro League après avoir décroché contre Westerlo un septième succès en championnat en autant de rencontres. Si Radja Nainggolan et Ritchie De Laet, deux cadres importants, ont été laissés sur le banc par Mark van Bommel, les recrues néerlandaises Jurgen Ekkelenkamp et Vincent Janssen se trouvaient bien sur la pelouse du Bosuil au coup d’envoi.

Le premier a bien digéré son transfert du Hertha Berlin et a été décisif au cours de ses deux dernières apparitions. Auteur de deux passes décisives en milieu de semaine contre l’Union, il en a donné une nouvelle contre Westerlo et a aussi provoqué le pénalty converti par Janssen peu après l’heure de jeu.

L’attaquant néerlandais, arrivé de la formation mexicaine de Monterrey cet été pour 5 millions d’euros, n’avait pas convaincu lors de ses premières apparitions sous le maillot du Great Old. Il a depuis lors repris du poil de la bête, même si la moitié de ses quatre buts sont tombés après des pénaltys. Encore faut-il savoir les convertir…

Décisif contre l’Union en milieu de semaine, Jurgen Ekkelenkamp a remis le couvert contre Westerlo ce dimanche. (Photo by DAVID PINTENS/BELGA MAG/AFP via Getty Images)

Ostende noyé, le Standard gagne enfin deux matches de suite

Samedi, le Standard a confirmé sa victoire sur la pelouse du stade des Eperons d’or de Courtrai en s’imposant de manière convaincante contre Ostende. Des côtiers qui affrontent une mer agitée puisqu’ils ont subi leur quatrième revers consécutif.

Du côté du Standard, c’était justement l’inverse puisque les Rouches ont décroché deux victoires consécutives pour la première fois depuis plus d’un an. La saison dernière, ils avaient battu le Beerschot 0-1 le 15 août avant d’enchaîner avec un succès à Sclessin le 20 août. C’était justement… contre Ostende.

Les Danish Dynamites de Bruges, la première de Yaremchuk

La pression d’un transfert à 16 millions d’euros n’aura pas effrayé Roman Yaremchuk, déjà buteur pour sa première apparition sous le maillot Blauw en Zwart. Monté au jeu peu après l’heure de jeu à la place d’un Ferran Jutgla encore passeur décisif, l’Ukrainien n’a mis que 20 minutes avant de faire trembler les filets et quoi de mieux qu’un derby brugeois pour se mettre ses nouveaux supporters dans la poche. Le dernier but en Pro League de Yaremchuk remontait au 18 avril 2021 et un doublé lors de la large victoire de La Gantoise sur la pelouse de Zulte Waregem (2-7). L’attaquant transféré de Benfica n’avait ensuite pas fait trembler les filets pour ses deux dernières apparitions sous la liquette des Buffalos.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Mais si le drapeau ukrainien risque de fleurir un peu plus dans les travées du stade Jan Breydel, il sera sans doute moins présent que le Danois. Ce vendredi, la paire Andreas Skov Olsen et Casper Nielsen s’est encore illustrée et les deux hommes ont planté leur petite rose. Les statistiques des deux dynamites danoises depuis le début de saison sont d’ailleurs impressionnantes.

L’ailier a inscrit quatre buts et délivré deux passes décisives alors que l’ancien moteur de l’Union Saint-Gilloise a marqué trois fois. On verra cette semaine contre le Bayer Leverkusen si les deux Rød-Hvide pourront confirmer cette grande forme.

Paul Onuachu, le soulier dort

Plus rien ne va pour Paul Onuachu à Genk. Soulier d’or en titre, il n’a joué que quelques minutes (montée au jeu à la 89e) lors du derby limbourgeois contre Saint-Trond de ce samedi (0-0). On pensait que la possibilité d’un départ du Nigérian expliquait cette utilisation de ses services avec parcimonie, mais le mercato a refermé ses portes jeudi pour les grands championnats et s’il doit quitter Genk ce sera pour un championnat beaucoup moins réputé.

Depuis le départ de Cyriel Dessers vers Cremonese, Wouter Vrancken semble toujours accorder sa confiance au jeune Adam Nemeth et le retour du Tanzanien Ally Samatta (dont il avait compensé le départ à Aston Villa voici deux ans) n’a pas arrangé les affaires d’Onuachu. Le bilan actuel de l’attaquant toisant le double mètre est d’ailleurs triste puisqu’il n’a joué que 54 minutes (4 montées au jeu) depuis le début de saison et que son tableau de statistiques est forcément vide.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Depuis son arrivée à Genk en août 2019 en provenance du FC Midtjylland, le Soulier d’or s’est avéré un élément capital dans la production de buts de son équipe puisqu’il facturait 68 buts en 112 apparitions avant le coup d’envoi de cette saison. Pour l’heure, Wouter Vrancken a trouvé d’autres solutions pour faire de Genk une machine offensive, même si celle-ci a quelque peu cafouillé contre les voisins trudonnaires. Onuachu pourra-t-il encore être l’un des éléments mécaniques de l’attaque limbourgeoise dans les prochaines semaines ou devra-t-il se relancer ailleurs. Les prochaines heures seront déterminantes.

L’éclaircie Mouandilmadji à Seraing

Le mercato de Seraing n’a pas été exceptionnel et les résultats de début de saison non plus. Pourtant, les Serésiens se sont offerts un bon bol d’air ce week-end en s’imposant derrière les casernes malinoises (2-3). Un des hommes du renouveau se nomme certainement Marius Mouandilmadji.

L’attaquant tchadien a fait trembler les filets à trois reprises lors de ses quatre dernières sorties et s’est offert un doublé samedi. Aujourd’hui, Mouandilmadji compte déjà quatre réalisations en sept apparitions alors qu’il n’avait planté que 2 roses la saison dernière lors des 30 matches qu’il avait disputés pour les Métallos. Peut-être fallait-il juste faire preuve de patience et que Marius Mouandilmadji est désormais prêt à prendre son envol et à emmener Seraing dans son sillage.

Après une première saison décevante, Marius Mouandilmadji semble prêt à prendre son envol et à emmener Seraing dans son sillage. (Photo by BRUNO FAHY/BELGA MAG/AFP via Getty Images)

Malgré Buijs, la défense malinoise reste un gruyère

En nommant Danny Buijs comme successeur de Wouter Vrancken, Malines faisait le choix d’un entraîneur qui avait mis en place une équipe à l’organisation défensive efficace du côté de Groningen. Les recettes du jeune quadragénaire néerlandais ne semblent pas prendre pour l’instant derrière les casernes puisque les sang et or ont encaissé 14 fois en 7 matches et sont l’une des plus mauvaises défenses de la série à égalité avec Seraing (qui s’est imposé à Malines ce week-end) et juste derrière Westerlo (15 buts concédés).