Didier Lamkel Zé retrouve l’Antwerp ce dimanche : « Je ne tendrai pas la main à Ritchie De Laet »

Didier Lamkel Zé et Ritchie De Laet au temps de l'amour. (Photo by Herman Dingler/BSR Agency/Getty Images)

L’Antwerp peut poursuivre son impressionnant début de saison ce dimanche après-midi sur la pelouse de Courtrai. Mais le duel entre le KVK et le matricule 1 sera avant tout le match de Didier Lamkel Zé. Le Camerounais a des comptes à régler avec son ancienne formation.

Un mois après avoir refermé définitivement la porte de son casier au Bosuil, Didier Lamkel Zé va retrouver son ancien employeur, qui se rendra ce dimanche dans les installations de sa nouvelle formation, Courtrai. Il ne s’agira peut-être pas de retrouvailles marquées par l’émotion car trop de choses se sont passées entre les deux parties pour cela. Pendant quatre ans, le Camerounais et l’Antwerp ont entretenu une relation d’amour-haine et, finalement, un divorce a été la seule issue possible. A Deurne-Nord, on en avait assez des frasques de Lamkel Zé depuis un certain temps et, inversement, l’attaquant en avait assez de la direction anversoise à laquelle il reprochait un manque de reconnaissance.

La question est de savoir comment les fans passionnés de l’Antwerp vont accueillir leur ancien héros. « Je sais ce qui m’attend, mais ça ne me fera rien », sourit Lamkel Zé. « C’est le genre de défi que j’aime et ils ne le savent que trop bien à l’Antwerp. Est-ce que je regrette que les supporters ne me portent plus sur leurs coeurs ? Je dois honnêtement répondre « non » à cette question. Ils ne connaissent pas toute la vérité. Je croisais souvent des supporters anversois qui me demandaient ce qui se passait exactement, mais je refusais de répondre. Ce n’est pas à moi de raconter de telles choses. Oui, il s’est passé des choses… Mais encore une fois : je ne regrette rien’. »

Pas de réconciliation en vue avec certains anversois


En marge de ce match, on attend également avec impatience les retrouvailles entre les poids lourds du vestiaire et antagonistes Lamkel Zé et Ritchie De Laet. Dire que les deux hommes ne s’entendaient pas dans le vestiaire anversois serait un euphémisme. S’ignoreront-ils ou se donneront-ils une poignée de main polie avant le coup d’envoi ? Comme De Laet n’est pas sûr de sa place de titulaire, les deux hommes pourraient bien ne se croiser sur la pelouse que quelques minutes tout au plus.

Si cela dépend de Lamkel Zé, il n’y aura pas de réconciliation de toute façon. « Je n’ai aucune envie de serrer la main de De Laet et des autres gars avec qui j’ai eu des problèmes. Après mon retour de Metz, nous nous ignorions déjà dans les couloirs du stade et il y a quelques semaines, je n’ai pas non plus salué Wesley Hoedt avant le match. Pourquoi devrais-je le faire cette fois-ci ? Je vais de l’avant dans ma vie et eux aussi. Gardons les choses comme elles sont », conclut le bouillant Camerounais.

Lisez ce reportage complet et cette interview à coeur ouvert avec Didier Lamkel Zé dans notre mensuel de Sport/Foot Magazine qui paraîtra le 7 octobre prochain.