Bjorn Meijer, l’inconnu néerlandais du flanc gauche du FC Bruges: « Je ne suis pas surpris de déjà jouer beaucoup »

Bjorn Meijer la gauche forte du FC Bruges. (Photo by Joris Verwijst/Orange Pictures/BSR Agency/Getty Images)
/ /

Le nouveau latéral gauche du FC Bruges a raconté à nos confrères néerlandais de Voetbal International les coulisses de son transfert chez les champions de Belgique ainsi que son adaptation. « C’est le club parfait », estime-t-il.

C’est à la surprise générale que le FC Bruges avait dépensé 6 millions d’euros au cours de l’été pour attirer le latéral gauche néerlandais Bjorn Meijer. Une somme importante pour un joueur qui n’était titulaire à Groningen que depuis janvier de cette année. Pourtant, malgré ce peu de planches, les Blauw en Zwart n’ont pas été refroidis au moment de l’engager et Meijer lui-même n’avait pas imaginé qu’un tel transfert était déjà réalisable. « Lorsque j’ai joué trois matchs d’affilée comme titulaire, le FC Groningen a commencé les discussions pour me prolonger », raconte Meijer dans les colonnes du magazine néerlandais Voetbal International. « Ma première pensée a été de rester plus longtemps là-bas. Mais mon manager m’a alors dit à ce moment-là : « Il y a ces clubs qui te suivent. Le choix t’appartient, mais réfléchis-y bien avant de prendre une décision ». C’était un électrochoc pour moi car je n’avais pas du tout réalisé que j’étais déjà observé par autant de clubs européens », détaille le latéral néerlandais.

L’une de ces équipes était donc le FC Bruges. « J’ai tout de suite été très enthousiaste en voyant leur intérêt. Quand les gens me demandent ce qui m’a rendu convaincu, je réponds toujours : l’histoire. C’est vague, mais c’est aussi difficile à expliquer pour moi », poursuit Bjorn Meijer.

« Le complexe d’entraînement, les installations, le fait de jouer à un niveau plus élevé avec la Ligue des Champions, les joueurs qui ont progressé ici par le passé, tout cela a aussi joué », explique le Néerlandais. « C’est génial. Pour moi, c’était donc rapidement clair : c’est le club parfait. La devise « No Sweat No Glory » (pas de gloire sans sueur) s’applique parfaitement à moi ».

Au Club Brugeois, Meijer a reçu sa chance tout de suite dans le onze de base. Il n’a pas semblé avoir besoin de temps pour s’adapter à son nouvel environnement. Le jeune joueur né à Groningen ne semble d’ailleurs pas surpris par cela. « Je n’ai pas étonné par le fait de recevoir directement beaucoup de temps de jeu au FC Bruges. Ils n’auraient vraiment pas payé cette somme pour moi si leur intention était de cantonner au banc. Bien sûr, c’était à moi de faire mes preuves, ce que j’ai réussi à faire », estime Meijer.

« C’était un peu difficile au début. Je pensais juste que j’étais mauvais lors de la première séance d’entraînement. Je me suis alors dit : où ai-je atterri, que m’arrive-t-il maintenant ? Après ce premier jour, j’ai même appelé mes parents, toujours un peu inquiet. A cette époque, les joueurs internationaux ne s’entraînaient pas encore avec nous et le niveau risquait encore de s’élever. Heureusement, j’ai vite rattrapé mon retard et quand les internationaux sont arrivés, j’ai remarqué que j’étais capable de hausser mon niveau de jeu rapidement. À partir de ce moment-là, j’ai eu le sentiment que j’étais capable d’avoir ma place dans l’équipe », conclut Bjorn Meijer.

Bjorn Meijer est aussi international néerlandais U21. (Photo by Nikola Krstic/BSR Agency/Getty Images)