van Gaal ne ferme pas la porte aux Diables rouges mais rappelle: « Le football n’est pas affaire que de technique et de tactique, il faut aussi de la chance »

Louis van Gaal ne dit pas non au poste laissé vacant par Roberto Martinez. (Photo by Rico Brouwer/Soccrates/Getty Images)

Plusieurs journalistes belges présents lui ont demandé s’il était intéressé par le poste de sélectionneur des Diables Rouges, laissé vacant par Roberto Martinez, qui a annoncé son départ jeudi après l’élimination de la Belgique au premier tour.

Le sélectionneur néerlandais Louis van Gaal s’est présenté face à la presse vendredi, pour la traditionnelle conférence de presse de veille de match, avant le huitième de finale du Mondial qui opposera les Pays-Bas aux Etats-Unis samedi au Qatar. Plusieurs journalistes belges présents lui ont demandé s’il était intéressé par le poste de sélectionneur des Diables Rouges, laissé vacant par Roberto Martinez, qui a annoncé son départ jeudi après l’élimination de la Belgique au premier tour.

« Bien sûr que j’y pense », a répondu Louis van Gaal. « La Belgique est fantastique et Knokke est une très belle station balnéaire. Il faudra aussi convaincre ma femme Truus », a plaisanté le coach néerlandais de 71 ans. « Non, je suis un homme libre et je peux prendre moi-même cette décision. Mais pour l’instant, je suis toujours sélectionneur des Pays-Bas. Nous voulons être champions du monde et il nous reste quatre matches. Si nous sommes champions, il y aura beaucoup d’offres. Nous avons une belle équipe. Du moins, c’est ce que je pense, contrairement aux médias néerlandais. Mais c’était déjà le cas au Mondial 2014 (il avait emmené les Pays-Bas en demi-finales, ndlr). J’ai l’habitude et je ne vis pas dans le passé. Je vis dans le futur et je devrais donc peut-être faire des projets pour la Belgique ».

Louis van Gaal n’a pas été surpris par l’élimination des Diables Rouges. « Nous les avons battus dans nos deux dernières rencontres. Ils ont de très bons joueurs, mais le problème est selon moi l’équipe. Ils auraient dû gagner et se qualifier hier. Mais le football n’est pas affaire que de technique et de tactique, il faut aussi de la chance. »