Thierry Henry de plus en plus proche d’un poste de sélectionneur des Diables rouges ?

Romelu Lukaku aimerait bien que Thierry Henry prenne la relève de Roberto Martinez sur le banc des Diables rouges. (Photo by JACK GUEZ / AFP) (Photo by JACK GUEZ/AFP via Getty Images)

Une interview de Romelu Lukaku et une du principal intéressé avec Christophe Galtier ont renforcé la rumeur. Un adjoint qui deviendrait entraîneur principal n’est pas une nouveauté chez les Diables rouges. Avec des réussites, mais aussi de gros flops…

Dans une interview accordée à Sky Italia dimanche, Romelu Lukaku a déclaré que Thierry Henry « doit être le nouvel entraîneur de la Belgique » après le départ de Roberto Martinez.

Henry était l’un des assistants de Roberto Martinez qui a quitté son poste de sélectionneur après l’élimination des Diables Rouges lors de la phase de poules de la Coupe du monde le 1er décembre dernier. « Il doit reprendre l’équipe », a déclaré Lukaku. « Il a une mentalité de vainqueur, a tout gagné dans sa carrière et a du respect pour chaque joueur. Il sait comment nous devons entraîner et atteindre nos objectifs. C’est l’homme idéal mais je ne sais pas s’il sera pris. Néanmoins, le nouvel entraîneur ne devra pas démarrer de zéro. Notre génération n’a peut-être rien gagné mais la base est présente et nous devons continuer sur cette voie pour gagner ce grand tournoi. »

Lukaku fait partie des trois cadres qui seront impliqués dans le choix du nouvel entraîneur avec Kevin De Bruyne et Thibaut Courtois. Rappelons que la task force chargée de désigner le nouveau guide diabolique avait déjà annoncé que celui-ci serait un étranger, ce qui plaide évidemment en faveur de Thierry Henry.

Dans la soirée de dimanche, Lens a battu le PSG grâce notamment à une très belle performance de Loïs Openda, buteur et passeur décisif. Consultant pour Amazon Prime, la chaîne qui détient les droits du championnat français, Henry était au micro au moment d’interroger Christophe Galtier, le technicien parisien, après ce premier revers en 32 matches de sa formation. Ce dernier a fait allusion aux rumeurs qui circulent à ce sujet. À la fin de son interview, le coach du PSG a lâché : « Peut-être un beau challenge pour notre Titi national. « C’est ce que je lis, hein. Mais on va le laisser tranquille ».

T2 à T1 chez les Diables ? Des précédents existent avec des réussites et de gros échecs

Thierry Henry a ensuite esquivé le sujet en précisant avoir mis « son téléphone sur silencieux » depuis l’interview de Romelu Lukaku. Alors l’ancien meilleur buteur de l’histoire de l’équipe de France, détrôné depuis cette Coupe du monde par Olivier Giroud, va-t-il troquer le costume de T2 pour celui de T1 des Diables rouges ?

Ce ne serait pas la première fois que cela arriverait dans l’histoire de la sélection belge. Après le long règne de Guy Thys, Walter Meeuws son assistant, avait repris le flambeau en vue des qualifications pour le Mondial italien. Les mauvais résultats et le risque de rater l’événement avaient contraint la fédération à rappeler son ancien sélectionneur. Après une campagne qualificative désastreuse pour l’Euro 1996, Paul van Himst avait cédé le relais à son adjoint Wilfried van Moer, mais celui-ci a été remplacé en plein milieu de la campagne qualificative pour le Mondial 1998 par Georges Leekens.

Walter Meeuws, ici sur le banc du Raja Casablanca en 2002, était l’un des T2 des Diables rouges qui avait endossé le costume d’entraîneur principal. Avec un gros flop à la clé et le retour de Guy Thys. (Photo credit should read SEYLLOU/AFP via Getty Images)

Ce dernier, lors de son second passage sur le banc diabolique entre 2010 et 2012, pouvait compter sur Marc Wilmots comme bras droit. Après le départ de Long Couteau pour le FC Bruges alors qu’il avait accompli 90% du travail, Willie a enfilé sa chemise blanche de T1 avec un certain succès puisque la Belgique a retrouvé les joies des grands tournois après douze ans d’absence. Si tactiquement, tout n’y était pas, Wilmots a mené les Diables à deux quarts de finale, ce qui reste l’un des meilleurs bilans pour un assistant devenu numéro 1.

Car il existe un cas de figure bien plus ancien avec Raymond Goethals qui avait succédé à son ancien T1 Arthur Ceuleers en 1966. Raimundo mènera les Diables rouges à une troisième place à l’Euro 1972 au cours de ses dix années de règne sur le banc belge. Notons aussi le cas d’André Vandeweyer, guide de la Belgique entre janvier 1955 et juin 1957. Il avait été l’assistant des sélectionneurs étrangers Bill Gormlie (Angleterre) et Doug Livingstone (Ecosse).

Enfin, mentionnons un cas où le changement de poste s’est effectué dans l’autre sens. Le tout premier sélectionneur national issu de Belgique, Hector Goetinck, avait dirigé 31 rencontres entre 1930 et 1934 avant de s’asseoir sur le petit banc aux côtés de ses successeurs, le Hongrois Jules Turnauer et l’Anglais Jack Butler.