Roberto Martinez: « Nous savons ce que nous faisons, nous travaillons ensemble depuis six ans »

Roberto Martínez. (Photo by Maryam Majd ATPImages/Getty Images)

Le sélectionneur est revenu sur la prestation de ses troupes lors de la victoire belge 1-0 contre le Canada

La Belgique a échappé à un début de Coupe du monde cauchemardesque contre le Canada, mercredi. Dominés en première période, les Diables Rouges ont pu compter sur Thibaut Courtois, qui a repoussé un penalty, et sur Michy Batshuayi, qui a converti l’une des rares opportunités belges, pour l’emporter 1-0.

« Ce n’était certainement pas notre pire rencontre dans un grand tournoi, car nous avons gagné. Cette victoire n’est pas le fruit du hasard. Nous savons ce que nous faisons, nous travaillons ensemble depuis six ans », a confié le sélectionneur Roberto Martinez en conférence de presse. « Techniquement, c’était bien notre pire match », a confié Martinez. « Nous n’avons pas fait ce que nous devions faire et le Canada l’a fait. Nous leur avons d’abord donné le match qu’ils voulaient. Cela ne signifie pas que ce n’était pas une victoire méritée. Nous avons trouvé le moyen pendant le match de mériter cette victoire. Nous défendions de manière solide, avons gardé le zéro contre une équipe moderne qui a beaucoup d’énergie. Cette rencontre ne me choque certainement pas. Nous n’avons pas eu de longue préparation, nous nous préparons ensemble depuis quelques jours seulement. Grandir durant le tournoi est la chose la plus importante. Et si tu peux faire ça, tout en gagnant des matchs… Aujourd’hui, nous avons grandi en tant qu’équipe. Je l’ai déjà dit: il y a deux Coupes du monde. La phase de groupes et ce qui vient après. Cette phase de groupes sert à te pousser vers le meilleur niveau. Cela me donne de la satisfaction de commencer le tournoi de cette façon. »

Les remplacements de Martinez à la mi-temps ont porté leur fruit, avec les sorties de Yannick Carrasco et de Youri Tielemans et les montées d’Amadou Onana et de Thomas Meunier, qui ont apporté plus d’équilibre. « Leur impact a été bon. Ils sont tous les deux forts physiquement. C’est d’ailleurs l’une de nos forces: nous pouvons toujours nous adapter. Il est clair que nous avons besoin de tous nos joueurs. »