Première défaite en groupe depuis 28 ans et une inefficacité qui n’a plus été vécue depuis 1930: cinq chiffres à retenir de la défaite des Diables rouges contre le Maroc

Une défaite qui laissera des traces. (Xinhua/Zheng Huansong)

Retour en chiffres sur la défaite des Diables rouges contre le Maroc.

24

Thibaut Courtois a disputé son 24e match entre les perches des Diables rouges en phase finale d’un grand tournoi, que ce soit en Coupe du monde ou lors d’un Euro. Il dépasse ainsi le record de Jan Ceulemans, qui en avait disputé 23.

Malheureusement pour la Pieuvre, c’est aussi sa deuxième défaite en phase de groupe après celle subie contre l’Italie en lever de rideau de l’Euro 2016. Les autres revers sont ceux contre l’Argentine (1-0) en quarts de finale du Mondial 2014, la désillusion galloise de 2016, la défaite contre la France en 2018 et celle contre l’Italie en 2021.

En 24 duels entre les perches, Courtois affiche donc un bilan de 13 clean-sheets et de 18 buts encaissés. Sans oublier une envolée légendaire sur une frappe de Neymar dans les dernières secondes d’un Belgique-Brésil resté dans toutes nos mémoires. Car on risque de devoir apprendre à vivre dans le passé.

Thibaut Courtois n’a pas connu la victoire pour son 24e match en phase finale d’un grand tournoi. (Xinhua/Zheng Huansong)

1994

Saeed Al-Owairan, un nom qui a hanté les nuits belges pendant longtemps après son slalom géant au sein de notre défense diabolique, aux Etats-Unis, en 1994. Une rencontre qui comptait alors pour du beurre puisqu’après leurs succès contre le… Maroc et les Pays-Bas, les troupes de Paul van Himst étaient déjà qualifiées pour les 1/8e de finale, contrairement à ce dimanche.

Depuis lors, les Diables n’ont plus perdu. On l’avait déjà dit, la première rencontre de groupe sans victoire remonte à 2002 et un partage contre la Tunisie (1-1). Avant cela, les Belges avaient partagé lors de leur quatre rencontres précédentes. Contre le Japon, toujours en 2002 et trois fois encore lors des duels de groupe de l’édition 1998, où nous avions été contraints au match nul contre les Pays-Bas, le Mexique et la Corée du Sud. Les Belges restaient donc sur une série de… 13 matches sans défaite en phase de groupe de la Coupe du monde…

8

14, c’est le nombre de rencontres de cette édition 2022 de la Coupe du monde qui ont vu les deux équipes rentrer au vestiaire sur un score de 0-0 à la mi-temps. Malheureusement pour la Belgique, le 0 restera aussi indiqué au terme des 90 minutes. Il faut remonter au match contre l’Italie lors de l’Euro 2016 pour trouver trace d’une rencontre sans but marqué lors de la phase de groupe d’une phase finale d’un grand tournoi, soit 8 rencontres.

Si l’on prend les matches à éliminations directes dans le calcul, la Belgique n’avait plus fini un match sans but depuis la demi-finale maudite de Saint-Pétersbourg en 2018, soit 6 duels. Au total, on recense cinq rencontres sans but des Diables rouges en phase finale depuis 2014 : les Etats-Unis (victoire en prolongations) et l’Argentine au Brésil, l’Italie en 2016, la France en 2018 et le Maroc cette année.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

7

C’est le nombre de défaites belges sur les 19 dernières rencontres disputées. C’est déjà autant que lors des 74 rencontres précédentes où les Diables rouges avaient remporté 57 fois l’enjeu et partagé à 10 reprises. Le symbole de la fin d’une génération ?

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

2

En deux rencontres, la Belgique n’a marqué qu’un seul but. Et même s’ils n’ont pas toujours eu des générations dorées dans leur histoire, les Diables n’avaient plus connu pareille mutisme offensif depuis très longtemps. La Belgique n’a marqué qu’un but après deux matches au Qatar. Il n’y a qu’en 1930, lors de la toute première édition du Mondial disputée en Uruguay, que notre équipe nationale avait fait moins bien en ne faisant pas trembler les filets. Les nôtres avaient inscrit huit buts au même stade en 2018.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu