Hans Vanaken: « J’ai fait mes preuves avec les Diables et avec Bruges »

Hans Vanaken n'a pas peur des lourds calendriers. (Photo by BRUNO FAHY / BELGA MAG / Belga via AFP) (Photo by BRUNO FAHY/BELGA MAG/AFP via Getty Images)
/ /

Le capitaine du FC Bruges s’exprimait devant la presse à deux jours de la réception du pays de Galles en Nations League. Il a aussi abordé la question des très lourds calendriers des semaines qui arrivent.

Hans Vanaken s’est dit prêt à enchaîner avec la Ligue des Nations au sein d’une formation des Diables Rouges avide de revanche sur les Pays-Bas. Ce sera pour dimanche à Amsterdam après le duel contre le pays de Galles jeudi à Bruxelles.

« J’ai déjà souvent dit que je préférais jouer deux matches par semaine. C’est plus gai que les entraînements et nous sommes en début de saison, je peux très bien gérer tout ça physiquement », a expliqué le joueur du Club Bruges mardi à Tubize au centre national. « Cela va devenir de plus en plus chargé, mais vous ne m’entendrez jamais me plaindre. »

Hans Vanaken était présent sur la pelouse lors du naufrage des Diables rouges contre les Pays-Bas en juin dernier. (Photo by Eric Verhoeven/Soccrates/Getty Images)

Battue 1-4 par les Pays-Bas lors du premier match de cette Ligue des Nations, la Belgique est en quête de rachat. « On peut encore passer devant », a estimé Vanaken qui ne veut pas s’attarder sur une première mi-temps en demi-teinte face aux Néerlandais en juin dernier. « Nous n’avions pas été assez bons ce jour-là et je ne me préoccupe pas des critiques. Je donne toujours le meilleur de moi-même. J’ai fait mes preuves avec les Diables et avec Bruges. Le sélectionneur national ne se contente pas d’un seul match. J’ai un bon contact avec lui. Il a toujours été ouvert et honnête. C’était déjà comme ça quand j’ai commencé. La seule différence est à présent qu’on parle plus parce que je joue plus. Et il s’agit de petites adaptations. Pour le reste, rien n’a changé. On veut gagner nos deux prochains matches et disputer le Final Four. »

« Cela va devenir de plus en plus chargé, mais vous ne m’entendrez jamais me plaindre. »

Hans Vanaken

Un Final Four que la Belgique pourrait souhaiter organiser. La fédération doit décider lundi, en cas de qualification, si elle se porte candidate pour accueillir l’évènement (du 14 au 18 juin 2023). « Ce serait bien », a estimé le milieu de terrain de Bruges. « Jouer un tournoi dans son propre pays, c’est toujours chouette. Mais on n’en est pas encore là, il faut gagner les deux matches qui nous attendent. » Ces deux rencontres sont les dernières avant de songer à la Coupe du monde en fin d’année (du 20 novembre au 18 décembre). « Cela fait maintenant 3 ans et demi que je suis toujours dans la sélection, bien sûr que je veux absolument être au Qatar ».