Diables rouges: Leander Dendoncker parti pour être reconduit dans le trident défensif belge

Roberto Martinez voit l'avenir de Leander Dendoncker chez les Diables au sein de la défense centrale. (Photo by Jose Manuel Vidal / POOL / AFP) (Photo by JOSE MANUEL VIDAL/POOL/AFP via Getty Images)
/ /

Alors que Toby Alderweireld et Jan Vertonghen semblent être des certitudes du trident défensif diabolique, qui sera le troisième homme à le composer ? Leander Dendoncker, Axel Witsel, Zeno Debast ? Roberto Martinez a déjà son idée en tête.

Les matches de la Ligue des Nations, qui se dérouleront dans les prochains jours contre le pays de Galles et les Pays-Bas, sont les deux dernières rencontres internationales à enjeu avant que les Diables Rouges n’entament la Coupe du Monde au Qatar le 23 novembre face au Canada.

La ligne défensive de l’équipe pose encore des questions au sélectionneur national Roberto Martinez à moins de deux mois du coup d’envoi du Mondial. Toby Alderweireld et Jan Vertonghen sont des certitudes, mais quelques joueurs sont encore en lice pour la place à droite dans la défense à trois. Dedryck Boyata est absent contre les Gallois par mesure de précaution, tandis que Jason Denayer travaille individuellement car il est sans club depuis l’été dernier.

En juin dernier, Leander Dendoncker avait occupé cette place. En Pologne notamment, la défense avait alors donné une impression de sécurité. « Leander a prouvé qu’il était une option à l’arrière, notamment lors du match contre la Pologne », a reconnu le sélectionneur national mercredi. « Le pays de Galles sera un match complètement différent, nous attendons beaucoup de vitesse de leur part en attaque. La meilleure qualité de Leander est sa polyvalence. Il se voit comme un milieu de terrain, mais il peut aussi jouer à l’arrière. Nous connaissons tous ses qualités. »

Axel Witsel serait également une possibilité à l’arrière. Depuis son transfert du Borussia Dortmund à l’Atlético Madrid, il a joué tous les matches au sein de la défense des Colchoneros, à droite dans la défense à trois de Diego Simeone. Cependant, Witsel se voit lui aussi davantage comme un milieu de terrain et a souligné mercredi qu’à l’Atlético il ne fait que dépanner à l’arrière.

Parmi les défenseurs, il y a un nouveau venu au sein de la sélection: Zeno Debast. Le défenseur d’Anderlecht peut espérer des minutes de jeu. « Chaque joueur de cette sélection peut jouer un rôle pour l’équipe nationale en vue de la Coupe du monde. Zeno m’a impressionné et peut certainement jouer un rôle ici. Je suis sûr qu’il deviendra très important pour les Diables Rouges à l’avenir. Nous donnerons des opportunités aux joueurs. Il n’y a que trois jours entre les deux matches, alors qu’en Coupe du monde, il y en aura au moins quatre à chaque fois. C’est une différence importante. Il est difficile de récupérer complètement sur trois jours, donc je doute que beaucoup de joueurs jouent 90 minutes à la fois jeudi et dimanche. »

HENSOL, WALES – SEPTEMBER 21: Gareth Bale during the Wales training session at The Vale Resort on September 21, 2022 in Hensol, Wales. (Photo by Athena Pictures/Getty Images)

« Livrer la même performance qu’en Pologne »

Le pays de Galles est la bête noire des Diables Rouges depuis de nombreuses années, et même dans cette campagne de Ligue des Nations, le match à Cardiff a laissé un arrière-goût amer. Les Belges ont ensuite perdu le contrôle du match dans les derniers instants, concédant in extremis l’égalisation à la 86e minute (1-1).

En conséquence, à deux journées de la fin, les Belges comptent trois points de retard sur le leader, les Pays-Bas. La victoire dans le groupe et la qualification pour le Final Four en 2023 s’annoncent très difficiles, compte tenu de la défaite 1-4 contre les Pays-Bas lors du match aller. C’est pourtant un pays de Galles déforcé qui se présentera au stade Roi Baudouin.

Les Gallois sont privés des titulaires blessés Aaron Ramsey, Ben Davies, Harry Wilson et Joe Allen. Le capitaine Gareth Bale est incertain. Roberto Martinez, lui, reste méfiant. « Ils ne dépendent pas des individus, mais de l’intensité qu’ils peuvent montrer en tant qu’équipe », a déclaré le sélectionneur national aux journalistes mercredi. « Nous avons également vu cela il y a quelques mois à Cardiff. Nous avons perdu le contrôle dans la dernière demi-heure, alors qu’avec eux, il y avait huit ou neuf nouveaux visages sur le terrain. Ils jouent dans le même système depuis des années et l’ont complètement maîtrisé. De plus, ils sont compétitifs, car ils luttent pour éviter la relégation en Ligue des Nations et se préparent pour la Coupe du monde. Il faudra donc faire une performance comme contre la Pologne, et pas comme contre les Pays-Bas. »

Malgré la blessure de Karim Benzema, Eden Hazard n’est pas non plus à la fête au Real Madrid cette saison. Contre le pays de Galles, le capitaine belge sera présent au coup d’envoi, mais des doutes subsistent quant à sa présence au Qatar en tant que titulaire. C’est à Hazard de faire ses preuves. « C’est vrai : Eden ne joue pas assez souvent et a trop peu de rythme de match, mais je le vois heureux et affamé. Son état d’esprit est bon. Sa capacité à tenir 90 minutes dépendra du rythme du match. Soixante minutes, ce serait déjà bien. »