Belgique – Maroc: A Doha, la marée rouge et verte emporte tout sur son passage

Les fans marocains ont mis le feu dans les tribunes de Doha. Photo by Laurent Zabulon/ABACAPRESS.COM
François Janne d'Othée

Dans un stade archiplein, la victoire marocaine a été portée par une marée rouge et verte. Reportage.

« Ils jouent à domicile ! », ainsi s’exclamait, dès avant le début du match, une spectatrice franco-algérienne, alors que les noms des joueurs belges égrenés à l’écran étaient copieusement sifflés. De fait, les supporters des Diables rouges semblaient noyés parmi les plus de 40 000 spectateurs – stade archiplein –, d’autant qu’avec les mêmes couleurs que leurs vis-à-vis, on les distinguait à peine. Et on ne les a jamais entendus, encore moins quand Sabiri, ensuite Aboukhlal ont envoyé le ballon au fond des filets de Thibaut Courtois, tant les clameurs furent impressionnantes.

Après tout, c’est le troisième match remporté en Coupe du monde par les Lions de l’Atlas, et la dernière fois c’était en 1998. « On ne va pas tous les quatre ans en Coupe du monde comme vous les Belges, alors laissez-nous savourer ce moment », s’exprime Nasser, encore ému. Il travaille à Dubaï, et est venu avec toute sa famille, femmes et enfants compris. « Mais je suis sûr que vous passerez au tour suivant ! » Sympa. Ses amis se mettent à suggérer d’une finale Maroc-Belgique, possible… sur le papier.

Dans le top 10

Les Marocains figurent dans le top 10 des contingents ayant acheté le plus de billets, dans un classement dominé par les Qatariens, les Argentins et les Brésiliens. Les Belges sont loin derrière avec 300 supporters, « mais on était bien en deçà au match », constate Renaud, de Waterloo. Il faut dire que beaucoup de Marocains résident au Qatar et dans les pays du Golfe, où ils partagent la communauté de langue arabe et de religion. Sans compter les milliers de supporters qui sont venus du royaume chérifien, grâce aux offres spéciales de la Royal Air Maroc.  « Plus de 30 000, croit savoir Nassim, un Marocain venu d’Allemagne où il est informaticien. Aujourd’hui encore (NDLR : samedi) six avions spéciaux ont décollé de Casablanca. »

Photo by Laurent Zabulon/ABACAPRESS.COM

Si les Mexicains semblent être les champions des ambianceurs au Mondial 2022, les Marocains ont également des ressources. A la veille du match d’ouverture, supporters marocains et sénégalais se sont croisés au centre de Doha et ont célébré ensemble leur champion d’Afrique et double ballon d’or africain, Sadio Mané, forfait pour le Mondial.

On ne laisse pas de déchets

Et tout cela dans la bonne humeur et le respect. Si l’on a applaudi les supporters japonais pour avoir nettoyé le stade après le match contre la Croatie, on a peu évoqué le fait que les Marocains ont fait de même après leur premier match. « Cela fait partie de notre éducation, on ne laisse pas de déchets derrière soi, encore plus si l’on est accueilli chez les autres », a déclaré à Al Kass Sports Channel l’une des supportrices marocaines. Un comportement à cent lieues des débordements dans le centre de Bruxelles…

Les Européens sont plus discrets. Une conséquence des campagnes anti-Qatar ? Parce que les agents chargés de la sécurité sont omniprésents ? Ou parce qu’ils sont moins à l’aide avec les codes du monde arabe et musulman ? « Franchement, ceux qui n’ont pas les codes, ce sont ceux qui critiquent sans être jamais venus ici », témoigne Nassim. L’organisation ici est impeccable. Même si les gays ont le droit de vivre comme ils veulent, je ne comprends pas ces appels au boycott, ici on est pour s’amuser, voir du foot, et la destination est exotique. C’est bien que le Mondial se passe dans un pays arabe. Il faut donner sa chance à toutes les parties du monde. »

Le Maroc bien parti pour accéder aux 1/8e de finale de la Coupe du monde. Photo by Laurent Zabulon/ABACAPRESS.COM

Solidarité avec les « frères »

Au Mondial, le football rassemble et transcende les tensions interétatiques. Les supporters marocains reprennent souvent des chants algériens, et notamment ce « hna khaoua, machi adaoua » (nous sommes frères, pas ennemis). Les Arabes aiment marquer leur solidarité avec leurs « frères ». Au match Belgique-Maroc, on pouvait voir des drapeaux égyptiens, tunisiens, émiratis… Il existe même une Arab Fans Association qui vise à mobiliser les supporters pour soutenir les sélections arabes participant au Mondial.

Lundi, Nassim rentrera en Allemagne car il doit travailler. Il se souviendra de l’ambiance fantastique, des deux matches du Maroc avec zéro défaite, du thé à la menthe préparé sur un réchaud au milieu de la grande place au souk Waqfi, de l’hymne national souvent chanté avec ses compatriotes venus de partout, et parmi eux des jeunes femmes tout aussi engagées dans cette passion du foot qui rassemble les âmes et les peuples.