Challenger Pro League: un Stassin qui se fait un prénom, un RWDM toujours « on the buzzer » contre les espoirs et un Beerschot qui s’offre un invaincu

Lucas Stassin a fait danser la défense du Lierse ce vendredi. (Photo by JOHAN EYCKENS / BELGA MAG / Belga via AFP) (Photo by JOHAN EYCKENS/BELGA MAG/AFP via Getty Images)

Six journées de compétition ont été disputées en Challenger Pro League. Lucas Stassin, RWDM, Virton et des formations espoirs qui continuent d’enchanter la série. Voici ce qu’il faut retenir.

Lucas Stassin sort de l’ombre de son père

Les plus anciens se souviennent sûrement de Stéphane Stassin. Le joueur, né à Braine-Le-Comte, avait été formé à Anderlecht où il était arrivé en équipe première lors de la saison 1996-97 en même temps qu’un de ses voisins venu de Tubize: Walter Baseggio. Plus fragile physiquement, le milieu de terrain n’avait jamais vraiment su se faire une place de titulaire à Saint-Guidon. Il était seulement resté trois saisons (46 matches et deux buts) avant de mettre le cap sur le Borussia Mönchengladbach où il séjournera quatre ans. Il s’offrira ensuite des piges à Angers, en France puis à l’Union, à Boussu Dour et l’Olympic Charleroi, ces trois derniers clubs évoluant dans les divisions inférieures de notre pays.

Lucas Stassin dans ses oeuvres. Il porte le 76 en référence à l’année de naissance de son père, lui aussi passé et formé par Anderlecht (Photo by JOHAN EYCKENS / BELGA MAG / Belga via AFP) (Photo by JOHAN EYCKENS/BELGA MAG/AFP via Getty Images)

Son fils, Lucas, qui évolue actuellement avec les RSCA Futures dans l’antichambre de l’élite, pourrait bientôt aussi faire parler de lui au sein de l’équipe première bruxelloise s’il poursuit sur la lancée de sa prestation quatre étoiles signée sur la pelouse du Lierse.

Stassin junior a signé un triplé et a véritablement fait danser l’arrière-garde des leaders du championnat. L’attaquant, qui porte le numéro 76 en hommage à l’année de naissance de son père, occupe désormais la deuxième place du classement des buteurs aux côtés de Thibo Baeten (Beerschot), Sekou Diawara (Jong Genk) et Thibaut Van Acker (Lierse). Ce quatuor a marqué la moitié du total de Leonardo Rocha, le leader du classement des meilleurs réalisateurs, qui est pourtant resté muet pour le deuxième week-end consécutif.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Si le Lierse, qui a subi sa deuxième défaite de la saison, conserve la tête de la Challenger Pro League, les RSCA Futures remontent eux à la troisième place et demeurent la dernière formation invaincue de la série.

Le Beerschot fait tomber Virton

En effet, Virton, l’autre équipe qui n’avait pas encore connu la défaite cette saison et qui était la meilleure défense de la Challenger Pro League (avec RSCA Futures d’ailleurs), a subi la loi du Beerschot, qui souffle toujours le chaud et le froid. Les Gaumais avaient pourtant pris le meilleur départ grâce à leur buteur malgache Hakim Abdallah, mais les Rats sont revenus dans le coup grâce à leur réserviste Baeten monté à la pause. C’est finalement le défenseur Jan Van den Bergh qui permettra au Beerschot de rafler la mise à un quart d’heure du terme. Ce succès relance le club anversois dans la lutte pour le titre puisqu’il revient à deux unités du Lierse.

Les espoirs sèment le désespoir au RWDM

Malgré ses ambitions affichées en début de saison et une grosse fin de mercato, le RWDM n’occupe que la septième place du classement. Les Coalisés comptent cependant le même nombre de points que les trois équipes les devançant: Lommel, Beveren et le Standard SL16. Ils ne sont pas non plus largués pour le titre puisqu’ils n’accusent jamais que trois petits points de retard sur le Lierse.

Youssef Challouk a évité une nouvelle déconvenue au RWDM contre une équipe espoir. (Photo by KRISTOF VAN ACCOM/BELGA MAG/AFP via Getty Images)

Samedi, malgré une grande domination sur la pelouse en termes de possession du ballon et d’occasions, le RWDM a dû attendre les dernières secondes des arrêts de jeu (grâce à Youssef Challouk) pour arracher le partage contre le Jong Genk. Une récurrente chez une équipe dont certains vantaient « l’intelligence de jeu au-dessus de la moyenne d’une grande partie de l’effectif ». A croire que l’efficacité n’en fait pas partie puisque déjà contre d’autres espoirs, ceux du voisin anderlechtois, les Molenbeekois avaient dû attendre le temps additionnel pour arracher un partage après avoir été menés 0-2. Contre le Club NXT, le RWDM s’était même incliné. Les équipes espoirs ne réussissent manifestement pas à un club qui n’a semble-t-il pas intégré la nouvelle spécificité de la compétition. S’il affiche un faible bilan de 2/9 contre les U21, le club bruxellois réalise en revanche un sept sur neuf contre les trois équipes « adultes » avec lesquelles il a croisé le fer.

Des formations espoirs encore invaincues

Heureusement que les équipes U23 remontent le niveau d’une Challenger Pro League où les effectifs pros ne montrent pas grand chose footballistiquement parlant. Alors qu’on craignait que les jeunes doivent jouer les faire-valoir, ils tiennent la dragée haute à leur aînés. Anderlecht occupe la troisième place (à égalité avec le deuxième), le Standard SL16 la sixième (à égalité avec le quatrième), le Club NXT la neuvième et le Jong Genk, pourtant champion en U23 l’an passé, la dixième. Les quatre équipes ensemble n’ont subi que six défaites en 24 matches au total.

Ce week-end, les quatres équipes espoirs sont toutes restées invaincues avec un bilan de deux victoires et deux partages, alors que trois d’entre-elles devaient se déplacer. Anderlecht s’est imposé au Lierse et le Standard à Lommel. Genk a partagé au RWDM et enfin le Club NXT a partagé sur ses terres contre Beveren. Et on parle de quatre adversaires qui ambitionnent d’accéder à la Jupiler Pro League l’an prochain. A se demander si ils en ont vraiment le niveau…

Retrouvez tous les résultats de la Challenger Pro League ici