Challenger Pro League: le Beerschot prend le pouvoir et les jeunes Anderlechtois et Standarmen en perte de vitesse

Un club visiteur qui l'emporte au Lotto Park, une image devenue trop courante cette saison. Ici, le Beerschot qui a dominé le RSCA Futures. BELGA PHOTO TOM GOYVAERTS

Il n’y a pas que la Coupe du monde dans la vie. En Challenger Pro League, quatorze journées de compétition ont été disputées. Les deux leaders de la compétition, le SK Beveren et le RWDM, se sont pris les pieds dans le tapis. Tout profit pour le Beerschot, vainqueur de jeunes mauves en perte de vitesse, qui en profite pour les sauter et prendre le pouvoir. Enfin, nous nous attarderons sur l’un des joueurs en forme au Club NXT: Arne Engels.

Le Beerschot sur la plus haute marche

Une semaine après s’être neutralisés au Freethiel dans un match au sommet qui a tenu toutes ses promesses, les leaders ex-aequo de cette Challenger Pro League, le SK Beveren et le RWDM, ont totalement déchanté. Battus respectivement par Lommel et le Jong Genk, les deux formations ont vu un Beerschot qui a pris le dessus sur le RSCA Futures leur passer devant.

Le RWDM vit décidément mal ses rencontres face aux équipes espoirs de la série. Déjà battus par le Club NXT en début de saison, les Coalisés avaient été accrochés au stade Machtens par les jeunes gardes anderlechtoise et genkoise par la suite. Si les Molenbeekois avaient rectifié le tir en s’imposant largement à Sclessin contre le SL16, ils se sont à nouveau pris les pieds dans le tapis contre le Jong Genk, vainqueur du championnat espoirs l’an dernier, mais plus à la peine en Challenger Pro League. Les Mickael Biron, Luis Oyama et Youssef Challouk avaient oublié leur inspiration à Bruxelles et ont été cueillis à froid par un but du Nigérian Victory Beniangba peu avant la demi-heure. Jay-Dee Geusens donnera au score son allure définitive à 20 minutes du coup de sifflet final. Avec un bilan de 5/15 contre des équipes censées être plus inexpérimentées, le RWDM a-t-il vraiment toutes les qualités nécessaires à un candidat à la promotion ?

Du côté de Beveren, on a été surpris par le réveil d’un Lommel qui restait pourtant sur un bilan insuffisant de 3 points sur 21, avant sa victoire contre le Jong Genk le week-end passé. Rafik Belghali et Agustin Anello ont profité des largesses d’une défense locale toujours en somnolence au cours de la première demi-heure de jeu. Sander Coopman a lancé la révolte waeslandienne à la 33e, mais le Costaricien Adrian Martinez décidait de s’illustrer, à l’heure où ses Ticos retrouvaient des couleurs sur la scène mondiale. Ce retard de deux buts ne sera jamais digéré par des Beverenois, qui malgré la réduction du score sur pénalty par Lucas Ribeiro Costa, n’ont jamais vraiment pu compter sur le sens du but de leur paire Dieumerci Mbokani et Thierno Barry.

Le Beerschot lavait pour sa part l’affront reçu au Kiel lors de la réception des U23 d’Anderlecht (défaite 2-3). Ceux-ci prenaient l’avance mais Léo Seydoux servait Ryan Sanusi puis Nökkvi Þeyr Þórisson pour renverser la vapeur. Les Rats ont clairement trouvé de la régularité depuis quelques semaines puisqu’ils ont enchainé quatre succès au cours de leurs cinq dernières sorties. Suffisant pour s’installer sur le trône provisoire de promu pour la Jupiler Pro League.

Les espoirs mauves et rouches dans le dur

Du côté d’Anderlecht, le retour de Robin Veldman sur le banc n’a pas eu l’effet escompté puisque les jeunes Bruxellois restent sur un bilan décevant de 1 sur 9. Pourtant Anouar Aït El Hadj et Theo Leoni étaient présents au coeur du jeu, alors que Lucas Stassin faisait à nouveau parler la poudre pour la 10e fois cette saison. Il retrouvait ainsi la tête du classement des buteurs en compagnie de Thierno Barry. Du leadership général, le RSCA Futures semble de plus en plus s’en éloigner puisqu’il possède désormais six unités de retard sur son adversaire du jour et stagne en 5e place du classement, à laquelle il a été rejoint par le Lierse (4e) en termes de points engrangés.

La jolie réalisation de Rayan Berberi n’aura pas permis au Standard de dompter Deinze ce week-end. BELGA PHOTO JOHN THYS

Au Standard SL16, malgré un très joli but de Rayan Berberi, les jeunes protégés de Joseph Laumann n’ont pas été en mesure de stopper un Deinze requinqué depuis l’arrivée de Marc Grosjean sur le banc. Les Flandriens restent sur un bilan de 16/18, qui avait justement commencé avec la réception des jeunes liégeois. Tout le contraire de ces derniers qui n’ont récolté que quatre points sur quinze. Le Standard chute désormais à la 10e place sur douze équipes et voit le Jong Genk revenir à quatre unités.

Arne Engels, le jeune Brugeois qui monte

Le Club NXT a balayé Dender ce week-end sur le score de 4-1. Si Roméo Vermant, le fils de Sven, a marqué l’un des buts, un autre Engels s’est distingué. Il n’a en revanche manifestement aucun lien avec Björn, désormais joueur de l’Antwerp, mais formé aussi du côté du Jan Breydel Stadion.

A 19 ans, Arne Engels fait déjà partie des cadres de cette équipe Next Gen du Club Brugeois. Philippe Clement l’avait déjà invité à participer à la préparation estivale d’une équipe qu’il dirigeait encore en 2021. Il avait aussi reçu du temps de jeu à seulement seize ans lors d’une joute amicale contre Deinze. Lors du championnat disputé, voici deux saisons, par le Club NXT en D1B (grâce aux problèmes de licence de Virton), Arne Engels avait déjà disputé plus de 20 matches.

Arne Engels a signé contre Dender son cinquième assist de la saison. BELGA PHOTO KURT DESPLENTER

Avec son mètre 85, il ne s’est pas laissé démonter au milieu du jeu. Sa stature est l’un de ses atouts puisqu’il est souvent habile de la tête. Mais ses pieds sont aussi précieux. En offrant la balle du 1-0 à Lynnt Audoor contre Dender, il a signé sa cinquième passe décisive de la saison, ce qui le place qu’à une seule longueur de Guillaume De Schryver, le milieu de terrain du Lierse. Engels a aussi marqué deux buts en plus de cela, mais est-ce que cela sera suffisant pour faire son trou dans une équipe première où certains jeunes talents peinent à percer ?

A sa position d’ailier droit, des Andreas Skov Olsen, Tajon Buchanan ou Kamal Sowah sont en concurrence. Le Danois est convoité par Tottenham selon certaines sources, ce qui pourrait permettre, en cas de conclusion de ce transfert, à Engels de monter en grade. Lui aussi convoité par la Premier League et West Ham en particulier. Quand les Hammers envisageaient d’embrigader Hans Vanaken avant de se rabattre sur Lucas Paqueta, ils avaient profité de leur city trip en Venise du Nord pour jeter un oeil sur les jeunes pousses locales. Et manifestement, le profil d’Arne Engels ne leur avait pas déplu.