Le bourreau français des Diables rouge à la relance chez un promu italien: retour sur la descente aux enfers de Samuel Umtiti

Le 10 juillet 2018, la tête de Samuel Umtiti brise les coeurs belges. La France disputera la finale de la Coupe du monde. (Photo by Ulrik Pedersen/NurPhoto via Getty Images)

Il y a un peu plus de quatre ans, Samuel Umtiti brisait les coeurs belges en s’élevant plus haut que Marouane Fellaini et en propulsant la France en finale de la Coupe du monde. Pendant que l’histoire du seum déchaînait les passions franco-belges sur les réseaux sociaux, le héros des Bleus payait au prix fort le fait d’avoir privilégié son pays à son employeur, le FC Barcelone. Le voici désormais contraint de se relancer à Lecce, nouveau venu en Serie A. Comment Samuel Umtiti en est-il arrivé là ?

Beaucoup de Belges ont préféré oublier ce 10 juillet 2018 de funeste mémoire. Les Diables Rouges jouent leur deuxième demi-finale en Coupe du monde ce jour-là. Contre la France, chaque fan des Diables rouges regarde son écran de télévision (ou géant) en se rongeant les ongles. L’espoir d’une première finale se lit sur les visages de tous les supporters, surtout après une première mi-temps où les nôtres se sont procurés les occasions les plus intéressantes.

Mais à la 55e minute, sur un coup de coin, la patte gauche d’Antoine Griezmann expédie le cuir en direction du premier poteau où un joueur français prend le dessus sur nos tours touffues Marouane Fellaini et Axel Witsel. Thibaut Courtois est battu et les Bleus se qualifient pour la finale d’un tournoi qu’ils remporteront quelques jours plus tard. Une cruelle désillusion pour tout un pays qui se voyait peut-être remporter un premier trophée international dans son histoire.

Une clause de rachat à 500 millions d’euros

Le bourreau des nôtres, qui signe son but avec une célébration loufoque qui se veut une blague entre membres du vestiaire hexagonal, se nomme Samuel Umtiti. A l’époque, il s’agit d’un joueur de classe mondiale et d’une valeur sûre de la défense centrale du FC Barcelone. Dans la foulée du mondial, il paraphe un nouveau bail avec les Blaugrana et celui-ci inclut une clause de rachat de 500 millions d’euros. Le Barça est certes connu pour ses clauses exorbitantes, mais celle accordée à Umtiti témoigne aussi de la confiance que le club catalan lui porte.

Cette prolongation du contrat semble logique à l’époque. Umtiti vole comme une comète vers le sommet du football mondial. Très jeune, il s’impose à Lyon, son club formateur, où il reste plusieurs années pour se développer. Lorsqu’il rejoint le FC Barcelone pour 25 millions d’euros en 2016, tout le monde s’accordait à dire qu’il s’agissait d’une excellente affaire pour les Blaugrana. Umtiti s’est intégré en douceur au Camp Nou grâce à son style élégant. Il est rapidement devenu le partenaire régulier de Gerard Piqué dans l’axe central et n’était pas remis en question.

Les deux hommes ont été associés lors de quelques rencontres mémorables. Par exemple, lors de la remontada 6-1 contre le PSG au Camp Nou. Umtiti devient alors un membre régulier de l’équipe de France de Didier Deschamps pendant la même période. Les Bleus s’appuient sur une organisation défensive impeccable et le gaucher du Barça a donc forcément un rôle clé à y jouer. Vers la fin de la saison 2017-18, le natif de Yaoundé, au Cameroun, souffre de problèmes de genou. Les médecins lui conseillent une opération, mais avec la Coupe du monde qui se profile à l’horizon, Samuel Umtiti choisit un autre traitement. L’opération attendra et il se félicitera de sa décision puisqu’il pourra brandir la Coupe du monde à la mi-juillet.

Samuel Umtiti embrasse la Coupe du monde le 15 juillet 2018 sur la pelouse de Moscou. (Photo by Lars Baron – FIFA/FIFA via Getty Images)

Une décision douloureuse

La gloire est éternelle, mais au Barça, on se moque des titres remportés en équipe de France. Le choix d’Umtiti de reporter son opération n’a pas été apprécié par les socios catalans. Les critiques ont donc été plus virulentes lorsque Umtiti a souffert de nouvelles blessures la saison suivante. Lors de sa période à Lyon, il était rarement blessé et il semblait de plus en plus évident que da décision de reporter son opération allait lui coûter cher.

Le FC Barcelone veut pallier cette absence et transfère donc un compatriote d’Umtiti en la personne de Clément Lenglet. Ce dernier assure bien l’interim et lorsque le champion du monde revient de blessure, il n’est pas immédiatement accueilli à bras ouverts par le public barcelonais. Il doit d’abord les reséduire. La mémoire est parfois très courte dans les travées du Camp Nou.

Les choses vont alors se gâter. En plus de problèmes récurrents au genou, son pied et son mollet lui jouent également de vilains tours. Umtiti a souvent joué pendant de courtes périodes, il a retrouvé un peu de rythme avant de rechuter à chaque fois. À partir de 2019, il ne joue pas plus de 20 matches par saison pour le Barca. Alors qu’il était considéré comme indispensable à sa formation avant la Coupe du monde.

Problèmes salariaux

La situation d’Umtiti était déjà compliquée avant la crise sanitaire et cette dernière va révéler à quel point le Barça était très mal géré. Le club se retrouve alors plongé dans une crise profonde, non seulement à cause de sa gigantesque montagne de dettes, mais aussi parce que sa charge salariale a largement dépassé le plafond imposé par la Liga. C’est à cause de cela que même Lionel Messi a été contraint de quitter son stade de toujours pour les pétrodollars du PSG. Umtiti est quant à lui resté abonné à l’infirmerie catalane, continuant à enchaîner les blessures.

Son statut de joueur superflu, confirmé sous les règnes de Ronald Koeman et Xavi, l’ont forcément poussé vers la sortie. Son contrat de 2018 a coûté beaucoup d’argent à Barcelone avec peu de retour. Le départ de Samuel Umtiti par la petite porte est donc devenu inévitable. Lorsque les Blaugrana ont attiré Ferran Torres au Camp Nou en janvier 2021 pour une grosse somme, la nouvelle recrue a dû attendre pour être enregistrée. Le contrat du défenseur français a donc été renégocié. Son salaire est resté le même, mais grâce à des astuces fiscales, Barcelone a pu rester sous le plafond salarial et enregistrer Ferran Torres.

Samuel Umtiti va tenter de relancer sa carrière à Lecce, nouveau venu en Serie A cette saison. (Photo by Donato Fasano/Getty Images)

L’objectif était toujours de se débarrasser de l’ancien Lyonnais, mais il n’y avait pas beaucoup de clubs intéressés par ses services. Il n’a pas fallu attendre longtemps pour que le fantôme de l’enregistrement des joueurs de Barcelone ne fasse son retour. Cet été, le club supposé en difficulté s’est montré très actif sur le marché des transferts et de nombreuses vedettes ont posé leurs valises au Camp Nou. Mais ces nouvelles recrues posaient à nouveau un problème pour plafond salarial de La Liga. Encore une fois, les Blaugrana ont cherché un moyen de se débarrasser d’Umtiti. Finalement, la solution viendra avec une location en Serie A du côté du promu de Lecce.

Ce transfert temporaire permet ainsi au Barça d’enregistrer Jules Koundé, un autre défenseur français plus jeune et plus à la mode, pour cette nouvelle saison. Umtiti a donc dû faire place à son successeur dans l’indifférence la plus totale. Une fin d’histoire douloureuse pour celui qui fut un roc du Barcelone des bonnes années. Une punition sévère pour avoir choisi la gloire d’un titre mondial avec son pays plutôt que son club. Qui sait, peut-être pourra-t-il relancer sa carrière à Lecce, même si ce sera avec un salaire bien moins confortable.