Louis van Gaal: « C’est la meilleure équipe qui est sacrée championne du monde, pas les meilleurs footballeurs »

Louis van Gaal prendra probablement sa retraite après ce Mondial qatari. (Photo by Pablo Morano/BSR Agency/Getty Images)
/ /

Divers sélectionneurs ont été interrogés par nos confrères de WorldSoccer. La parole est donnée ce vendredi au Pélican, Louis van Gaal. Le sélectionneur des Pays-Bas est âgé de 71 ans mais possède encore pas mal de tours dans son sac à malice. Et il compte bien les employer sur ce tournoi avant de prendre sa retraite. Morceaux choisis.

Par Samindra Kunti

Quelles sont les chances des Pays-Bas ?

Je crois que nous pouvons aller loin. C’est la meilleure équipe qui est sacrée championne du monde, pas les meilleurs footballeurs. Nous devons donc faire en sorte d’être la meilleure équipe le moment venu. Il faut également un brin de chance, bien sûr. Même si je fais toujours de mon mieux pour exclure le plus possible le « hasard », il faut se préparer à tous les scénarios.

Les Pays-Bas font-ils partie des favoris ?

On ne peut pas dire que nous soyons favoris. Mais si nous jouons en équipe, nous avons une chance. Cela reste un tournoi et la forme du jour jouera également un rôle. Je pense que les Pays-Bas sont l’un des prétendants, un outsider, mais je ne nous considère pas comme des favoris.

Qui sont les principaux acteurs de votre équipe ?

Pour moi, c’est la force de l’équipe qui compte. Citer des noms est dépourvu de sens, les joueurs dépendant les uns des autres.  Comme je l’ai dit, c’est la meilleure équipe qui deviendra bientôt championne du monde, pas les meilleurs joueurs.

Vous procédez en 3-5-2. Répétez-vous la formule à succès de la Coupe du monde 2014 ?

Nous jouons désormais en 3-4-1-2. Bien que les systèmes soient similaires, leur mise en œuvre est différente. En 2014, Arjen Robben et Robin van Persie faisaient partie de la sélection. C’étaient, bien sûr, des attaquants de classe mondiale. Ensuite, il a fallu renforcer notre défense, composée de très jeunes joueurs, pour que ces deux attaquants puissent étaler leur classe sans devoir surveiller leurs arrières. Aujourd’hui, nos défenseurs sont nettement plus âgés et je place surtout l’accent sur la première ligne. C’est pourquoi je préfère parler d’un système 3-4-1-2.

Que pensez-vous de l’organisation de la Coupe du monde au Qatar ?

J’ai déjà eu l’occasion de m’exprimer à ce sujet à plusieurs reprises. J’ai dit que l’attribution de la Coupe du monde au Qatar a été faite sur des bases incorrectes. La FIFA prétend que le développement du football est sa principale motivation alors qu’il ne s’agit que d’argent et d’intérêts commerciaux. C’est tout. Bien sûr, comme toute personne saine d’esprit, nous sommes contre la violation des droits de l’homme. La KNVB a toujours été critique à l’égard de la coupe du monde au Qatar et du rôle qu’y joue la FIFA. Notre position est bien connue. Nous appréhendons le tournoi d’un œil critique et nous essayons également de ne pas nous cantonner au football. Notre fédération est l’une des plus impliquées dans ce domaine. Mais je pense qu’il faut laisser les footballeurs faire leur travail. Nos joueurs se sont fait entendre, mais ce sont les dirigeants qui doivent veiller à ce que les choses changent.

Y a-t-il une chance que vous soyez encore entraîneur à l’issue de la coupe du monde ?

Non. J’étais déjà retraité lorsque la KNVB m’a sollicité pour ce poste. Tous ceux qui me connaissent savent que c’est un immense honneur pour moi d’être le sélectionneur de mon pays. Mais maintenant, j’ai 71 ans, et après cette coupe du monde, j’en aurai vraiment fait assez. Encore que… il ne faut jamais dire jamais.