Les aventures scandinaves de Victor Boniface

Victor Boniface passeur décisif à Berlin la semaine dernière. (Photo by Ulrik Pedersen/DeFodi Images via Getty Images)

Buteur pour son premier derby bruxellois contre Anderlecht et passeur décisif pour Senne Lynen lors de la victoire européenne à Berlin, Victor Boniface retrouvera ce soir une équipe d’un pays voisin à celui qui lui a permis de découvrir le football européen: la Norvège. Retour sur cette période du nouveau fer de lance offensif de la RUSG.

Victor Boniface sait comment directement se mettre un nouveau public dans sa poche. Pour sa première titularisation en Pro League, le Nigérian a déjà été déterminant dans le derby bruxellois en marquant l’un des deux pions des siens. Jeudi dernier, il a largement contribué au but de Senne Lynen lors de la victoire historique des Saint-Gillois sur la pelouse de l’Union Berlin, en Europa League.

Avant de rejoindre la Belgique et d’avoir quasiment droit à une place à son nom (rappelez-vous de l’annonce de son transfert effectué par l’Union), Boniface avait évolué dans le championnat norvégien, à Bodö/Glimt pour être précis. C’est là qu’il a notamment connu deux autres joueurs qui ont aussi rejoint la Pro League cet été : Jens-Petter Hauge à La Gantoise et Philip Zinckernagel au Standard.

Lorsqu’il débarque à l’Aspmyra Stadion en 2019, il n’est qu’un jeune espoir nigérian qui a tapé dans l’oeil des recruteurs nourris aux datas de Bodö. Avec son mètre 89, sa vitesse et sa puissance, Boniface possède tout ce qu’il faut pour enthousiasmer l’Eliteserien, sauf qu’il doit s’adapter à un pays dont la mentalité est bien différente de sa contrée natale. Et tout est encore rendu plus difficile lorsqu’il est victime d’une rupture du ligament croisé peu de temps après avoir posé ses valises à Bodö.

Victor Boniface, buteur pour son premier derby bruxellois contre Anderlecht (ici avec Hannes Delcroix). (Photo by Joris Verwijst/Orange Pictures/BSR Agency/Getty Images)

Deux ruptures du ligament croisé en deux ans

Il manque tout d’abord les 21 premiers matches de sa première saison en Norvège. Il doit ensuite logiquement se contenter d’un rôle de doublure de Karsten Junker, un attaquant qui va affoler les compteurs à Bodö/Glimt lors de la saison où l’équipe du Nordland va s’offrir le titre national avec un record de points et de buts démentiels.

Le premier but de Boniface en Eliteserien tombe lors du dernier duel de la saison où Bodö s’incline à Molde, l’un des adversaires européens de La Gantoise cette année. Le colosse nigérian avait remplacé Vegard Moberg à la pause.

La saison suivante, celle du titre, il est donc essentiellement remplaçant, mais participe tout de même à 24 rencontres où il marque à six reprises et donne trois assists. Pendant l’été, il s’illustre aussi lors des tours préliminaires pour l’Europa League. Contre Kauno Zalgiris et Zalgiris Vilnius, deux clubs lituaniens, il est titulaire à deux reprises et est bon pour un but et une passe décisive lors de chaque match. Il ne dispute en revanche qu’une seule minute lors du duel perdu contre l’AC Milan.

Le bilan n’est pas mauvais pour un supersub, sauf que la poisse va s’acharner après une rencontre de championnat contre Strömdgodset à la fin du mois de novembre 2020. Il se reblesse à nouveau au ligament croisé et est écarté des terrains pendant près d’un an. Il va ainsi louper les barrages qualificatifs de son club contre le Legia Varsovie en Ligue des Champions.

Préférant prendre le temps pour le relancer et éviter une rechute, Kjetil Knutsen le laisse sur le banc lors des trois premiers matches de son retour. Il refoule la pelouse le 12 décembre 2021 contre Mjöndalen, où il monte pour la dernière minute d’un match qui met un terme à la saison en Norvège.

Dès février et sans championnat national dans les jambes, Bodö/Glimt doit reprendre du service en Conference League, une compétition où il s’est distingué lors de la phase de groupe en passant notamment un 6-1 bien tassé contre l’AS Roma, le futur vainqueur de la première édition de la petite dernière des compétitions européenes.

Un mois de juillet 2022 où il se révèle totalement

Contre le Celtic Glasgow, en 1/16e de finale, il ne joue qu’une vingtaine de minutes, tant à l’aller qu’au retour. C’est toujours dans un costume de doublure de Runar Espejord, qui a profité de sa blessure pour s’imposer dans le onze et prendre la relève d’un Junker parti pour le Japon, qu’il participe à la qualification des siens contre l’AZ Alkmaar et à l’élimination de Bodö/Glimt des oeuvres d’une Roma qui a bien appris ses leçons de la déroute de la phase de groupe. Lors du 4-0 subi dans la ville éternelle, Boniface a d’ailleurs droit à une demi-heure de jeu.

Victor Boniface a joué lors de tous les matches à élimination directe de Bodö/Glimt lors de la dernière campagne de Conference League. Mais il ne fut jamais titulaire comme ici contre le Celtic Glasgow. (Photo by Craig Williamson/SNS Group via Getty Images)

Pour la reprise de l’Eliteserien, il n’est pas titulaire à l’occasion de la journée inaugurale mais bien pour la seconde rencontre du championnat. Il marque d’ailleurs contre Sandefjord avant de rester muet pendant dix rencontres. C’est en juillet que sonne son réveil et qu’il va prendre son envol. Il trouve le chemin des filets à cinq reprises sur les quatre derniers matches avant son départ pour la capitale belge.

Pendant ce mois de juillet prolifique, Boniface empile aussi les buts lors des tours préliminaires de la Ligue des Champions. Il plante quatre rose, dont un triplé, lors de la double confrontation contre Klaksvik, avant de marquer l’un des huit buts des siens lors du duel gagné sur un cinglant 8-0 contre Linfield.

Si son entente avec Dante Vanzeir au Parc Duden doit encore être peaufinée et n’atteint pas encore les sommets de celle du duo avec Deniz Undav, Victor Boniface séduit pourtant les observateurs. Sa vitesse, sa capacité à jouer dans la profondeur ou dos au but, sont des atouts indéniables dans le jeu prôné par Karel Geraets. Contre un Malmö qui devrait lui rappeler certaines des oppositions qu’il a pu connaître en Norvège, le nouvel attaquant Unioniste tentera de marquer son deuxième but pour ses nouvelles couleurs. Mais il pourrait aussi faire parler son altruisme, lui qui en plus de son assist à Lynen contre Berlin, est déjà auteur de deux passes décisives en championnat.