Le champion du monde en titre pédale dans la semoule : de nombreux problèmes affectent l’équipe nationale française

La confiance n'est pas de mise dans le clan français alors que les Bleus vont remettre en jeu leur titre mondial. (Photo by Ulrik Pedersen/DeFodi Images via Getty Images)

Dans deux mois, le coup d’envoi de la Coupe du monde sera donné au Qatar. La France, tenante du titre, figure parmi les favorites pour la victoire finale. Mais chez nos voisins du sud, le climat est loin d’être serein et les problèmes s’accumulent aussi bien sur le terrain qu’en dehors. Analyse de la situation au sein d’un groupe qui ne vit pas si bien que cela.

Un soupir de soulagement a traversé le stade Parken de Copenhague ce dimanche soir après la victoire danoise sur la France (2-0). Ce soupir de soulagement ne sortait pas des bouches scandinaves mais bien de celles des Bleus. Dans le même temps, l’Autriche subissait la loi de la Croatie, un résultat qui permettait aux champions du monde de sauver leur tête dans le groupe A de la Ligue des Nations.

Avec un bilan insuffisant de cinq points en six rencontres, les hommes de Didier Deschamps étaient menacés de jouer avec des équipes de moindre rang l’année prochaine si l’Autriche l’avait emporté. Mais cette issue pas trop négative n’efface certainement pas tous les problèmes. A deux mois de la Coupe du monde, où elle remettra son titre mondial en jeu, la France n’a que peu de raisons de se réjouir. « Vive le désert », titrait L’Équipe après cette nouvelle prestation ratée contre le Danemark. Est-ce en prenant des gifles que le champion du monde se prépare au Mondial ? Comment en est-on arrivé là alors que tout semblait aller pour le mieux il y a peu de temps encore ?

Nouveaux systèmes et blessures

Examinons d’abord l’aspect sportif. Dans cette Ligue des Nations, que la plupart des pays n’ont pas pris trop au sérieux comme en atteste la relégation de l’Angleterre, la France a surtout donné l’impression d’être blasée, si l’on en croit les articles parus dans la presse hexagonale. « Notre statut ne va pas nous aider à gagner des matchs. Je ne parle pas seulement des joueurs, je m’inclus aussi dedans. Nous ne devons pas nous croire trop bons », avait martelé le sélectionneur national Didier Deschamps aux journalistes en juin dernier. Ses Bleus n’avaient décroché qu’une seule victoire en quatre rencontres de Ligue des Nations à l’époque.

S’ils ont remporté cette compétition en septembre dernier, les Français restent sur un bilan bien décevant depuis leur élimination surprise de l’Euro en 1/8e de finale contre la Suisse. Deschamps est clairement à la recherche d’une nouvelle bonne formule tant pour sa défense que son attaque. Celui qui fut champion du monde en 1998 comme joueur a déjà essayé cinq systèmes différents depuis cette victoire dans le Final Four de la Ligue des Nations. Il y a eu le retour de Karim Benzema qui a fait jaser juste avant l’Euro. Désormais, c’est le comportement de vedette d’un Kylian Mbappé qui veut de plus en plus forcer le destin à lui tout seul qui crée certaines tensions. Elles sont d’ailleurs de plus en plus nombreuses au sein du groupe. Olivier Giroud, par exemple, s’est plaint lors d’une autre conférence de presse que l’apport de son compagnon d’attaque n’était pas suffisant. Tout n’est pas rose au sein de la maison bleue.

Cette dernière est d’ailleurs décimée par les blessures. L’infirmerie a accueilli 13 joueurs réguliers de l’équipe qui ont été contraints de renoncer à ces deux derniers duels de Ligue des Nations. On citera parmi les blessés: Benzema, Hugo Lloris, Ngolo Kanté, Lucas Hernandez, Presnel Kimpembe et Paul Pogba. Certains d’entre eux seront même absents de la Coupe du monde, qui débute dans moins de huit semaines. En effet, Pogba est encore sur le carreau pour au moins six semaines, Kimpembe pour cinq et Hernandez pour quatre. Ajoutez à cela le fait qu’Antoine Griezmann peine à retrouver son niveau d’antan et qu’il a été pris dans un conflit contractuel opposant le FC Barcelone (son employeur) et l’Atlético (le club qui l’a loué à certaines conditions) ces dernières semaines.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Le marabout qui met à bout la famille Pogba

La blessure de Paul Pogba est un nouveau coup dur dans son annus horibilis. Au début de l’année, il avait déjà été touché à Manchester United alors qu’il ne jouait pas régulièrement. Il a ensuite été victime d’une effraction à son domicile alors que ses enfants dormaient à l’étage. En avril, son agent Mino Raiola, avec lequel il était très proche, est décédé. Alors qu’il semblait reparti sur de nouvelles bases après son transfert estival à la Juventus, il se retrouve à nouveau écarté des terrains pour une longue période. Mais ces problèmes ne sont quasiment que l’arbre qui cache la forêt. En mars, pendant la trêve internationale, Pogboom est menacé par cinq hommes qui lui réclament 13 millions d’euros. Si le joueur ne s’exécute pas, ils divulgueront des images de lui demandant à un marabout de jeter un sort à Kylian Mbappé. Mais la plus grosse surprise dans cette sordide histoire est que l’un des extorqueurs est son propre frère Mathias.

Le gang a fini par se retrouver en prison, mais récemment, Mathias Pogba a remis de l’huile sur le feu sur Twitter. « Si vous lisez ce message, c’est que mon bot aura fait son travail d’envoi automatique. Ça signifie aussi que je ne suis plus en liberté, soit du fait des hommes de main de mon frère, soit du fait de la police. Donc les plaintes calomnieuses pour me faire taire auront marché. Mon frère est devenu un adepte de la sorcellerie ces dernières années, devenant le suivant d’un sorcier, connu comme le marabout Ibrahim, appelé Grande. Mon frère a toujours eu dans son entourage des criminels et des délinquants et qu’il l’a encore aujourd’hui. Le problème est qu’il s’est servi de ces relations et de leurs noms pour se protéger dans la rue et pour faire affaire avec eux dans le but qu’ils fassent des choses pour lui et qu’ils fassent couler le sang pour lui. Je n’étais pas au courant de ces agissements jusqu’à ce qu’il trahisse ses hommes de main et qu’il s’enfuie sans prévenir personne, nous abandonnant à notre sort notre mère et moi, laissant sa famille et ses proches devenir les cibles de ces bandits. »

Après que le groupe soit également venu le menacer en juillet dernier au complexe d’entraînement de la Juventus, Pogba a été placé sous protection policière. Ce n’est pas vraiment la préparation idéale pour une Coupe du monde, s’il devait se rétablir à temps pour intégrer la liste des 26.

L’ambiance n’est plus à la fête dans la fratrie Pogba. (Photo by Jean Catuffe/Getty Images)

Les droits à l’image du petit roi des Bleus

Kylian Mbappé n’est pas blessé, mais il n’a pas non plus favorisé l’esprit d’équipe ces derniers mois. En effet, la star du PSG a affirmé ses intérêts auprès de la ligue, lorsque les habituelles vidéos promotionnelles et séances de photos ont été programmées. Mbappé n’a pas voulu y prendre part. D’abord, parce qu’il ne veut pas être associé à des sociétés de jeux d’argent comme Betclic, l’un des principaux sponsors des Bleus et à des chaînes de restauration rapide comme KFC. Mbappé n’a donc pas participé à la séance photos avec les nouveaux maillots qui seront portés par les Français au Qatar.

L’explication du principal intéressé, rédigée dans un communiqué, fut la suivante : « Je ne veux pas participer à cela parce que la fédération a refusé de revoir les droits à l’image des joueurs ». Mbappé étant devenu l’étendard non seulement de la France mais aussi du football mondial, les sponsors se sont soudainement retrouvés bien embêtés. « Nous avons un accord avec la fédération et nous voulons qu’il soit respecté. Nous avons payé pour cela et sinon nous allons intenter une action en justice », a d’ailleurs affirmé KFC l’un des partenaires visés par KM7.

La fédération française a déclaré qu’elle allait rapidement revoir les droits à l’image de sa star après que d’autres joueurs aient soutenu son action. L’attaquant du PSG a accepté la proposition et a participé aux actions pour différents partenaires commerciaux. Mais la fédération a cependant intérêt à agir rapidement dans ce dossier si elle ne veut pas que la bombe lui explose en plein visage pendant la prochaine Coupe du monde.

Didier Deschamps avec le président de la Fédération française de football Noël Le Graet. (Photo credit should read PATRICK KOVARIK/AFP via Getty Images)

Les comportement inappropriés du président de la Fédération

A la Fédération non plus, l’atmosphère n’est pas des plus sereines. Selon le magazine français So Foot, le président Noël Le Graët et d’autres hauts responsables auraient couvert plusieurs cas d’abus sexuels, même sur des joueurs mineurs, pendant des années. Plusieurs cas remonteraient aux années 1980, et des personnes soupçonnées seraient encore employées par la fédération au centre de formation de Clairefontaine. Le Graët aurait ensuite poursuivi So Foot en justice, étant donné qu’il était également cité par le magazine. Le président aurait envoyé des SMS obscènes à des collègues et à des joueurs, comme par exemple : « Je préfère les blondes, alors si tu as envie… ». Une autre polémique à suivre, sans aucun doute.

L’équipe nationale française doit donc faire face à énorme chantier avant de partir à l’assaut du désert qatari. Mardi 22 novembre, les Bleus affronteront l’Australie en lever de rideau de leur Mondial. Ensuite, ils défieront la Tunisie et leur bête presque noire qu’est devenue le Danemark. Est-ce que le ouf de soulagement de Copenhague sera encore de mise ce jour-là ?

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici