Felice Mazzu sur Julien Duranville: « C’est une arme quand l’adversaire commence à être fatigué »

Julien Duranville a de nouveau été déterminant pour Anderlecht en provoquant un pénalty. (Photo by VIRGINIE LEFOUR / BELGA MAG / Belga via AFP) (Photo by VIRGINIE LEFOUR/BELGA MAG/AFP via Getty Images)
/ /

Felice Mazzu est revenu sur la difficile victoire d’Anderlecht contre Silkeborg ce jeudi soir. Il a notamment évoqué le cas de Julien Duranville qui après avoir marqué contre OHL a provoqué le pénalty décisif transformé par Fabio Silva.

Anderlecht s’est difficilement imposé 1-0 contre Silkeborg, jeudi, en Conference League. Après le match, l’entraîneur Felice Mazzu a salué une « bonne seconde mi-temps » de son équipe après une première mi-temps « pas suffisante ».

Anderlecht a dû attendre la 81e minute et un penalty de Fabio Silva pour renouer avec la victoire après quatre matchs, toutes compétitions confondues. « Gagner, c’était le premier objectif, bien évidemment », a résumé Mazzu. « Nous avons fait une bonne seconde mi-temps, dans les intensités, dans l’envie. Et nous avons eu aussi quelques bons moments avec le ballon. » Mazzu a reconnu que la première mi-temps de ses troupes « n’était pas suffisante ».

« C’est peut-être lié à cette période un peu plus difficile, il y a un manque de confiance dans les gestes, dans la volonté d’aller vers l’avant. On prend moins de risques, on va moins dans les espaces. Je pense que cette confiance ne peut venir qu’avec des victoires et le résultat d’aujourd’hui doit nous donner cette confiance. »

Yari Verschaeren a apporté des solutions

Anderlecht a trouvé un autre rythme dès la montée de Yari Verschaeren. « Dans les intentions, dans les relais, dans les connexions avec les autres joueurs, dans l’envie d’aller jouer vers l’avant, il nous a ‘ouvert quelques boites’, il nous a apporté des solutions. »

La vitesse de Julien Duranville, lui aussi monté au jeu, s’est également avérée décisive. « C’est une arme quand l’adversaire commence à être fatigué », a confié Mazzu. « Avec sa vitesse, il nous apporte quelque chose dans chaque situation. D’ailleurs, c’est lui qui crée le penalty (pour une main de Joel Felix, ndlr). C’est bien pour le groupe, pour lui, et pour le futur ».

Le dernier succès d’Anderlecht dans une phase de groupes européenne remontait au 5 décembre 2017 contre le Celtic en Ligue des Champions. La saison suivante, en Europa League, les Bruxellois n’avaient pas gagné le moindre match.