Felice Mazzu après le partage d’Anderlecht au FCSB: « Ce partage fait partie du processus de guérison »

Jérémy Duranville n'est pas parvenu à faire la différence contre le FCSB ce jeudi. (Photo by Vasile Mihai-Antonio/Getty Images)
/ /

Les Mauves ont partagé en Roumanie sur un score nul et vierge (0-0) et leur entraîneur refuse de parler d’un manque de qualité de son groupe. Les Anderlechtois sont deuxièmes de leur groupe de Conference League derrière West Ham, leur prochain adversaire, qui réalise un parcours sans faute.

Anderlecht a partagé l’enjeu 0-0 à Bucarest face au FCSB, jeudi, lors de la deuxième journée de la Conference League de football. « Cela va faire partie du processus de guérison », a confié l’entraîneur anderlechois Felice Mazzu au micro de la RTBF.

Anderlecht arrivait en Roumanie en petite forme, avec notamment trois défaites et un partage lors des quatre dernières journées de championnat. « Par rapport à d’où on vient et ce qu’on a montré ces deux, trois dernières semaines, on a franchi une étape aujourd’hui vers un peu plus de maturité, un peu plus d’impact », a analysé Mazzu. « On s’est créé de belles situations de buts. On a en concédés aussi l’une ou l’autre, surtout en transition. Le groupe est déçu, car il y avait la place pour gagner le match, mais quand on sort d’une prestation comme celle contre Westerlo et qu’on vient en Coupe d’Europe prendre un point, il faut rester positif avec les joueurs, ça va faire partie du processus de guérison. »

Felice Mazzu en discussion avec Wesley Hoedt refuse de parler d’un manque de qualité dans son équipe. (Photo by VIRGINIE LEFOUR/BELGA MAG/AFP via Getty Images)

« On a eu plus de situations vers l’avant, mieux joué entre les lignes et mieux conservé le ballon »

Selon Mazzu, son équipe « a eu plus de situations vers l’avant, mieux joué entre les lignes, mieux conservé le ballon. Ce que je regrette peut-être le plus, c’est ce dernier geste dans la zone du rectangle et dans le rectangle ou le centre qui n’a pas été assez précis. On aurait pu marquer sur ces situations-là. »

Mazzu ne veut pas parler de « manque de qualité ». « Peut-être que nous sommes encore dans un processus où nous manquons de confiance pour bien contrôler le ballon, pour donner le ballon dans le bon espace ».

Le T1 mauve et blanc tient « à rester positif, car le groupe ne lâche pas. On l’a vu aujourd’hui, il a essayé de produire, il a essayé de marquer, on est allé vers l’avant, on n’a pas concédé. Il faut aussi retenir les points positifs. »