Ferran Jutglà (Club Brugge) : « On m’a souvent dit que je n’étais pas assez bon »

© INGE KINNET
Steve Van Herpe
Steve Van Herpe Steve Van Herpe est rédacteur de Sport/Voetbalmagazine.

Avec sept buts et quatre passes décisives en 13 matchs, Ferran Jutglà est l’homme en forme du Club de Bruges. Sport/Foot Magazine s’est longuement entretenu avec lui. Un aperçu. Xavi a été le premier entraîneur à me mettre en position d’attaquant.

Voulais-tu être un footballeur quand tu étais enfant ?

Ferran Jutglà : (immédiatement) « Oui, c’était clair pour moi très rapidement. Et donc, à un moment donné, j’ai décidé d’y aller à fond. »

Pourtant, cela n’a pas toujours été évident…

Jutglà : « On m’a souvent dit que je n’étais pas assez bon. Ils ne m’ont pas donné de raisons, ça n’arrive pas dans le football. Ils vous jettent juste dehors, et souvent d’une mauvaise manière. Cela a formé mon caractère. »

Arrêter le football

L’Espanyol est l’un de ces clubs que tu as quitté en mauvais termes.

Jutglà : « Oui, on m’y a mis à la porte deux fois (en 2015 et en 2021, nvdr). Mais ils n’étaient pas les seuls : Valencia et CF Damm ne l’avaient pas vu en moi non plus. »

Lorsque tu te fais jeter tant de fois, ne te demandes-tu pas : qu’est-ce que je vais faire maintenant ?

Jutglà : « Oui, sans aucun doute. Il y a eu des moments où j’ai envisagé d’abandonner le football. Quand on m’a mis à la porte de l’Espanyol à 16 ans, je ne savais pas trop ce que j’allais faire de ma vie. J’ai alors commencé à me concentrer davantage sur mes études et je ne m’entraînais que deux fois par semaine à l’UE Vic (une équipe de sixième division en Espagne, ndlr). C’est à ce moment-là que j’ai hésité à continuer à jouer au football. Mais j’ai continué à jouer quand même et j’ai fini par reprendre confiance en moi. La saison suivante, j’ai eu une autre chance ailleurs. »

Et regarde où tu es maintenant…

Jutglà : « Oui, j’en suis très fier. Et je veux plus. »

Position

Il est surprenant qu’un attaquant qui est devenu le meilleur buteur de la troisième division espagnole la saison dernière avec le Barça B, et qui a également été très performant pendant plusieurs matchs avec l’équipe A, ait été mis à la porte de tant d’autres clubs ?

Jutglà : « Oui, mais avant, je n’étais pas en position d’attaquant et je jouais plutôt comme ailier. Maintenant, je ne peux que montrer pleinement mon talent à un poste qui me convient mieux ».

Quel entraîneur a vu en toi un attaquant ?

Jutglà : « Xavi. »

Comment ça s’est passé ?

Jutglà : « En raison des circonstances. Quand j’étais au Barça la saison dernière, à un moment donné ils n’avaient pas d’attaquants (Memphis Depay était blessé et Xavi n’avait pas une bonne opinion de Luuk de Jong, ndlr). Je jouais alors comme ailier, mais il n’y avait pas d’autre joueur disponible pour le point. Un membre du staff technique qui me connaissait depuis mes deux saisons à Sant Andreu a suggéré de m’essayer en tant qu’attaquant. Cela s’est bien passé. Quand plus tard je suis revenu au Barça B (pendant le mercato d’hiver, le Barça a fait venir Pierre-Emerick Aubameyang, ndlr), je suis resté dans cette position. »

Lisez l’interview complète de Ferran Jutglà dans le Sport/Foot Magazine du 7 octobre.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici