Champions League: pourquoi l’enjeu sera important pour le Bayer Leverkusen contre le FC Bruges.

Le Bayer Leverkusen a raté son début de championnat en ne prenant que 3 points sur 15. (Photo by Christof Koepsel/Getty Images)
Steve Van Herpe
Steve Van Herpe Steve Van Herpe est rédacteur de Sport/Voetbalmagazine.

Le Bayer Leverkusen a terminé troisième la saison dernière en Bundesliga et rêve désormais du titre en Allemagne. Mais il reste sur un début de saison désastreux, avec seulement trois points sur quinze engrangés. Mais cette situation est-elle forcément un avantage pour le FC Bruges ?

Pendant des années, le Bayer Leverkusen s’est contenté de décrocher un billet européen, mais rarement pour la plus importante des coupes d’Europe. Mais depuis que le club a terminé troisième la saison dernière, derrière le Bayern Munich et le Borussia Dortmund, ses ambitions ont été revues à la hausse. Le Bayer, longtemps soutenu financièrement par le géant chimique du même nom, est considéré comme une « souris grise » en Allemagne. Il joue dans un stade relativement petit (30 000 places) et est présenté comme un club artificiel. Le club a appris à vivre avec cette étiquette.

Patrik Schick, l’homme qui marquait les buts la saison dernière doit encore trouver la bonne carburation. (Photo by Alex Grimm/Getty Images)

Mais cela ne veut pas dire qu’il veut vivre cette campagne de Ligue des Champions dans l’anonymat. Il veut poursuivre sa progression et espère encore monter en grade. Pour renforcer son statut, l’attaquant de pointe Patrick Schick a déjà renouvelé son contrat en mai dernier, alors que l’international tchèque (24 buts en 27 matches) était convoité par plusieurs grands clubs. Les années précédentes, le Bayer avait été contraindre de vendre à chaque fois un joueur clé. On pense notamment à Kai Havertz (2020) et Leon Bailey (2021).


Éliminé par une équipe de troisième division en Coupe

Le Bayer Leverkusen a marqué 80 buts lors de la saison écoulée, mais en a encaissé 47. La défense doit donc être stabilisée avant tout. L’entraîneur suisse Gerardo Seoane a cherché le bon équilibre, mais ses ajustements tactiques ne portent pour l’instant pas leurs fruits. Le Bayer a mal commencé la saison et n’occupe que la quatorzième place de la Bundesliga avec un bilan insuffisant de trois points sur quinze. Cela a commencé par trois défaites consécutives où l’équipe semblait mentalement vulnérable et pouvait à peine se remettre d’un but concédé.


Il a également été difficile de trouver le bon système, surtout après que la blessure du jeune meneur de jeu Florian Wirtz (19 ans). Et pour couronner ce mauvais début de saison, Leverkusen a été sorti en coupe par le modeste SV Elversberg, promu en troisième division.


Manque de rigueur défensive


Toutes ces raisons expliquent la crise actuelle que traverse le club allemand. Le point culminant a été atteint lors de la lourde défaite à domicile des oeuvres d’Hoffenheim. L’entraîneur Seoane n’est pas encore remis en question. Les dirigeants font preuve de patience et le laisse trouver des solutions. Le Suisse doit aussi effectuer de meilleurs remplacements. Son équipe manque de ténacité dans les duels, exploite mal les espaces à disposition et le jeu offensif dans son ensemble est poussif. Le week-end dernier, on a pu entrevoir une meilleure partition contre Fribourg, l’étonnant nouveau leader de la Bundesliga. Le Bayer a dominé les débats, même s’il s’est finalement incliné (2-3).

Gerardo Seoane doit se passes des services de son jeune meneur de jeu Florian Wirtz. (Photo by Roland Krivec/DeFodi Images via Getty Images)


Leverkusen devra s’appuyer sur cette performance mercredi à Bruges. Pour Neverkusen aussi, l’enjeu sera de taille pour son premier match de la Ligue des champions. Le laisser-aller en défense est particulièrement préoccupant puisqu’il est à la base des trois buts buts encaissés contre Fribourg. Le point plus positif était qu’il s’agissait aussi des seules possibilités de cet adversaire qui n’avait pas été dangereux pour le reste. Le FC Bruges se rappellera aussi que l’an dernier, le RB Leipzig n’était pas dans une spirale négative au moment de l’affronter. Pourtant, les Brugeois avaient concédé une lourde défaite sur leurs terres. Contre des équipes allemandes, il convient de ne jamais s’emballer.

« Leur 3 sur 15 ne veut absolument rien dire », a prévenu l’entraîneur brugeois Carl Hoefkens en conférence de presse mardi. « Nos quatre derniers matchs nous donnent confiance, bien sûr », a expliqué Hoefkens. « Mais c’est une autre compétition. La Ligue des Champions c’est un autre contexte. Pour eux aussi, ce sera un gros défi. » Leverkusen dispose de joueurs de qualité, pense Hoefkens. Devant, le Bayer présente des joueurs dangereux comme Patrick Schick, Moussa Diaby et Callum Hudson-Odoi. « Peut-être que la confiance dans l’équipe n’est pas au top en ce moment. Mais quand tu vois ce qu’ils ont réalisé avec cette équipe l’an passé, tu dois te dire que c’est un effectif de grande qualité. » Hoefkens ne pense pas que la victoire contre Leverkusen soit indispensable. « Le résultat du premier match n’est jamais décisif, mais tu peux faire une opération très positive, aussi sur le plan mental. »

Selon Hoefkens, le Club doit jouer « plus intelligemment ». « Nous devons aussi être plus calmes lorsque nous n’avons pas le ballon et choisir nos moments. Les petits détails font toute la différence au plus haut niveau. »

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici